[Chalon-sur-Saône] Agressions d’extrême-droite après une manifestation de soutien aux migrants

Fin décembre, 4 personnes ont été agressées par des fachistes à Chalon-sur-Saône. Retour sur les faits, réactions publiques, et un point sur l’extrême-droite chalonnaise.

Vendredi 18 décembre à Chalon-sur-Saône 4 personnes dont la présidente de la Cimade 71 et deux membres du PCF ont été agressées par deux militants d’extrême-droite. Cette agression, a eu lieu alors que les victimes quittaient un rassemblement organisé à l’occasion de la Journée internationale des migrants.

Dans un communiqué, les membres du PCF 71 ont tenu à apporter leur soutien au Collectif Chalon Solidarité Migrants (dont ils font partie) et à la Cimade Chalon, ainsi qu’à dénoncer la lacheté de cette agression par surprise, dans le dos, et visant notamment deux personnes retraitées.

Une attaque revendiquée par l’extrême-droite

Cette attaque a été revendiquée par des membres de l’extrême-droite sur Telegram :

Au terme d’une manifestation d’une soixantaine de gauchistes, en soutien aux migrants, deux nationalistes Bourguignons attaquent les jeunes PCF. Sous la pression, ils abandonnent leurs matériels.

Revendication accompagnée d’une photo où l’on voit des pancartes prises aux militants et un drapeau bourguignon.

Pour les membres du PCF « il est certain que cette opération était préméditée ». Ils sont également convaincus de la participation d’une troisième personne.

L’extrême-droite à Chalon-sur-Saône
 
La présence de groupuscules fascistes et nationalistes à Chalon n’est pas nouvelle. Dés les années 80 le FN local comptait dans ses rangs des personnalités ouvertement néo-nazies, comme Christian Launay, qui s’était notamment illustré en accrochant un drapeau à croix gammée à la fenêtre de la permanence du FN pendant les élections cantonales de 1988. Il était par ailleurs membre du DPS, la milice le « service d’ordre » du FN et du RN, fondée par un ancien de l’OAS [1].
Il sévit toujours localement en organisant notamment des concerts de groupes d’extrême-droite en Saône et Loire, et son épouse a été candidate du parti d’extrême-droite SIEL aux législatives de 2017, et sous l’étiquette RN aux municipales de 2020 (dans deux ville sous deux noms différents !). [2]
Aujourd’hui c’est la section locale du PdF [3] qui réunit l’extrême-droite chalonnaise la plus radicale autour de Sandrine Debode et de Benjamin Lematte. C’est eux qui sont notamment à l’origine du rassemblement contre l’installation d’un centre d’accueil des migrants à Pouilly-en-Auxois en 2015. Lematte, ancien du FNJ [4] avait déjà été convoqué pour des dégradations sur ce centre d’accueil.
 
Pour en savoir plus :

Communiqué du PCF 71 (extrait)

Cette agression s’inscrit dans un continuum de délits contre notre parti, à l’échelle nationale et locale (dégradations de locaux, y compris à Chalon s/Saône, agressions physiques de camarades, d’élus et de leurs familles…).

Elle s’inscrit également dans un climat de violence de l’État contre les migrants et contre celles et ceux qui défendent les Droits de l’Homme, mais aussi contre les citoyens qui contestent la politique antisociale du gouvernement. Cette violence illégitime de l’appareil d’État encourage la parole et les passages à l’acte des extrémistes racistes et réactionnaires.

Comme dans les heures les plus sombres de notre histoire, l’extrême-droite s’en prend en priorité aux femmes et aux hommes engagés dans les combats pour la paix, la solidarité entre les peuples, contre le fascisme, le colonialisme et le racisme.

Il n’est pas anodin que cet événement survienne à Chalon dans le climat politique entretenu par la droite et l’extrême-droite. Celles-ci tentent de détourner la colère légitime contre un système capitaliste inégalitaire et destructeur, vers des boucs émissaires rendus responsables de la situation (Pauvres, Musulmans, Juifs, Réfugiés…).

Nous demandons solennellement à l’ensemble des élus chalonnais, à M. le Maire de Chalon s/Saône, à M. le Député, qui se réclament des valeurs de la République, de prendre leurs responsabilités et de condamner publiquement cette agression et d’affirmer leur volonté de combattre les idées d’extrême-droite.
[...]
Nous appelons toutes les organisations chalonnaises à se rassembler dès janvier pour faire front contre la montée de l’extrême-droite.


Communiqué du Collectif Chalon Solidarité Migrants

Vendredi 18 décembre quatre militants actifs du Collectif Chalon Solidarité Migrant (dont deux femmes retraitées et une jeune étudiante) se sont fait agresser par deux jeunes individus.

En premier lieu nous tenons à apporter tout notre soutien à l’ensemble des nombreux militants de notre association.

Cette agression a été revendiquée.
Sans surprise il s’agit de militants d’extrême droite.
Cette opération était sans nul doute possible, préméditée, et dans la lignée des techniques d’intimidations si chères à ces groupuscules dès les années 30.
Sur fond de politique gouvernementale anti migrants, comme la démonstration de force d’évacuation du camp de réfugiés à Paris le 23 novembre dernier.
Sur fond d’un climat délétère cherchant des coupables à tous les maux de nos sociétés occidentales, les groupuscules d’extrême droite n’ont plus peur de commettre leurs méfaits en plein centre-ville et aux yeux de tous.
Cette situation est plus qu’alarmante et ne peut que nous rappeler les heures les plus sombres de notre pays, pas si lointaines que ça.
Le collectif affirme qu’il ne cédera pas aux pressions des organisations d’extrême droite et qu’il continuera son travail de dédiabolisation des migrants auprès de la population chalonnaise.
De même le Collectif appelle tous les élus chalonnais, tous les syndicats, tous les responsables politiques et toutes leurs organisations, à dénoncer publiquement cette lâche agression et faire bloc contre la montée des idées d’extrême droite.
Nous exprimons également notre sincère reconnaissance à cette jeune lycéenne et à sa famille qui sont intervenues de suite, dès qu’elles ont vu l’agression. Merci de leur soutien et de leur comportement citoyen qui fait chaud à l’Humanité.

Le Collectif Chalon Solidarité Migrants.



Notes

[1Organisation de l’armée secrète, un groupuscule d’extrême-droite défendant le maintien de l’Algérie au sein de l’empire colonial français. Le groupe a à son actif près de 3000 morts en à peine 2 ans.

[2Voir L’espion qui venait du SIEL sur le site de La Horde

[3Parti de la France, une scission du FN regroupant ses membres ouvertement neo-nazi, pétainistes, skins, ou nostalgiques de l’Algérie Française

[4Front National Jeunes

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Fascisme

Militant d’extrême-droite jugé à Dijon : « Vous l’avez laissé pour mort »

Jeudi 20 mai au TGI de Dijon, deux prévenus comparaissaient pour des violences qualifiées d’inouïes. Après trois renvois dont l’un pour une « perte du dossier », les parties civiles ont enfin pu exprimer leur désarroi et obtenir réparation. Eddy M. et Julie D. ont été reconnus coupables, lourdement condamnés malgré l’absence d’antécédents. Une audience qui fait écho aux convictions extrémistes du principal accusé, bien qu’elles n’aient pas émergé durant les poursuites. Car cette caractéristique pourrait être une clé, et nourrir d’autres affaires à ce jour sans suites.

Articles de la même thématique : Nationalisme, patriotisme

À la Fraternité Saint-Pierre de Dijon, des soutiens pas (toujours) très catholiques

Par un communiqué paru le 17 mai dernier, Monseigneur Roland Minnerath a déclaré ne pas reconduire le ministère de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre (FSSP). Au sein du Diocèse de Dijon, la nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Officiellement, les parties communiquent sur un litige d’ordre purement organisationnel et pratique. Mais d’autres sources affirment que les connivences entre traditionalistes et extrême-droite radicale auraient également pesé. Il s’avère en effet que nationalistes, royalistes, et autres néonazis, apparaissent très présents de ce côté là du Tout-Puissant.

Le verre à moitié plein !

Retour rapide et subjectif du groupe anarchiste dijonnais La Mistoufle à propos de la manifestation antiraciste du 12 juin dernier.

Les « loups gris » attaquent l’association kurde de Lyon et blessent gravement 4 personnes

Nous sommes profondément indignés d’apprendre qu’une vingtaine de « loups gris » à la solde de l’islamo-fasciste turc Erdogan ont attaqué aujourd’hui, samedi 3 avril, l’association kurde de Lyon membre de notre réseau. Les loups gris vêtus de cagoules, ainsi que de battes de baseball et d’armes blanches, ont attaqué avec la plus grande violence notre association de Lyon et passé à tabac ses membres. 4 kurdes se trouvant dans les locaux de l’association ont été blessés jusqu’au sang par les dangereux nervis d’Erdogan.