Les gilets noirs, le collectif La Chapelle Debout et Droits Devant ont envahi le Panthéon !

Nous, immigré.e.s sans-papiers, habitant.es des foyers, locataires de la rue, on est là pour exiger que le 1er ministre donne des papiers à tous les occupant.e.s et tout.e.s les sans-papiers de France.

Vendredi 12/07 , plusieurs centaines de personnes occupent le Panthéon pour demander la régularisation des personne sans papiers . L’occupation a duré quatre heures avant d’être expulsées par la police .
37 personnes ont été interpellées, 21 étrangers en situation irrégulière conduits en centre de rétention.

Samedi une manifestation avait lieu pour demander leur libération .
Voir le suivi

C’est la troisième grosse action des « Gilets Noirs » - ce collectif a fait parler de lui en mai en occupant un terminal de l’aéroport de Roissy , puis le 12 juin c’était le siège du groupe Elior à La Défense.

JPEG - 169.2 ko

Voir en ligne : Les gilets noirs, le collectif La Chapelle debout et Droits Devant ont envahi le Panthéon !


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Squats - Expulsions

Articles de la même thématique : Violences policières

Le Préfet ment comme il respire pour justifier les violences de sa police !

« Le Préfet accuse donc les défenseurs des Jardins de l’Engrenage de violenter les forces de l’ordre, et même d’user des cocktails molotov ! [...] Aucun cocktail molotov n’a été utilisé ni préparé. Aucun policier n’a été blessé, même très légèrement.[...] Le Préfet ment comme il respire.[...] À l’Engrenage, la violence est policière et institutionnelle. »

Manifestive acte 2 : Décrétons l’état d’urgence culturel

Acharnement judiciaire contre la fête libre, chars censurés dans de nombreuses villes, manifestations interdites, répression policière… L’arsenal judiciaire bat son plein pour étouffer toute mobilisation autour de la fête libre. Nous répondrons avec nos basses et nos caissons pour une nouvelle manifestation samedi 6 mars !