Vive Macron ! 49-3 degrés d’éréthisme

À propos de Macron, du capitalisme et du désastre en cours.

Vive Macron ! 49-3 degrés d’éréthisme [1]

Qu’on soit contre ou qu’on soit çà et là encore parfois pour la présidence d’Emmanuel Macron, l’exacerbation des opinions le concernant n’en finit plus d’empêcher de penser la situation présente, en France comme ailleurs. Sa géniale faconde ou son horrible mépris – selon qu’on soit pour ou contre lui – semble laisser chacun dans une sidération telle que partisans et opposants finissent en quelque sorte par chanter d’une même voix : « VIVE MACRON ! ». Autrement dit, du « Macron démission » des gilets jaunes et autres syndicalistes aux divers baragouinages des députés et « enmarcheurs » quelconques, jusqu’aux « concerts de casseroles » accompagnés des hués du peuple des confinés les soirs à son adresse, tout vient seulement maintenant se heurter à l’imbécile jupitérien, cette fausse singularité du néant général. Volontairement réalisé ou non, l’exploit du grain de sable Emmanuel Macron aura donc été, jusqu’ici, de concentrer toute l’attention autour de sa personne, et de faire oublier par là même l’ensemble du désert [2].

Tandis que nous regardons Macron, le néant impérialo-marchand continue partout son office.

On l’aura toutefois compris, nous sommes du côté de celles et ceux qui s’y opposent, mais que Macron soit bel et bien une ordure nocive ne doit pas nous faire perdre de vue qu’il n’est qu’un symptôme parmi d’autres, non le capitalisme lui-même. Aussi s’agit-il, à tout le moins, de renouer avec une vision plus globale, ne serait-ce que pour nous garder d’avoir à subir demain un nouveau symptôme qui, né du même Empire-marchand, ne pourra pas manquer d’être encore plus nuisible, en particulier dans ses capacités répressives – qu’on nous vende inlassablement en France le Rassemblement National [3] comme seule alternative possible en dit assez long déjà à cet égard.

Du stalinisme au nazisme, l’Histoire en a fait plusieurs fois monstration : hors d’une abolition plénière du capitalisme, rien ne nous sera épargné.

Le coronavirus, qui a d’ores et déjà été capable à lui seul de bloquer l’ensemble, ou presque, des dispositifs de l’Empire-marchand tout entier pendant plusieurs semaines, l’a suffisamment montré : pensé localement alors même qu’il est né du monde globalisé de l’industrie marchande, le covid19 n’a pu manquer de se répandre à la hauteur du monde qui l’a fait naître, et ce d’autant plus que de l’avoir pensé localement n’a généralement provoqué aucune action locale concrète contre lui – ce qui était né dans le Wuhan devait semble-t-il par nature rester dans le Wuhan -, du moins jusqu’à ce qu’il soit trop tard ; seule son appréhension en tant qu’épiphénomène de l’activité capitaliste globale eût immédiatement permis d’agir efficacement contre lui de manière locale.

Il en va bien de même avec le « macronisme », cet épiphénomène pseudo-politique du mouvement général « autonome » de la marchandise mondiale. C’est pourquoi la tendance en France à concentrer tout le feu sur le seul Macron risque à terme de laisser chacun dupe d’une individualisation outrancière et fétichisée du désastre, qui ne peut que par trop conduire à négliger l’origine réelle de ce dernier : le susdit mouvement général « autonome » de la marchandise mondial.

Macron doit être écarté, certes, mais pour mieux dégager la cible.

Partout là où la marchandise déploie sa tyrannie sur les êtres humains, comme d’ailleurs sur l’ensemble du vivant, s’offre à nous le spectacle de ces quelques faussaires qui n’ont nul autre rôle réellement efficient que celui de nous faire accroire que subsiste encore une certaine maîtrise humaine de la gestion des « sociétés » [4] : ici Macron, là-bas Trump, ailleurs Erdogan ou encore Poutine, etc. Mais ces vieilles têtes ne sont bien notoirement que les figures mêmes du néant intégral où nous a conduit l’avoir-marchand ; elles ne s’animent plus guère que pour cligner de l’œil, en surface, sur tous les écrans totalitaires de la connivence avec le désert : elles ne sont plus dès maintenant que les fantômes funestes d’une civilisation défunte [5], dont Macron, donc, n’est qu’une image iconique parmi d’autres.

Il ne sert à rien de vouloir couper des têtes, en particulier si nous n’avons pas évincé en nous le besoin d’en élire.

Il ne peut donc pas uniquement s’agir, pour qui veut authentiquement sortir par le haut du désastre, de se débarrasser d’une image « singulière » du pouvoir, mais simultanément de tous les dispositifs qui lui ont permis d’exister : la marchandise, parce qu’elle est une falsification théologique du réel ; l’argent, parce qu’il en est l’abstraction déifiée la plus turpide [6] ; l’État, parce qu’il est une organisation mafieuse qui s’emploie à défendre le capital, la grande célérité des flux, parce qu’elle réduit la poésie géographique du voyage à une géomatique [7] du tourisme, entre autres, et finalement pour le dire vite, le capitalisme en profondeur, parce qu’il est cause originelle et continue de l’ensemble, même dans les moments où il s’effondre.

Le capital est comme Protée, toujours susceptible de réapparaître sous une forme nouvelle.

Nous n’en sommes qu’au début du désastre, la situation est nouvelle, aussi devons-nous accepter pour quelques temps de nous en tenir à une critique balbutiante et modeste. Ici maintenant l’humilité s’impose. Il n’est jamais facile de faire le juste examen d’une époque nouvelle, qui se présente nécessairement à nous par des signes contradictoires, dont le moins que nous puissions dire à cette heure est qu’ils invitent à envisager tant le meilleur que le pire pour les temps qui viennent, autrement dit la possible réalisation du communisme réel, ou l’avènement d’une organisation entièrement policière de l’existence qui viendrait parachever ce que la domination impériale a commencé de mettre en place depuis les années 1970 jusqu’à très récemment ; il ne tient qu’à nous d’aller vers le meilleur.

La lutte des classes n’est pas vaine expression, aucun confinement n’est éternel, et la rue nous attend. Nous n’avons nul autre ennemi véritable qu’une faible frange de la population mondiale, et les dispositifs sans lesquels elle n’est rien.

Demain n’a pas eu lieu, tout commence maintenant !

Léolo

JPEG - 64.7 ko


Notes

[1État d’excitabilité accrue d’un organe.

[2Si utile que fût l’ouvrage « Crépuscule » de Juan Branco, en se bornant à ne dévoiler qu’un moment particulier de la néantisation mondiale en mouvement dans l’espace français, il aura contribué à cet état des choses.

[3Le RN, longtemps brandi comme une simple menace n’ayant pour objet que d’assurer la victoire du « centre-droit » (des socialo aux républicains), s’est vu devenir sous Macron ce parti considéré par les « élites bourgeoises » comme pouvant s’avérer utile encore à leur maintien, non plus en tant que seule menace, mais pourquoi pas au pouvoir afin d’assurer une répression extrême qu’ils envisagent d’ores et déjà comme indispensable. Toute la violence de la police « en marche » contre les mouvements sociaux les en aura convaincu, tant par ses réussites que, pensent-elles (ces élites), par une inefficacité due à une trop grande retenue.

[4Alors même qu’il n’est pas jusqu’à certains sociologues qui n’en soient venus maintenant à douter qu’il existât encore une quelconque société.

[5Le virus covid19 aura suffi à révéler non seulement la fragilité d’une telle civilisation, et par là même la futilité de presque tout ce qu’elle produit, mais aussi combien elle avait à présent passé le stade de l’agonie, de la catastrophe, où elle végétait bon an mal an depuis plus de quarante ans.

[6Qui a une certaine laideur morale.

[7Traitement informatique des données géographiques.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Macronisme

[MAJ] Remaniement avec un violeur et un masculiniste : Riposte féministe !

Un appel national invite toustes les féministes à se mobiliser le vendredi 10 juillet contre le remaniement du gouvernement avec Darmanin et Dupond-Moretti en ministres. Le rassemblement de Dijon est à 19h, sur la place de la Libération.

Fadila Khattabi, Didier Paris, et Didier Martin votent pour la mise en place d’une censure policière du web

Trois députés LREM de Côte d’Or ont voté en faveur de la proposition de loi « visant à lutter contre les contenus haineux sur internet » ce mercredi 13 mai. Les autorités pourront exiger le retrait de tout contenu qu’elles assimilent à du terrorisme, sans contrôle d’un juge.

Ou comment nous refusons de nous porter volontaires pour garder les enfants de flics, militaires et matons

Depuis plusieurs jours, dans certains départements, notamment de la région parisienne, il est demandé aux enseignant.e.s de se porter volontaires pour garder des enfants de flics, de militaires et de matons...

Articles de la même thématique : Coronavirus

[MàJ] 17 juin : action à Dijon !

« Mercredi 17 juin nous répondrons à l’appel national à agir contre la réintoxication du monde. Nous souhaitons mettre en avant d’autres manières de vivre la ville, de ne pas nous laisser déposséder de nos quartiers et des quelques espaces de respirations qui subsistent. »

Le 16 juin les soignants déconfinent leur colère !

Après 3 mois de mobilisation intensive du personnel hospitalier dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, il est temps de demander des comptes au gouvernement. La CGT et FO appellent à un rassemblement mardi 16 juin à 14h place de la Libération, pour dénoncer les dangers de la logique comptable et exiger de meilleures conditions de travail.

Sortie de confinement

Un texte rappel afin de ne pas laisser l’amnésie recouvrir la mémoire.