Casser la loi « anti-casseurs » : défaire le discours médiatique dominant



Pour répondre aux conflits politiques qui secouent son territoire, l’État semble décidé à ne plus utiliser que l’issue sécuritaire. Et il use de tous les appareils dont il dispose à cet effet, insistant particulièrement sur le dispositif médiatique, organe de propagande du gouvernement.

Depuis le printemps de révolte contre la Loi Travail en 2016, le pouvoir a suivi une stratégie continue de répression et de criminalisation des mouvements sociaux, cherchant à en recouvrir les revendications et les contenus politiques pour répondre au conflit sur un terrain purement sécuritaire. La République se défend contre ceux qui veulent la détruire et abattre les institutions. « L’État de droit » contre la « foule haineuse ». Ainsi la stratégie gouvernementale est-elle relayée par une propagande médiatique de tous les instants.

Dans ce contexte, les violences policières se sont banalisées, provoquant chaque semaine de sévères mutilations. Du gouvernement Hollande à celui d’Emmanuel Macron, la fameuse « tradition française » du maintien de l’ordre, basée sur la distance et la retenue, a volé en éclats. Lorsqu’il s’agit d’écraser une dynamique de contestation, les gouvernants piétinent sans complexe les « principes démocratiques » dont ils se prévalent dans leurs discours. Dès 2015, nous avions vu que l’état d’urgence allait servir à la neutralisation des opposants politiques et à la construction opportune d’un « ennemi intérieur ». Aujourd’hui, l’état d’urgence est passé dans le droit commun. Et la mutation autoritaire des démocraties libérales est une tendance historique à laquelle la France n’échappe pas.

De manifestation en manifestation, les gens se rendent compte que dans la situation actuelle, exprimer une conviction revient à mettre en jeu son propre corps – et prendre le risque que sa vie soit modifiée de manière irréversible. Au cours des trois derniers mois, on dénombre une vingtaine de personnes éborgnées, plusieurs personnes dont la main a été arrachée et un nombre incalculable de blessés. Rien d’étonnant, donc, à ce que dans les cortèges de Gilets Jaunes on entende de moins en moins : « La police avec nous », et de plus en plus : « Tout le monde déteste la police ».



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

L’Échappée

Prisonnière d’une cellule, de son corps, du silence, de son foyer ou de son histoire... l’enfermement des femmes, réel ou symbolique, connaît malheureusement beaucoup de variété. Les Morveuses suivent les traces des femmes enfermées dans la prison d’Autun et se fraient un chemin vers la liberté.

Articles de la même thématique : Médias bourgeois

[Projection-débat] Media Crash

Vendredi 7 octobre à 20h00, projection-débat Les médias : maillon faible des démocraties ? au cinéma Eldorado.

L’Est Répugnant, un exemple de journalisme républicain

À Besançon, la manifestation antifasciste du 17 septembre a été un véritable succès. Tous les médias ont fait le travail de relater et analyser le défilé d’un millier de personnes, à l’exception attendue de l’Est Répugnant...