[Belfort] Un policier dessine un symbole nazi géant sur un toit : il accuse la météo !

À Belfort, un policier sera convoqué devant le tribunal judiciaire de Belfort le 16 juin pour « apologie de crimes contre l’humanité ».

Les faits ont eu lieu à Belfort, dans l’Est de la France. Un policier exerçant « dans le grand Est » a « décoré » le toit d’un bâtiment « contigu à la maison de son père », où il faisait des travaux, avec une croix gammée géante de couleur claire.
Selon la presse, « le signe nazi était visible de très loin et avait été découvert au début du mois ». Des riverains, choqués, avaient pris en photo le symbole, et des gendarmes avaient mené l’enquête. Retrouvé et auditionné, « le policier aurait avancé que la croix s’était formée quand il remettait des tuiles arrachées par le vent ». Bref, un « hasard » provoqué par la météo.
Dans la droite ligne de l’esprit de corps des forces de l’ordre, toujours prêts à défendre l’indéfendable, ses collègues affirment ne pas croire à sa culpabilité et lui apportent leur soutien. « Après 20 ans d’ancienneté, il ne serait pas devenu nazi », déclare l’un d’eux sous couvert d’anonymat. « On s’en serait aperçu avant. » Dans une institution qui vote à 60% pour Le Pen, des arguments tout à fait crédibles par des témoins à la moralité irréprochable. Le policier, sera convoqué devant le tribunal judiciaire de Belfort le 16 juin pour « apologie de crimes contre l’humanité ».
Cette affaire aussi effrayante que grotesque révèle, encore une fois, la pénétration très importante des idées d’extrême droite dans la police française. Y compris l’idéologie néo-nazie génocidaire. Elle illustre aussi le sentiment d’impunité affolant des agents : après avoir affiché un symbole nazi à la vue de tous, un policier pense pouvoir se défendre en accusant le vent dans les tuiles. Un style de défense typique des enquêtes de l’IGPN, avec des policiers responsables de mutilations qui mentent comme des arracheurs de dents et se couvrent entre eux sans être inquiétés.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Police

Jérôme Laronze : 4 ans déjà !

Le 20 mai 2017 Jérôme Laronze, paysan éleveur de 37 ans était abattu par un gendarme, de 3 balles, une sur le côté et deux dans le dos. 4 ans après les faits, la procédure n’avance pas ! C’est pourquoi nous nous rassemblerons devant le palais de justice de Châlon-sur-Saône à 16h30 le jeudi 20 mai 2021 pour exiger Justice et Vérité pour Jérôme Laronze !

Articles de la même thématique : Extrême-droite

Militant d’extrême-droite jugé à Dijon : « Vous l’avez laissé pour mort »

Jeudi 20 mai au TGI de Dijon, deux prévenus comparaissaient pour des violences qualifiées d’inouïes. Après trois renvois dont l’un pour une « perte du dossier », les parties civiles ont enfin pu exprimer leur désarroi et obtenir réparation. Eddy M. et Julie D. ont été reconnus coupables, lourdement condamnés malgré l’absence d’antécédents. Une audience qui fait écho aux convictions extrémistes du principal accusé, bien qu’elles n’aient pas émergé durant les poursuites. Car cette caractéristique pourrait être une clé, et nourrir d’autres affaires à ce jour sans suites.