Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Affaire Lafarge. Reportage au 4e sous-sol de l’anti-terrorisme. La SDAT en quête de nouveaux débouchés



Récit d’un gardé-à-vue au coeur de la Sous-Direction-Anti-Terroriste, en quête de nouveaux débouchés, pour sa participation présumée à une action sur un vaste site Lafarge, le plus gros producteur mondial de ciment, du 10 décembre 2022, à Bouc-Bel-Air dans la périphérie marseillaise.

Le 10 décembre 2022, à Bouc-Bel-Air dans la périphérie marseillaise, 150 personnes en combinaison blanches s’introduisent sur un vaste site Lafarge, le plus gros producteur mondial de ciment [1]. En un bref laps de temps elles mettent le site hors de fonctionnement à l’aide d’outils en tout genre puis repartent au soleil couchant. L’usine, classée comme l’une des 50 les plus polluantes du pays – 17 sont des cimenteries - restera à l’arrêt plusieurs jours. Elle faisait l’objet de plaintes des riverains – regroupés en association - depuis de nombreuses années [2]. Si les auteurs des faits s’évanouissent alors dans la nature, les photos de l’action feront le tour des médias français et internationaux. Elles sont alors emblématiques de la montée en puissance d’une écologie conséquente et de nouvelles formes d’intervention collectives face au ravage environnemental et aux criminels climatiques. Cette action se verra relayée, entre autre, par les Soulèvements de la Terre. 6 mois plus tard, le 5 juin, 15 personnes sont arrêtées dans diverses villes du pays, notamment par la Sous-Direction-Anti-Terroriste et placées en Garde-A-Vue 96h pour leur participation présumée à cette action, puis relâchées sans mise en examen. Le 20 juin 2023 un nouvelle vague d’arrestation débute.

Notre-dame-des-Landes, mardi 20 juin, il est 6h du matin. L’heure des mauvaises nouvelles en uniformes, des colonnes de fourgons blindés et des destructions. L’instant où se sont froissées de trop nombreuses fois les aubes de la ZAD ces quinze dernières années, sans pour autant nous décourager de nous y ancrer.

La nuit a déjà été brève. Je dois prendre un train tôt en direction de Paris et y retrouver mes camarades pour faire front face à la dissolution, annoncée pour le lendemain, des Soulèvements de la Terre. Ma compagne est réveillée par une série de cris, nous entrouvrons précipitamment la porte de la caravane pour vérifier. Des policiers cagoulés courent en braquant des armes partout dans le jardin. Ils hurlent « cible » en nous apercevant avant de nous mettre à terre à moitié nus et menottés dans l’herbe. Le seul homme dont on voit le visage, et qui semble diriger les opérations, m’annonce que je pars pour 96h en gare-a-vue pour « association de malfaiteurs et dégradation aggravée en bande organisée d’une usine Lafarge à Marseille ».

Trois hommes lourdement équipés m’entraînent menottés dans la caravane pour procéder à sa perquisition. Ils trouvent sous leurs yeux des téléphones et un ordinateur qui mobilisent tout leur intérêt et sont immédiatement mis sous scellés. Ils fouillent rapidement quelques placards, sans s’attarder plus que ça sur les piles de livres et la foule d’objets. Lorsque l’un d’eux ouvre un lanterneau au plafond, celui-ci révèle un nid de guêpes qui plongent dans son uniforme. Nous sortons rapidement de l’habitacle après cette confrontation subite aux alliances interspécifiques qu’affectionnent les habitant.es du bocage.

S’ensuit une perquisition tout aussi sommaire de notre maison commune. Un autre téléphone est trouvé dans le bureau et embarqué. Des fragments de nos vies punaisés aux murs sont pris en photo. Les nouveaux scellés ne sont même pas finis que certains policiers s’agitent pour faire repartir la troupe. L’officier qui m’interrogera par la suite ne cessera de se plaindre que les « bourrins cagoulés » de la BRI aient poussé à « bâcler » la perquisition de peur que des « ZADistes » hostiles ne débarquent à n’importe quel moment de par les champs et fassent dérailler l’opération. Comme quoi, mieux vaut parfois maintenir une petite réputation de ne pas toujours accueillir les bras ouverts certains types de visite.

On m’emmène dans une voiture entre 3 policiers qui me me bandent les yeux. Une fois la ceinture attachée avec les menottes les mains dans le dos, ils m’appliquent, en bonus, un masque chirurgical sur le visage. Je refuse sachant qu’il s’agit pour eux de prendre mon ADN « par ruse » [3] et tente un geste de la tête pour les en empêcher. Ils m’en couvrent de force en arguant que « c’est la procédure ». Il est 6h 30. Un mince fil résiduel de bocage défile sous mes yeux et je me demande bien pour combien de temps ce kidnapping m’en éloigne, et qui d’autres, ami .es ou inconnu.es, ont été pris au saut du lit ce matin.

J’apprendrai plus tard que certain.es de mes voisin.es ont aussi été réveillées brutalement dans plusieurs autres maisons de la ZAD. Dans l’une d’elles, la Brigade Antigang s’est illustrée en attaquant laborieusement au bélier pneumatique une porte dont l’ouverture aurait simplement nécessité d’en tourner la poignée. Après plusieurs mauvais rebonds sur le bois réfractaire de la forêt de Rohanne, une chute de bélier sur le pied et une entrée de maison défoncée, les cadors se sont rendus compte qu’ils n’avaient pas envahi la bonne maison. Ce qui n’a pas empêché l’un d’entre eux de mettre un coup de poing à son habitante et de la projeter à terre avant de l’enfermer dans une pièce avec son enfant de 4 ans, sous la garde d’un flic armé. Ils trouveront finalement leur proie ailleurs dans le hameau - celle-ci s’apprêtait à emmener son fils de 10 ans à l’école avant une journée de menuiserie - et l’enlèveront à son foyer avec un autre de ses co-habitants.

Après un arrêt sur un parking de centre commercial nantais où se regroupent bruyamment les dizaines d’agents de différents corps d’élite déployés pour l’opération, je comprends vite que je pars en fait pour un voyage prolongé jusqu’en périphérie parisienne. Je conserve les mains menottées derrière le dos, la bouche et les yeux bandés pendant les 5 heures qui suivent. Il faut être bien sûr que je ne puisse ainsi voir quoi que ce soit des 15 dernières minutes du voyage et de mon absorption à l’intérieur du bunker – classé secret défense - de la SDAT et de la DGSI à Levallois-Perret. « Ici si quelqu’un marche sans autorisation, on a le droit de tirer » me feront remarquer fièrement mes accompagnateurs, avant de me faire descendre au 4e sous-sol de l’édifice.

Ce que l’on apprend du silence

Quand on me démasque les yeux, je suis sous un néon dans une cellule immaculée, un univers de métal plein étouffé jusqu’auquel ne parviendront jamais ni la lumière du jour ni son extérieur. Quasi aucun bruit ne filtre non plus des autres personnes dont je découvrirai pourtant au fil du séjour qu’elles sont mes voisines de cellules. La configuration des lieux est sans doute propre à exacerber un sentiment d’impuissance et d’isolement. Tout semble ici tellement éloigné du monde qu’on ne doit pas s’imaginer un instant pouvoir sortir de ce caveau sans collaborer aux desseins de ses interrogateurs. Les 96 heures de garde à vue sont d’ailleurs toutes orientées autour d’un seul objectif : créer les conditions propres à extirper des aveux, en tout cas ce que les enquêteurs pourront considérer comme tels. Je comprendrai rapidement que la méthode pour y parvenir est l’alternance entre des moments d’isolement complet propres à susciter une longue introspection rédemptrice et un feu nourri de questions 1 ou 2 fois par jours. On vous a préalablement bien fait comprendre que si vous étiez ici c’était sérieux, d’ailleurs la qualification des faits pouvait vous valoir 20 ans en prison. Et puisque comme l’affirmera bientôt sans relâche mon interrogateur, la matérialité des preuves réunies dans l’enquête pour prouver ma culpabilité et celle des autres gardé.es à vue est désormais incontestable, la seul option valable sera dorénavant de discuter de la façon de l’admettre. Et de se concentrer après coup sur un « programme de réhabilitation individuelle » qui permette éventuellement à un juge d’envisager de réduire la peine.

Ceci étant, toute l’ironie de cette situation inhospitalière tient à la manière dont certains des rôles attendus peuvent finalement s’y inverser. La première des dignités quand on se retrouve emmené par des hommes cagoulés au 4e sous-sol de Levallois-Perret - mis en cause pour un supposé lien avec l’invasion retentissante d’une des usines les plus toxiques du pays - est en effet sans doute de garder le silence. Surtout quand on a pas accès au dossier d’instruction et qu’il n’y a pas la moindre confiance à avoir dans ce qui va être affirmé par les agents qui vous font face. Et quand on garde le silence, il se trouve que la seule personne qui, 4 jours durant, apporte à l’autre des informations nouvelles est finalement celle qui nous questionne en vain et se voit ainsi interrogée. Voilà que l’on se retrouve alors embarqué à son tour et à son corps défendant dans une sorte d’étrange contre-enquête : sur la Sous-Direction-Anti-Terroriste ses outils, son langage, sa lecture du monde et de ses victimes, ses mutations et ses prétentions du moment.

L’anti-terrorisme en quête de nouveau débouchés - écologie et violences extrêmes



Notes

[1Le béton représente 8% des émissions de Co2 mondiales. Quant au secteur du BTP c’est 39 % des émissions de CO2 au niveau mondial et de 33% des émissions françaises. L’entreprise Lafarge-Holcim semble cumuler les scandales environnementaux dans ses carrières, centrales à béton et cimenteries. C’est bien aussi Lafarge-Holcim qui a financé Daesh en Syrie, avec l’accord tacite de la DGSE et de l’État. L’entreprise a d’ailleurs été condamnée pour financement du terrorisme par la justice américaine en octobre 2022.

[2Grâce à des dérogations préfectorales, l’usine dépassait largement les seuils fixés par l’Europe en matière d’oxyde de soufre. L’association, les zones d’habitation et commerçantes autour de l’usine ont longuement témoigné et lutté pour prouver qu’elles ne pouvaient plus respirer correctement, par le biais d’articles, enquêtes, reportages, photographies de l’usine et des nuages de pollution. L’usine brûlait et brûle toujours des milliers de pneus pour alimenter ses fours.

[3Merci à ce sujet au retour écrit sur les garde à vue de Montreuil dans l’affaire de l’usine Lafarge : https://www.millebabords.org/spip.php?article38008.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Surveillance, fichage

VSA et Jeux Olympiques : Coup d’envoi pour les entreprises de surveillance

Après des mois d’attente, les entreprises chargées de mettre en place la vidéosurveillance algorithmique dans le cadre de la loi Jeux Olympiques ont été désignées. Sans grande surprise, il s’agit de sociétés s’étant insérées depuis plusieurs années dans le marché de cette technologie ou entretenant de bonnes relations avec l’État. Les « expérimentations » vont donc commencer très prochainement. Nous les attendons au tournant.

Appel à rassemblement en soutien à Julien Assange

Les 20-21 février, la Haute Cour britannique examinera la recevabilité de l’ultime appel de Julian Assange au Royaume-Uni pour empêcher son extradition vers les États-Unis, où il risque jusqu’à 175 années de prison pour espionnage.

Articles de la même thématique : Terrorisme / Antiterrorisme

Une rencontre avec Kamel Daoudi, une émission de Mayday

Kamel Daoudi est connu pour être l’un des plus anciens assignés à résidence en France. Pour ces émissions on a pris le temps d’aller le rencontrer à Aurillac, on l’a enregistré longuement et on vous restitue son histoire Kafkaïenne en 2 segments d’une cinquantaine de minutes chacun.

Analyse des méthodes de la justice dans le procès anti-terro des inculpé.es du 8.12

Nous allons tenter ici d’exposer les différentes méthodes des juges et des procureur.es au cours du procès des inculpé.es du 8.12 qui s’est déroulé du 3 au 27 octobre 2023 à la 16e chambre du Tribunal correctionnel de Paris. Nous ne reviendrons pas sur les aberrations que comporte le dossier en lui-même, que ce soit le rapport du juge d’instruction ou celui du PNAT, ni sur les mensonges et manipulations de la DGSI, car tout ceci mériterait un autre texte au vu de la quantité de matière à développer.