Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Meurtre de Thomas : à l’extrême droite rien se crée, rien ne se perd, tout se récupère.



Retour, par La Horde, sur la mécanique funeste des mobilisations nationalistes en France et focus sur l’échec de l’expédition punitive raciste de Romans-sur-Isère.

Thomas a été tué à coups de couteau, le 19 novembre lors d’un bal à Crépol. Dans une sinistre mécanique de récupération désormais rôdée, l’extrême droite instrumentalise ce dramatique fait divers pour l’ériger en fait de société. Parfaitement indifférente à la réalité des évènements, elle s’en sert de levier pour fracturer un peu plus la société et aussi et ce n’est pas accessoire, laisser libre cours à sa violence. Pour d’évidentes raisons nous mettons de côté la marche blanche organisée autour de la famille et nous allons revenir uniquement sur les rassemblements à l’initiative de l’extrême droite, ainsi que sur la mécanique qui les anime. Bien que relativement nombreux (Reims, Laval, Aix, Lyon, Romans-sur-Isère, Toulouse, Albi, Colmar, Angers, Annecy, Grenoble, Paris) ils n’ont guère drainé beaucoup plus d’un millier de personnes. Mais ils ont parfois débouché sur les habituelles scènes de violences racistes et de chasse à l’homme qui connaîtront leur paroxysme pathétique à Romans-sur-Isère, révélant un sentiment d’impunité manifeste chez les nationalistes radicaux.

Sortir du carcan nationaliste

C’est désormais un schéma redondant, où les « influenceurs » nationalistes tel Damien Rieu tiennent un rôle pivot, celui de déformer la réalité afin de la plier à leur vision idéologique. Chaque fait divers est monté en épingle et sert de catalyseur pour créer une polémique sur les réseaux sociaux en espérant lui trouver un débouché dans la rue avec l’appui des groupuscules fascistes locaux. L’idée est de sortir de la bulle nationaliste pour que des contacts avec le grand public se fasse et ainsi faire infuser leurs idées dans la société. Quitte, ou plutôt forcément, en passant par des amalgames, des raccourcis et de gros mensonges. Internet n’oublie rien mais le déluge d’information fait que la vérité est rarement exhumée de ce fatras. Et de toutes façons, on retrouve une tendance lourde quand on oppose des faits aux fantasmes de l’extrême droite : « Cela aurait pu arriver ». Si ce n’est pas vrai, c’est au moins plausible et cela suffit à leur univers mental fictionnel. Le conditionnel conditionne leur nuisance. Le modèle Trump a prouvé l’efficacité délétère de cette méthode.
Comme pour Lola, on a vu toute l’extrême droite s’atteler à faire monter des hashtags au sujet du meurtre de Thomas. Comme pour Lola, la plupart des illustrations et graphisme autour de Thomas soulignent la jeunesse de la victime et mettent en avant son visage pour facilité une plus forte empathie, voire une forme identification pour les plus jeunes. Une affiche produite par Argos, la resucée de Génération Identitaire, a servi de matériel de fortune pour nombre de collages en France. D’autres plus brutes clamaient « Face aux assassins, plus de marches blanches, légitime défense ». Le plus souvent, visuellement, ces campagnes tentent de désarmer l’esprit critique du spectateur/rice, ne cherchant qu’à susciter l’émoi et la compassion. Un préalable indispensable pour avancer des concepts aussi indigents que le « francocide », opéré par des « barbares », qui serait en cours.

JPEG - 40.3 ko

exemple d’affiche tournant dans les milieux nationalistes

L’impossible jonction avec « le pays réel »

Parmi les mobilisations on a pu constater des expéditions punitives nocturnes comme à Reims, Rennes, Romans-sur-Isère ou de manière plus ambivalente à Lyon. Pour prendre un exemple, à Reims, un groupe d’une cinquantaine de fafs a posé devant la cathédrale derrière un drapeau noir flanqué d’une croix celtique. Clairement ici, il ne s’agissait pas d’attirer le chaland. On y reviendra mais le plus souvent, ce sont des hommages « apolitiques » qui ont prévalus. Car comme lors de l’émoi autour du meurtre de Lola cet apolitisme de façade permet de noyer le poisson et de déposer des rassemblements et manifestations en préfecture via des prête-noms. Ainsi les interdictions préventives ont pu souvent être évitées et elles ont même le plus souvent pu se dérouler sous protection policière. Nous n’opposons pas ces différentes formes d’intervention publiques. Comme de coutume elles sont le reflet d’une tension propre à la dynamique de l’extrême droite radicale qui oscille toujours entre l’inconciliable recherche de respectabilité et le désir d’assouvir une violence perçue comme libératrice. On notera après notre recension qu’une forme où l’autre ne débouche pas forcément sur une mobilisation plus large. Indéniablement les bas du front cogneurs ont les coudées franches pour agir souvent en toute impunité, avec un pouvoir politique qui s’en accommode volontiers. Par contre les nationalistes ne parviennent pas à faire la jonction avec leur mirage de « pays réel » tant fantasmé et qui pourtant continue de repousser leur projet politique.

Panorama des mobilisations locales...



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nationalisme, patriotisme

Articles de la même thématique : Extrême-droite

Conflit de classes inversé, l’épine dans le pied des luttes sociales

Hiver 2023, mouvement social contre la réforme des retraites. Fonctionnaires, salarié·e·s d’entreprises publiques, étudiant·e·s sont en grève et dans la rue. Caissier·ères, ouvrier·ères du bâtiment, femmes de ménage, livreurs deliveroo et autres salarié·e·s de la « deuxième ligne » sont au taf. Les classes moyennes peuvent-elles faire seules la révolution ?