Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Appel national à manifester contre la vie chère à Montpellier



Une manifestation nationale contre la vie chère aura lieu le samedi 10 décembre à Montpellier, 14h place de la Comédie.

A PARTAGER SUR TOUTES LES PLATEFORMES ET RESEAUX SOCIAUX !

Appel National à manifester à Montpellier contre la vie chère samedi 10 décembre à partir de 14h sur la place de la Comédie.
Soyez bienvenus de toutes les régions. Ici une page pour les hébergements et les covoiturages : https://www.facebook.com/profile.php?id=100087115452832 ou un groupe ici : https://www.facebook.com/groups/316708472342660/posts/1112547349425431/

Le climat politique est délétère. L’inflation bat son plein et les prix des biens de première nécessité ont explosé : nourriture, électricité, essence, gaz…. Les promesses doucereuses du gouvernement autour d’un « bouclier tarifaire » n’y font rien : les prix augmentent, et ce ne sont pas les miettes d’augmentation des salaires et des pensions qui y changent quelque chose. Le proche futur s’annonce pire. Après une promesse de « la fin de l’abondance » qui fait rire jaune ceux et celles qui peinent à boucler leurs fins de mois depuis des années, c’est une très importante dégradation de nos conditions de vie qui s’annonce : hausse de 20 % de l’essence en novembre, de 15% de l’électricité et et du gaz (pour les chanceux qui bénéficient du tarif conventionné – de 100% pour les autres) en janvier 2023. A cela s’ajoute le sabotage des pipelines Nord Stream : le gaz est coupé en Europe, pannes d’électricité et de chauffage sont en vue. Cerise sur le gâteau, le gouvernement brandit le spectre d’une réforme de l’assurance chômage délétère de même qu’une réforme des retraites qui nous ferait travailler deux ans de plus et liquiderait les régimes spéciaux.
Si nous nous laissons faire, c’est une dégradation significative de nos conditions de vie qui s’annonce : travailler plus pour gagner moins, voilà le vrai slogan du capitalisme néolibéral. Quant à ceux et celles qui ne travaillent pas, il ne faut pas s’inquiéter : par des mesures infantilisantes et contraignantes, on les forcera à travailler plus pour gagner moins.
Tout porte a croire qu’on va crever de froid cet hiver, mais on nous dit de porter des col roulé et d’éteindre le wifi... D’autres solutions que des pull qui grattent (fussent-ils en Cachemire) sont possibles. Ce sombre futur n’est pas une fatalité. Partout dans le monde, les exploités se soulèvent et font courir les gouvernements : Kazakhstan, Sri Lanka, Iran. Plus près de nous, les grèves et refus collectifs de payer les factures se multiplient en Grande-Bretagne. Il est donc possible de se battre.
Seul un soulèvement de la population parviendra à faire reculer le pouvoir du capital : refus collectifs de payer, grèves sauvages, occupations de places et de rond-point seront la clé de ce soulèvement qui reste à inventer. Il faut le construire petit pas par petit pas et ce jusqu’à la victoire.
Ici l’événement Facebook de l’assemblée Montpellier contre la vie chère :
https://www.facebook.com/events/457399716500674?active_tab=about



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Précarités

Conflit de classes inversé, l’épine dans le pied des luttes sociales

Hiver 2023, mouvement social contre la réforme des retraites. Fonctionnaires, salarié·e·s d’entreprises publiques, étudiant·e·s sont en grève et dans la rue. Caissier·ères, ouvrier·ères du bâtiment, femmes de ménage, livreurs deliveroo et autres salarié·e·s de la « deuxième ligne » sont au taf. Les classes moyennes peuvent-elles faire seules la révolution ?

Inégalité de traitement et autres violations du droit : Ethicofil, une éthique en toc

Inégalité de traitement, absence de réunions obligatoires du CSE, pressions, menaces, absence de suivi CDDI, irrespect de procédure, congés payés imposés aux salarié(e)s en violation des textes en vigueur, invention du concept de volontariat-collectif…
Cet inventaire à la Prévert, quoique non exhaustif, n’est pas tiré de l’œuvre nauséabonde d’un grand patron d’extrême droite comme on pourrait le penser, mais de celle du président d’Ethicofil, association dont le CA est majoritairement composé de « militants » de la CFE-CGE – et dont le président, lui-même conseiller prud’homme CFE-CGC – semble s’asseoir, chaque jour un peu plus, sur le code du travail.

Articles de la même thématique : Grèves, blocage, sabotage

Grève au CHU de Dijon

La situation dans les hôpitaux est toujours plus critique. De plus en plus de professionnels ne supportent plus (...)