Signalétique, ADN

  • Neuf mois de prison provisoire pour quelques traces d’ADN

    Alors qu’à travers la France les forces de l’ordre s’agitent férocement pour défendre le régime, S. dort en détention provisoire depuis le 27 mars 2018 à la maison d’arrêt de Limoges. Accusé d’avoir incendié des véhicules de la gendarmerie à la caserne Jourdan de Limoges, il est retenu pour quelques traces d’ADN frauduleusement obtenues.

  • [Vidéo] La signalétique, c’est pas automatique

    « Alors ça va ? »
    « Nan ça va pas, je sors du poste là. »
    « Ah bon merde. Et ils t’ont fait la totale ? Les photos, les empreintes ? »
    « Ah non, j’leur ai rien donné moi ! »