[Dijon] La police attaquée aux Grésilles

Dans la nuit de mercredi à jeudi vers 22h30, alors que les pompiers intervenaient pour éteindre un incendie de véhicules, les flics qui les escortaient ont été la cible de jets de bouteilles et de de tirs de feu d’artifice.
Deux voitures ont été incendiées, et une troisième a brulé par propagation, tandis que des conteneurs à poubelles ont été incendiés au milieu d’une rue, probablement pour bloquer l’arrivée des flics.

Précisons que, contrairement à ce que relaye l’intégralité de la presse locale, reprenant en cela le communiqué des syndicats de flics, les agents n’ont pas été la cible de tir de "mortiers", en tous cas pas au sens d’armes de guerre, mais simplement de feux d’artifices.
Comme l’expliquait CheckNews en novembre dernier "il s’agit, en effet, d’un abus de langage. Les mortiers utilisés n’ont rien à voir avec des armes de guerre. Un mortier, c’est un dispositif explosif utilisé en pyrotechnie, qui permet d’allumer les feux. Comme l’expliquait le Parisien en 2013, les mortiers d’artifice se présentent « sous forme de boule dont le diamètre varie entre 40 mm et 60 mm et qui s’utilisent avec un tube planté dans le sol »."



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Police

Manifestation contre la loi sécurité globale mardi soir à Dijon

Plusieurs organisations politiques, syndicales et associatives appellent à manifester contre la loi sécurité globale mardi 24, jour du vote de la loi à l’assemblée nationale. Cette loi liberticide interdit notamment de filmer les policiers en exercice. Elle permet au contraire à ceux-ci d’utiliser des drones de surveillance, la reconnaissance faciale, ou encore d’être armés en-dehors de leur service.