[Bure] Un avocat placé en garde-à-vue

Mercredi 20 juin, une vague de perquisition et d’arrestation sans précédente a eu lieu à Bure et ses alentours. 6 personnes ont été arrêtées, parmi lesquelle un des avocats du mouvement. C’est un fait rarissime et très inquiétant. 50 avocat·es réagissent.

« Plusieurs perquisitions et interpellations sont menées depuis ce mardi matin dans au moins cinq lieux de vie de militants opposés au projet Cigéo d’enfouissement de déchets nucléaires, dont l’emblématique « Maison de la Résistance » située sur la commune de Bure. Sept d’entre eux seraient gardés à vue à l’heure actuelle, pour des faits remontant à plusieurs mois et faisant l’objet d’une instruction judiciaire.

Plus préoccupant encore, l’avocat de nombreux militants a été lui-même interpellé ce matin lors d’une perquisition à son cabinet parisien et placé en garde à vue. Un tel procédé porte non seulement atteinte au droit à une défense effective mais constitue également une gravissime remise en cause du plein exercice de la profession d’avocat, pourtant garanti par la loi et la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme.

Alors que les perquisitions, les interpellations et les condamnations se multiplient dans la Meuse depuis l’hiver dernier, l’ampleur et la gravité de l’action policière de ce jour marquent une nouvelle étape dans la répression des mouvements d’opposition au projet Cigéo. Nous dénonçons avec force ces méthodes disproportionnées et choquantes qui foulent aux pieds les libertés fondamentales les plus essentielles : le droit de se défendre et le droit de défendre. »

Premiers signataires :

Xavier SAUVIGNET (avocat au barreau de Paris )

Matteo BONAGLIA (avocat au barreau de Paris)

Aïnoha PASCUAL (avocat au barreau de Paris)

Lucie SIMON (avocate au barreau de Paris)

Raphaël KEMPF (avocat au barreau de Paris)

Alice BECKER (avocat au barreau de Paris)

Chloé CHALOT (avocat au barreau de Rouen)

Laurence ROQUES (avocate au Barreau du Val de Marne, Présidente du Syndicat des Avocats de France)

Anis HARABI (avocat au barreau de Paris)

Emilie BONVARLET (avocat au barreau de Paris)

Samuel DELALANDE (avocat au barreau de Paris)

Pierre HURIET (avocat au barreau de Nantes)

Muriel RUEF (avocat au barreau de Lille)

Martin MÉCHIN (avocat au barreau de Paris)

Claire DUJARDIN (avocat au barreau de Toulouse)

Florence ALLIGIER (avocat au barreau de Lyon)

Claude COUTAZ (avocat au barreau de Grenoble)

Ariana BOBETIC (avocat au barreau de la Seine Saint Denis)

Antoine GATET (juriste mouvement France Nature Environnement)

Louis COFFLARD (avocat au barreau de Paris)

Jean-Louis BORIE (avocat au barreau de Clermont-Ferrand)

Thomas DUBREUIL (avocat au barreau de Vannes)

Charlotte BRUNET (avocate au barreau de Paris)

Guillaume GREZE (avocat au barreau de Paris)

Sandrine GELIS (avocate au barreau de Mont-de-Marsan)

Miriana MILICH (avocate au barreau de Paris)

Sophie MAZAS (avocate au barreau de Montpellier)

Priscilla MIGNARD (avocate au barreau de Laval)

Pauline GILLIET (avocate au barreau de Paris)

Céline BRONZANI (avocate au barreau d’Aix-en-Provence)

Alice TERRASSE (avocate au barreau de Toulouse)

Antoine LAPLANE (avocat au barreau de Nantes)

Mathieu VICTORIA (avocat au barreau d’Aix-en-Provence)

Alexandre FARO (avocat au barreau de Paris)

Adélaïde JACQUIN (avocat au barreau de Paris)

Emeline GIORDANO (avocate au barreau d’Aix-en-Provence)

Adrien MAMÈRE (avocat au barreau de Paris)

Anne-Caroline CHICHE (avocate au barreau de Lille)

Brigitte JEANNOT (avocate au barreau de Nancy)

Clémentine PERROS (avocate au barreau de Paris)

Sébastien MABILE (avocat au Barreau de Paris)

Laure GALINON (avocate au Barreau de Toulouse)

Simon DENIS (avocat au barreau de Paris)

Florence BOUCHET (avocate au barreau de Paris)

Arié ALIMI (avocat au barreau de Paris)

Pauline JUSTER (avocat au barreau de Paris)

Daphné VAGOGNE (avocat au barreau de Paris)

Aurélie MARCEL (avocat au barreau de Grenoble)

Marie ROCH (avocate au barreau de Paris)

Josselin GUILLON (élève-avocat)

Emmanuel WORMSER (avocat au barreau de Lyon)

Janaïna LEYMARIE (avocate au Barreau de Toulouse)


P.-S.


Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

No Tav : un été de lutte contre le TGV Lyon-Turin

Même si on en parle encore peu côté français, la lutte contre le projet de TGV Lyon-Turin a repris de plus belle depuis début juillet ! Alors que les habitant·es du Val Susa se battent depuis une vingtaine d’année contre la destruction de leur vallée, la lutte vient d’entrer dans une nouvelle phase.
À partir de différents extraits d’articles, voici un petit retour sur la situation de ce dernier mois.

Concerts de soutien aux jardins de l’Engrenage

La solidarité potagère est en marche ! Samedi 1er et dimanche 2 août au soir, le collectif Mammouth organise des concert de soutien aux jardins de l’Engrenage. Ceux-ci se dérouleront à la Grange rose du quartier libre des Lentillères.

Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

Batterie Ministérielle - (De la gestion sanitaire à la Maison d’arrêt de Massama)

Ce texte daté au 10 juillet et traduit ci-après, a été publié le 16 juillet sur Carmilla on line.
Il a valeur de témoignage, d’un traitement contraire à la dignité humaine d’une personne malade, sans doute gravement, et pour ainsi dire privée des soins que son état nécessiterait.

Lutte contre la maxi-prison de Haren (Bruxelles)

Entretien avec une militante, membre du Collectif de Lutte Anti-Carcérale (CLAC) à Bruxelles et active dans le combat contre la construction de la maxi-prison de Haren.

Meurtres et mensonges d’État : la police française a tué au moins 12 personnes durant le confinement

Durant ces 2 mois de confinement, si un certain nombre de violences policières ont pu être dénoncées grâce aux images et aux révoltes dans les quartiers populaires et mises en lumière dans les médias, les morts liées aux interventions de la police sont restées dans l’angle mort. Malgré un article publié le 20 avril sur cette situation, largement relayé et suivi de tribune, aucun média national n’a titré sur ces morts. À la fin de ce confinement, ce sont 12 personnes qui sont mortes à cause de la police. À ce rythme, personne ne peut continuer à parler de bavures isolées. Ils s’agit de meurtres systémiques validés par l’État français. Le site Rebellyon.info a publié un recensement de ces violences commises par la police pendant le confinement.