Au dernier salon MILIPOL, déploiement techno-sécuritaire en vue des JO 2024



Du 14 au 17 novembre 2023 s’est tenu comme chaque année le salon MILIPOL, l’événement mondial de la sûreté et de la sécurité intérieure des États. Un compte-rendu (un peu tardif) publié initialement sur le site de Halte au contrôle numérique.

Le salon Milipol (mili comme « militaires » et pol comme « policiers ») s’est tenu du 19 au 22 octobre 2021 au Parc des Expositions de Villepinte, en Seine-Saint-Denis. C’est une grosse foire où se retrouve le gratin mondial des entreprises de surveillance, d’armements et de répression (parmi lesquelles l’entreprise Thales, très active sur la reconnaissance faciale), pour exposer leurs produits auprès de clients venus d’horizons public et privé.

Parmi ces client on trouve : « des entreprises à la tête de sites sensibles comme des centrales nucléaires ; des forces de police (sur le terrain, scientifique) et de protection civile (pompiers, démineurs, secouristes…), la gendarmerie nationale, douanes, aéroports, des agences gouvernementales (FBI, Home Office…), les ministères de l’Intérieur et de la Défense car certains équipements ont des applications mixtes, civiles et militaires. ».

Cette année les journalistes de Street presse se sont rendus sur place et ont fait un retour sur les technologies « les plus flippantes » qu’ils ont vues dans ce salon. On vous invite à lire leur article.

Ci-dessous, on analyse tout ça.

JPEG - 42 ko

Comme le rapporte Nantes Révoltée dans cet article, au salon du Milipol on trouve un peu de tout : « des armes à feu, des blindés, des logiciels de surveillance, notamment biométriques, et des équipements « intelligents ». Il y a aussi des caméras de surveillance en forme de bûches de bois ou des drones volants imitant des oiseaux qui battent des ailes, des logiciels capables d’aspirer les données de téléphones ou des robots policiers.

Les représentants des régimes des quatre coins du monde viennent y faire leur marché, tester et acquérir des armes pour perfectionner leur maintien de l’ordre.

Dans ces différents salons, le pouvoir politique côtoie les industriels et des consultants pu­blics et privés de la sécurité. En 2018, le mar­ché mondial de la sécurité affichait 7 % de croissance pour un chiffre d’affaires de 629 milliards de dollars, et la demande ne diminue pas. »

Nouvelles technologies de surveillance, de la dystopie à la réalité



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Armements de la police

Contre les obsessions sécuritaires, attaquons les JO du contrôle !

Les JO sont une bonne occasion de mettre tout le monde au pas, et de déployer pour cela des équipements sécuritaires à chaque fois plus inédits. Pour avoir une petite idée de qui participe à ce jeux morbide, voici la liste des entreprises qui se font de la maille avec le business du réarmement et de la surveillance.

1312 raisons d’abolir la police : entretien avec Gwenola Ricordeau

Le mercredi 6 septembre, la caisse de solidarité contre la répression invitait Gwenola Ricordeau aux Tanneries pour qu’elle présente son livre 1312 raisons d’abolir la police.
Pour faire suite à cette invitation, nous vous proposons de réécouter les grandes lignes de son intervention au travers de cet entretien avec Radio Sauvage réalisé en janvier dernier.

Articles de la même thématique : Antimilitarisme

Action contre McDonald’s complice du génocide à Gaza

Nous avons mené une action contre le McDonald’s de la rue du Bourg au centre-ville de Lausanne, mercredi 8 novembre 2023 autour de 21h30, avec de la peinture et des flyers.
Nous avons recouvert l’entrée, le paillasson et les escaliers de peinture rouge, symbolisant le sang des palestinien.ne.s de Gaza victime d’un génocide. Nous avons mené cette action pour visibiliser la complicité de McDonald’s.

Ici comme ailleurs, pour un féminisme décolonial et anticapitaliste

Une coordination de féministes françaises et internationales rendent hommage à la révolution iranienne : car ici comme ailleurs, la police tue. Pour le 16 septembre et la commémoration du meurtre de Jina par la police des moeurs en Iran, des queer, chercheuses, féministes iraniennes, travailleuses et travailleurs du sexe, historien.nes, artistes, infirmières... du monde entier élèvent la voix pour contrer le discours libéral !