Casser la loi « anti-casseurs » : défaire le discours médiatique dominant

Pour répondre aux conflits politiques qui secouent son territoire, l’État semble décidé à ne plus utiliser que l’issue sécuritaire. Et il use de tous les appareils dont il dispose à cet effet, insistant particulièrement sur le dispositif médiatique, organe de propagande du gouvernement.

Depuis le printemps de révolte contre la Loi Travail en 2016, le pouvoir a suivi une stratégie continue de répression et de criminalisation des mouvements sociaux, cherchant à en recouvrir les revendications et les contenus politiques pour répondre au conflit sur un terrain purement sécuritaire. La République se défend contre ceux qui veulent la détruire et abattre les institutions. « L’État de droit » contre la « foule haineuse ». Ainsi la stratégie gouvernementale est-elle relayée par une propagande médiatique de tous les instants.

Dans ce contexte, les violences policières se sont banalisées, provoquant chaque semaine de sévères mutilations. Du gouvernement Hollande à celui d’Emmanuel Macron, la fameuse « tradition française » du maintien de l’ordre, basée sur la distance et la retenue, a volé en éclats. Lorsqu’il s’agit d’écraser une dynamique de contestation, les gouvernants piétinent sans complexe les « principes démocratiques » dont ils se prévalent dans leurs discours. Dès 2015, nous avions vu que l’état d’urgence allait servir à la neutralisation des opposants politiques et à la construction opportune d’un « ennemi intérieur ». Aujourd’hui, l’état d’urgence est passé dans le droit commun. Et la mutation autoritaire des démocraties libérales est une tendance historique à laquelle la France n’échappe pas.

De manifestation en manifestation, les gens se rendent compte que dans la situation actuelle, exprimer une conviction revient à mettre en jeu son propre corps – et prendre le risque que sa vie soit modifiée de manière irréversible. Au cours des trois derniers mois, on dénombre une vingtaine de personnes éborgnées, plusieurs personnes dont la main a été arrachée et un nombre incalculable de blessés. Rien d’étonnant, donc, à ce que dans les cortèges de Gilets Jaunes on entende de moins en moins : « La police avec nous », et de plus en plus : « Tout le monde déteste la police ».



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Médias libres

Thechangebook, réseau social associatif, non marchand, géré et financé par ses propres membres

TheChangeBook, réseau non marchand, présente toutes les fonctionnalités d’un réseau social, (publicité et exploitation des données en moins, serveur vocal en plus pour les A.G. décentralisées), mais il est d’abord et avant tout un outil collectif à gérer collectivement, un laboratoire in situ pour tendre vers l’autogestion.

Dijoncter Papier #2 est sorti !

Dijoncter Papier #2 est enfin disponible dans les lieux les plus (dé)branchés de Dijon ! Où le trouver ? Combien il coûte ? Que contient-il ? Cet article répond à toutes vos questions !

Les sites d’infos à Dijon c’est la champion’s league !

Invitation à découvrir un nouveau site d’information indépendant sur Dijon.

Articles de la même thématique : Médias officiels

Batterie Ministérielle - (De la gestion sanitaire à la Maison d’arrêt de Massama)

Ce texte daté au 10 juillet et traduit ci-après, a été publié le 16 juillet sur Carmilla on line.
Il a valeur de témoignage, d’un traitement contraire à la dignité humaine d’une personne malade, sans doute gravement, et pour ainsi dire privée des soins que son état nécessiterait.

La Gazette des confiné·es #12 - Autonomie alimentaire, contrôle de l’info et carte tricolore

Sauver les apparences quand les faits vous échappent, c’est ce à quoi s’emploient Philippe, Borne et Véran. Sommés par le château de remettre tout en marche, ils occupent sans compter presque tous nos écrans. « Masques et tests manquent ? C’est bien embarrassant. Vite ! publions une carte des départements. Génératrice de stress, c’est l’intention qui compte. Croyez-nous sur parole, elle sera prête à temps. Comme nous aimons la presse, se trouvent à notre adresse les meilleurs « fact-checking » sur le confinement. Cette sélection vous choque ? Vous la dites orientée ? Montrez-nous vos papiers ! Quittez Bure prestement ! »

La presse locale : le PQ Régional ?

La Presse Quotidienne Régionale (PQR) est un acteur majeur de la démocratie. Mais qu’en est-il lorsque les journaux sont soumis à des mainmises bancaires ? C’est notamment le cas du « Bien Public », célèbre canard de Côte d’Or. Et si on interrogeait les intérêts privés du BP ?