La clause du grand père ou l’idéologie libérale mise à nu

Alors qu’une grève d’ampleur se prépare contre le projet de « réforme » des retraites pour le jeudi 05 décembre, et espérons pour les jours suivants, le gouvernement vacille et s’affole. Ce faisant il dévoile le caractère totalement idéologique d’une « réforme » pourtant présentée comme nécessaire et urgente.

Cette douce panique s’exprime en deux temps bien différents :

  • Dans un premier temps, Macron a annoncé qu’il « n’aurait aucune forme de faiblesse ou de complaisance ». Dans sa bouche d’esthète de la répression cela se traduit par un : « attendez-vous à recevoir lacrymogènes, LBD et arrestations ».
  • Puis un second temps, où Macron se prend pour un instituteur du siècle dernier tapant à la règle sur les doigts de son Haut-Commissaire (Delevoye en l’état) en charge de la « réforme » lorsque ce dernier expliquait qu’il s’opposait à la fameuse « clause dite du grand-père » (seules les générations futures subissant la réforme) oubliant dans le même temps les grands-mères.

Si le temps de la répression est bien connu par diverses personnes depuis des lustres et n’étonne guère venant d’un Président pris en exemple dans les répressions de ces derniers mois à travers le monde (Equateur, Chili, Hong-Kong…), son fléchissement opportuniste est plus surprenant.

En effet, depuis quelques semaines, les appels à la grève illimitée à partir du 05 décembre sont de plus en plus nombreux à fleurir dans tous les secteurs (RATP, Rail, Education, Transports, la liste s’allonge chaque jour) ! Alors lui, le Président si fort, si impétueux et dont la condescendance déborde -plus que nos manifestations, commence à changer son fusil d’épaule.

Visiblement, il serait prêt à étudier ladite « clause du grand-père » comme opportunité pour anéantir un mouvement social en constitution.

Ce revirement du « Bazooka Macron » met en exergue la chose la plus importante portée par cette « contre-réforme des retraites » à savoir qu’elle n’est rien d’autre que l’expression du libéralisme le plus exacerbé.

Pourquoi ? C’est assez simple. Cette « contre-réforme » présentée comme l’unique solution pour préserver un système de retraite garantissant le minimum de dignité devait se faire le plus rapidement possible pour « sauver » les fameuses caisses de retraites. Il y avait urgence à agir !

Et maintenant ? Ce même Macron se montre ouvert à la solution « clause du grand-père », ce qui signifie qu’il est prêt à ce que la « réforme » n’entre en vigueur qu’à partir de 2025 pour les futur.e.s salarié.e.s, et ne s’applique qu’en 2067 (2025 + 42 annuitées) ! De l’urgence immédiate à l’action (ou à la casse des acquis sociaux), nous sommes dorénavant prêts à attendre un demi-siècle !

Dans l’affolement, l’essence de la « réforme » se révèle, à savoir la plus pure des doctrines libérales !

Il est donc important d’œuvrer toutes et tous à construire à la réussite de grandes grèves pour le 05 décembre et les jours suivants !

Comme l’ont dit récemment Alessandro Stella et Eric Beynel dans l’excellent LundiMatin : « Gageons que les travailleuses et les travailleurs ne se laisseront pas déposséder de leur part de paradis et se battront pour la faire grandir »

La retraite = le paradis sur Terre ?

Alessandro Stella, historien (CNRS-EHESS) - figure de l’autonomie italienne et Éric Beynel, porte-parole du syndicat Solidaires publient cette tribune. Entre réflexions et appel commun à se mobiliser contre la réforme des retraites préparée par le gouvernement Macron.

19 novembre 2019


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Contre la réforme des retraites

Réforme des retraites : retour sur une lutte loin d’être terminée

Réalisé à Dijon durant l’hiver dernier, ce documentaire sonore revient sur la convergence qui s’est produite entre les différents acteurs et actrices du mouvement des retraites. L’idée est de comprendre les raisons de cette mobilisation. Qu’est-ce qui a poussé les cheminot.es, les pompier.es, les avocat.es, les infirmier.es, le personnel de l’éducation, les étudiant.es les gilets jaunes et les féministes dans la rue ? Pourquoi et comment toutes ces personnes ont lutté ensemble ?

Le Gang de la Clémentine, récit du mouvement social à Chalon-sur-saone

Le Gang de la Clémentine défraya la chronique pour la première fois au cours de l’hiver 2019-2020, dans la petite ville de Chalon-sur-Saône. Son origine se confond avec celle du mouvement social contre la retraite à points.
Ce récit est une reconstitution des faits qui se déroulèrent au cours de cet hiver.

Articles de la même thématique : Macronisme

Manifestation contre la loi sécurité globale mardi soir à Dijon

Plusieurs organisations politiques, syndicales et associatives appellent à manifester contre la loi sécurité globale mardi 24, jour du vote de la loi à l’assemblée nationale. Cette loi liberticide interdit notamment de filmer les policiers en exercice. Elle permet au contraire à ceux-ci d’utiliser des drones de surveillance, la reconnaissance faciale, ou encore d’être armés en-dehors de leur service.