50 associations et collectifs dijonnais affirment leur soutien aux Lentillères



Dans une tribune écrite collectivement, une cinquantaine d’associations et de collectifs dijonnais expliquent les amour pour les Lentillères.

Ce texte est le fruit d’une compilation de contributions rédigées en soutien au Quartier libre des Lentillères par des collectifs, soutiens et usagèr·es du lieu. Tou·tes sont lié·es de différentes manières à cet espace, qu’iels y jardinent, y organisent des concerts, s’y promènent... Tou·tes participent à sa vie quotidienne et à sa lutte.


Partout dans Dijon surgissent des chantiers Bouygues ou Ghitti, des immeubles avec des toits en zinc, des croisillons en bois de palettes devant les fenêtres et des balcons minuscules. L’urbanisation ordinaire d’une ville moyenne, une ode bétonnée à l’accession à la propriété. Alors forcément quand on tombe sur un gamin à bastoche qui annonce qu’à partir de la pancarte, on pénètre dans le « Quartier libre des Lentillères », on jubile. On a tout de suite envie de prendre racine, d’oublier l’appartement témoin qu’on vient de visiter avec sa zone arborée sécurisée. On échappe à la ligne droite, à la haie taillée, aux fleurs de science-fiction du catalogue Truffaut, on retrouve la campanule et la digitale. On est content·e de croiser des êtres humain·es qui ne ressemblent pas à celles et ceux dessiné·es sur les panneaux de promotion immobilière, en jupes fluides et pantalons à soufflets qui promènent en laisse des chiens carrés...

Nous, collectifs, associations, jardinières et jardiniers, fermes agricoles, nous tenons résolument à ce que le Quartier Libre des Lentillères puisse continuer à vivre, être habité, se cultiver, se transformer, s’autogérer...

Parce qu’en s’y promenant, on mesure combien ce quartier regorge de multiples espaces spécifiques, créatifs, curieux, surprenants, inattendus. Nos cerveaux humains ont besoin d’endroits sauvages, cachés et atypiques. Nous avons besoin d’être surpris·es. Que nos regards soient interpellés par des éléments incongrus, personnalisés et variés. La multiplicité des espaces - potagers, lieux permettant le repos et d’autres ouvrants sur une scène, l’aspect « fait main » des aménagements effectués, lieux de vie - ouvre une zone de liberté dans nos esprits.

Parce qu’ici, des personnes harcelées par une préfecture qui ressemble à l’ogre des contes, ont pu trouver gîte et couvert sans avoir à montrer un papier qui atteste qu’un jour, elles sont nées, ailleurs et peu importe où.

Parce que grâce à ce lieu, nous avons pu initier nos enfants aux joies de la nature (en ville !), au bonheur de jardiner puis au plaisir de manger des légumes cultivés en collaboration avec d’autres habitant·es du quartier.

Parce que les propositions d’activités et de spectacles, nombreuses et variées, nous ont permis d’élargir notre horizon culturel et relationnel, sans émission de carbone !

Parce que c’est aussi un espace dédié à la diffusion de spectacles et de concerts sortant des schémas aseptisés des labels institutionnels. La programmation diversifiée y est accessible à tou·tes grâce au prix libre. Ici, le terme "spectacle vivant" prend tout son sens car on le laisse être vraiment ainsi : sauvage et libre. Les fêtes de quartier du printemps et de l’automne scandent le calendrier annuel des activités maraichères et potagères et permettent l’apprentissage de la fête en collectif.

Parce que lors des épisodes caniculaires, ce lieu nous permet de respirer un air frais tout à fait salutaire.

Parce que c’est grâce à ces lieux de liberté que les associations, collectifs et mouvements peuvent trouver un sanctuaire, une protection et des ami·es. Sans ces lieux, nos espaces de luttes et de rencontres seraient très limités.

Parce que la lutte du Quartier Libre des Lentillères résonne avec les nôtres. Nous luttons contre le patriarcat, le sexisme, le racisme, le capitalisme et la destruction de l’environnement. Les unes ne vont pas sans les autres.

Parce que cet espace est autre. Autrement.

Comment vouloir transformer un lieu riche fait de maraîchèr·es, de jardinièr·es, d’économie non marchande et d’autogestion, un lieu d’autonomie alimentaire, un lieu d’échanges, un lieu solidaire, un lieu d’entraide, un lieu fait d’initiatives collectives et qui tendent à être écologiquement responsables, un lieu ressource pour beaucoup de personnes, en un endroit aseptisé, lisse et homogène, en de simples jardins partagés municipaux ?

Dans une société quadrillée, contrôlée, où est la nature ? Elle est bien souvent réduite à un pauvre petit arbre que l’on plante sur une place bétonnée pour se donner bonne conscience. Cet espace de liberté, de nature indépendante, improvisée et joyeuse est nécessaire !

Et le fait que ce quartier, par son essence même, par son occupation, traduise des engagements politiques, sociaux et culturels, le rend immensément riche. Que c’est bon de savoir que des décisions peuvent être prises de façon autogérée !

Ce quartier, nous le soutenons, le faisons vivre et l’aimons parce qu’il est composite et traversé par de nombreuses personnes, pour différentes raisons. En proposant la création d’une Zone d’Ecologies Communale, l’assemblée du Quartier Libre des Lentillères entend faire admettre cette multiplicité des usages sur une même zone et la possibilité d’existence des différents attachements que nous avons à un territoire.

Zutique Productions / Librairie La Fleur qui pousse à l’intérieur / Collectif lycée d’accueil international Le Castel / Cercle Laïque Dijonnais / Le Jardin des Tille Légumes, Maraîchage en agriculture biologique - Magny-sur-Tille / L’Engeance / France Nature Environnement 21 (FNE 21) / Mondofuzz / Union syndicale Solidaires 21 / Atelier les chiffonniers / Cinéma l’Eldorado / Why note . Ici l’Onde / Collectif Risomes - Mâlain / La Péniche Cancale / MU Body Arts / Attac 21 / Mammouth / Skanky Yard / Espace Autogéré des Tanneries / Sabotage / Conscience Nocturne / L’Alcoorâle / Les amis de la terre côte d’or / Maloka / FSU 21 / Les Rainettes / GangReine / Collectif 25 novembre / Association Les Orageuses / XR Dijon / Les ami·es des Lentillères / Ferme de l’abeille Maraîchère / Café Le chez nous / Dijoncter.info, site d’infos des luttes / Green peace Dijon / COMBACTIVE, association pour la protection de la Nature et des Droits des Animaux / Atelier d’écologie politique : Penser les transitions (Université de Bourgogne) / Asso Les Jardins des Vaîtes / Association levelocestmieux / Association du développement des sports extrêmes de Dijon / Association BIEN VIVRE DANS LE QUARTIER DE LARREY / Association Les ami-es de l’Engrenage / Les membres de l’association Rézo’Fêt’Art / Vigilance OGM 21 / UrbAlter Dijon / DAL 21 / RISK party / La Quincaillerie - Venarey-lès-Laumes / le Collectif 7’ / Au gramme près / Association De Bas Etages



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Articles de la même thématique : Bétonisation

Le Château de l’Angle expulsable

Après plusieurs mois d’occupation, les habitant·es de cette maison située sur le quartier des Lentillères ont reçu un « commandement de quitter les lieux », préalable nécéssaire à une expulsion. Appel à se montrer vigilant·es et réactif·ves en cas de tentative d’expulsion.

[Sens] Victoire contre le projet de plateforme logistique Panhard

Le projet du groupe Panhard, qui prévoyait l’implantation, d’ici à 2023, d’une plateforme logistique du géant du e-commerce Zalando à Sens, est définitivement tombé à l’eau. La firme allemande va finalement installer son site de 40 hectares en Seine-et-Marne.

Les élu·es écolos saluent l’urbanisation de deux hectares des Lentillères

Le dernier conseil municipal a acté la nouvelle version du projet d’écocité qui menace les Lentillères, en réintroduisant deux hectares de béton à l’est du Quartier. Aucune opposition ne s’est élevée, pas même de la part des élu·es écolos qui s’estiment très satisfait·es de ce nouveau plan...