La clause du grand père ou l’idéologie libérale mise à nu

Alors qu’une grève d’ampleur se prépare contre le projet de « réforme » des retraites pour le jeudi 05 décembre, et espérons pour les jours suivants, le gouvernement vacille et s’affole. Ce faisant il dévoile le caractère totalement idéologique d’une « réforme » pourtant présentée comme nécessaire et urgente.

Cette douce panique s’exprime en deux temps bien différents :

  • Dans un premier temps, Macron a annoncé qu’il « n’aurait aucune forme de faiblesse ou de complaisance ». Dans sa bouche d’esthète de la répression cela se traduit par un : « attendez-vous à recevoir lacrymogènes, LBD et arrestations ».
  • Puis un second temps, où Macron se prend pour un instituteur du siècle dernier tapant à la règle sur les doigts de son Haut-Commissaire (Delevoye en l’état) en charge de la « réforme » lorsque ce dernier expliquait qu’il s’opposait à la fameuse « clause dite du grand-père » (seules les générations futures subissant la réforme) oubliant dans le même temps les grands-mères.

Si le temps de la répression est bien connu par diverses personnes depuis des lustres et n’étonne guère venant d’un Président pris en exemple dans les répressions de ces derniers mois à travers le monde (Equateur, Chili, Hong-Kong…), son fléchissement opportuniste est plus surprenant.

En effet, depuis quelques semaines, les appels à la grève illimitée à partir du 05 décembre sont de plus en plus nombreux à fleurir dans tous les secteurs (RATP, Rail, Education, Transports, la liste s’allonge chaque jour) ! Alors lui, le Président si fort, si impétueux et dont la condescendance déborde -plus que nos manifestations, commence à changer son fusil d’épaule.

Visiblement, il serait prêt à étudier ladite « clause du grand-père » comme opportunité pour anéantir un mouvement social en constitution.

Ce revirement du « Bazooka Macron » met en exergue la chose la plus importante portée par cette « contre-réforme des retraites » à savoir qu’elle n’est rien d’autre que l’expression du libéralisme le plus exacerbé.

Pourquoi ? C’est assez simple. Cette « contre-réforme » présentée comme l’unique solution pour préserver un système de retraite garantissant le minimum de dignité devait se faire le plus rapidement possible pour « sauver » les fameuses caisses de retraites. Il y avait urgence à agir !

Et maintenant ? Ce même Macron se montre ouvert à la solution « clause du grand-père », ce qui signifie qu’il est prêt à ce que la « réforme » n’entre en vigueur qu’à partir de 2025 pour les futur.e.s salarié.e.s, et ne s’applique qu’en 2067 (2025 + 42 annuitées) ! De l’urgence immédiate à l’action (ou à la casse des acquis sociaux), nous sommes dorénavant prêts à attendre un demi-siècle !

Dans l’affolement, l’essence de la « réforme » se révèle, à savoir la plus pure des doctrines libérales !

Il est donc important d’œuvrer toutes et tous à construire à la réussite de grandes grèves pour le 05 décembre et les jours suivants !

Comme l’ont dit récemment Alessandro Stella et Eric Beynel dans l’excellent LundiMatin : « Gageons que les travailleuses et les travailleurs ne se laisseront pas déposséder de leur part de paradis et se battront pour la faire grandir »

La retraite = le paradis sur Terre ?

Alessandro Stella, historien (CNRS-EHESS) - figure de l’autonomie italienne et Éric Beynel, porte-parole du syndicat Solidaires publient cette tribune. Entre réflexions et appel commun à se mobiliser contre la réforme des retraites préparée par le gouvernement Macron.

19 novembre


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document