[Genève] Rassemblement de soutien à Matthias et Mirabelle

Solidarité avec Matthias et Mirabelle, qui passent en jugement, soupçonnés de sabotages contre plusieurs institutions impliquées dans la maltraitance animale (McDo, boucheries, Abattoir de Perly, Uni de Fribourg pratiquant la vivisection, etc.).

À Dijon, un repas de soutien aura lieu le 29 octobre au café Le Chez Nous.

MAJ : un nouvel activiste vient de reçevoir une convocation pour ce même procès.

Depuis le 1.12.18, Matthias est enfermé à la prison de Champ Dollon à Genève, sans preuves légalement établies et suffisantes pour le détenir en préventive. Mirabelle et lui risquent jusqu’à 2 ans de prison, lors de leur jugement LENOVEMBRE prochain (Genève). Il.elle ont besoin de votre soutien !
Retrouvez nous pour un rassemblement devant le Palais de Justice, Rue Bourg-de-Four 1 à Genève, dès 8H et tant que le procès n’aura pas prononcé leur aquittement total.

Nous encourageons la population à fair un effort d ’empathie en se mettant à la place des animaux défendu.e.s par les activistes antispécistes, avant de juger de la légitimité de leur engagement. Nous l’encourageons à s’instruire sur les mouvements de lutte sociale passée et de prendre conscience qu’aucune de celles-ci n’a pu obtenir gain de cause sans affront. Nous l’encourageons à prendre conscience du fait que les personnes qui profitent de certains privilèges ne les abandonnent jamais d’elles-mêmes. Nous l’encourageons à se rendre compte de l’urgence à défendre la voix des animaux, dont l’élevage est la cause principale du réchauffement climatique (FAO, Livestock’s long shadow, 2006).
Et que pour eux, l’urgence est quotidienne.

Page Facebook du collectif de solidarité avec Matthias et les autres activistes suisses, pour suivre toutes les dernières infos :
@solidariteavecnotrecamaradeantispeciste


P.-S.

Nous appelons aussi à votre solidarité financière afin de pouvoir aider à subvenir à la défense des 5 activistes concerné.e.s par l’enquête. Iels sont défendu.e.s en majeure partie par des avocat.e.s commis.e.s d’office, mais pas tou.te.s (et une heure de travail pour un.e avocat.e équivaut à 300-450 CHF environ), des frais de gardes à vue (48H) seront aussi de l’ordre de plusieurs centaines de francs, des frais de déplacement aux audiences, de nourriture (environ 120CHF par mois) pour Matthias car il n’est pas nourri avec une alimentation végane équilibrée et donc doit acheter lui même quelques fruits secs et noix pour ’’compléter’’ ses repas chaque semaine, des frais comme les appels téléphoniques, la télévision (la prison lui prenant 18.- par mois même s’il ne la regarde pas), les timbres, enveloppes etc.

Nous souhaitons aussi pouvoir lui apporter des livres et cds qui lui apportent un grand réconfort.

En dehors des frais de Matthias et Mirabelle, les 3 autres personnes ont déjà plus de 6000 francs de frais à supporter. Si vous avez la possibilité, on a une plateforme de dons ici : https://www.cotizup.com/cagnotteantirepression?fbclid=IwAR3f-H_03HcjRhUeW3zQbTa6CKYT4l1D4v_hDEx1g51c1TaF5ebCGCBaK48
Un tout grand merci !


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Antispécisme

[Dijon] L’antispécisme, une lutte politique ?

Intervention de Adrian Debord pour proposer une autre compréhension de l’antispécisme, en le distinguant du véganisme et en le recontextualisant comme lutte politique en lien avec les autres luttes contre les oppressions.

Morsures : rencontres antispécistes

Les 4,5 et 6 octobre 2019 auront lieu à Genève trois jours de rencontres contre l’exploitation animale. Voici le programme !

Antispéciste suisse emprisonné : la détention provisoire prolongée

Placé en détention depuis fin novembre 2018, Matthias*, activiste antispéciste soupçonné de dégradations matérielles, devait pouvoir sortir le 5 août 2019. Mais en date du 29 juillet, le Ministère public réclame une nouvelle prolongation de deux mois, invoquant un potentiel risque de récidive.

Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

Lutte contre la maxi-prison de Haren (Bruxelles)

Entretien avec une militante, membre du Collectif de Lutte Anti-Carcérale (CLAC) à Bruxelles et active dans le combat contre la construction de la maxi-prison de Haren.

Meurtres et mensonges d’État : la police française a tué au moins 12 personnes durant le confinement

Durant ces 2 mois de confinement, si un certain nombre de violences policières ont pu être dénoncées grâce aux images et aux révoltes dans les quartiers populaires et mises en lumière dans les médias, les morts liées aux interventions de la police sont restées dans l’angle mort. Malgré un article publié le 20 avril sur cette situation, largement relayé et suivi de tribune, aucun média national n’a titré sur ces morts. À la fin de ce confinement, ce sont 12 personnes qui sont mortes à cause de la police. À ce rythme, personne ne peut continuer à parler de bavures isolées. Ils s’agit de meurtres systémiques validés par l’État français. Le site Rebellyon.info a publié un recensement de ces violences commises par la police pendant le confinement.

Du confinement à l’enfermement administratif

Quelques notes à propos de la quarantaine comme mode de gestion de la pandémie