Un faucheur volontaire en procès pour refus de prélèvement ADN



Jeudi 16 décembre 2021, un Faucheur Volontaire d’OGM est à nouveau convoqué au Tribunal de Grande Instance de Dijon à partir de 8H30, pour son refus de prise d’empreintes ADN et d’empreintes signalétiques.

Le jeudi 16 décembre 2021, un Faucheur Volontaire d’OGM est à nouveau convoqué au Tribunal de Grande Instance de Dijon à partir de 8H30, pour son refus de prise d’empreintes ADN et d’empreintes signalétiques.

Son procès se fera donc dans la matinée et sera défendu par Mc Guillaume Tumerelle (Procès Monsanto, des FV à Bézier, Toulouse, Dijon ..., procès à la CJUE [1] etc).

La prise d’empreintes constitue une mesure disproportionnée par rapport aux faits accomplis dans un cadre militant, il est donc fondé de le refuser. Cela a d’ailleurs été confirmé par la relaxe de nombreux Faucheurs Volontaires (Bézier, Guingamp, Toulouse, Dijon ...). La jurisprudence a donc été utilisé de nombreuses fois et Mc Tumerelle a mis à disposition une lettre pour le signifier aux forces de l’ordre.

Alors pourquoi donc une nouvelle comparution ? Pourquoi cet acharnement judiciaire ?

Dans l’Aveyron deux personnes ont été poursuivies et relaxées pour refus de prise d’ADN. À Privas, 2 autres personnes ont eu une relaxe pour refus d’ADN et empreintes, fin juin. Sur Dijon, une personne a été relaxé trois fois pour le même motif. C’est un acharnement et une instrumentation politique des tribunaux de France et pour éviter d’engager un débat sur le fond : les OGM.

C’est l’État Français qui aujourd’hui se trouve dans l’illégalité au sujet des variétés rendues tolérantes à des herbicides (VrTH) et des nouvelles techniques génomiques. Le 7 février 2020, le Conseil d’État enjoignait le gouvernement à mettre en place une réglementation concernant ces cultures. Mais sous la pression du lobby industriel semencier, rien n’a été encore fait. Des semences sont toujours vendues sans informations dans les coopératives de France (cf. action des FV à Saint-Paul-les-Romans en juillet 2019, à Castelnaudary le 03 mars, à Rodez le 10 nov. 2021 ...).

Les Faucheuses et Faucheurs Volontaires dénoncent cette inaction des pouvoirs publics. Ils et elles restent déterminé.e.s à poursuivre leurs actions afin d’exiger du gouvernement qu’il remplisse ses obligations et sa mission de protection des paysans, de la population et de l’environnement.

Les Faucheuses et Faucheurs Volontaires continueront d’informer les citoyen.ne.s et soutiendront toutes actions visant à interdire la dissémination des OGM dans les champs et dans les assiettes.

Rassemblement de soutien

le jeudi 16 décembre 2021 dès 8h30,
devant le Tribunal de Grande Instance de Dijon

13, Bd Clemenceau, 21000 DIJON

Nous prévoyons un stand d’informations, de ventes de produits et de la musique avec le groupe Alchôrale, chansons révolutionnaires.

Ce rassemblement est une action menée par l’association VigilanceOgm21. Si vous voulez adhérer à celle-ci, il suffit de se renseigner au stand.



Notes

[1Cour de Justice de l’Union Européenne

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : OGM

Bye Bye Bayer, Ciao Monsanto

Ceci est un ultimatum. Le siège social France de Bayer-Monsanto, installé à Lyon, doit partir. Nous leur laissons trois mois pour faire leurs cartons et déguerpir de leur tour de verre, et d’ici-là nous saurons le leur rappeler. Nous appelons à venir assiéger le siège national de la firme le 5 mars 2022.

Articles de la même thématique : Signalétique, ADN

Ficher pour mieux régner / Désarmons-les

Compte moral, sommier, registre, répertoire, casier et finalement « traitement de données à caractère personnel » : le vocabulaire est foisonnant pour décrire l’arme de basse intensité qu’est devenu le fichier dans l’arsenal répressif. Le système disciplinaire du capitalisme sécuritaire a toujours eu besoin d’ingrédients techniques pour contraindre les corps indociles à la bonne marche de l’ordre social. Si les fichiers clients ou les « profils » prospèrent aujourd’hui dans le marasme du Big Data, l’État puissant, qu’il soit monarchique, impérial ou républicain, s’est toujours évertué à étiqueter méthodiquement ses sujets afin de préserver son pouvoir de domination.