[Dijon] La police attaquée aux Grésilles

Dans la nuit de mercredi à jeudi vers 22h30, alors que les pompiers intervenaient pour éteindre un incendie de véhicules, les flics qui les escortaient ont été la cible de jets de bouteilles et de de tirs de feu d’artifice.
Deux voitures ont été incendiées, et une troisième a brulé par propagation, tandis que des conteneurs à poubelles ont été incendiés au milieu d’une rue, probablement pour bloquer l’arrivée des flics.

Précisons que, contrairement à ce que relaye l’intégralité de la presse locale, reprenant en cela le communiqué des syndicats de flics, les agents n’ont pas été la cible de tir de "mortiers", en tous cas pas au sens d’armes de guerre, mais simplement de feux d’artifices.
Comme l’expliquait CheckNews en novembre dernier "il s’agit, en effet, d’un abus de langage. Les mortiers utilisés n’ont rien à voir avec des armes de guerre. Un mortier, c’est un dispositif explosif utilisé en pyrotechnie, qui permet d’allumer les feux. Comme l’expliquait le Parisien en 2013, les mortiers d’artifice se présentent « sous forme de boule dont le diamètre varie entre 40 mm et 60 mm et qui s’utilisent avec un tube planté dans le sol »."



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Police

Ficher pour mieux régner / Désarmons-les

Compte moral, sommier, registre, répertoire, casier et finalement « traitement de données à caractère personnel » : le vocabulaire est foisonnant pour décrire l’arme de basse intensité qu’est devenu le fichier dans l’arsenal répressif. Le système disciplinaire du capitalisme sécuritaire a toujours eu besoin d’ingrédients techniques pour contraindre les corps indociles à la bonne marche de l’ordre social. Si les fichiers clients ou les « profils » prospèrent aujourd’hui dans le marasme du Big Data, l’État puissant, qu’il soit monarchique, impérial ou républicain, s’est toujours évertué à étiqueter méthodiquement ses sujets afin de préserver son pouvoir de domination.

Le Préfet ment comme il respire pour justifier les violences de sa police !

« Le Préfet accuse donc les défenseurs des Jardins de l’Engrenage de violenter les forces de l’ordre, et même d’user des cocktails molotov ! [...] Aucun cocktail molotov n’a été utilisé ni préparé. Aucun policier n’a été blessé, même très légèrement.[...] Le Préfet ment comme il respire.[...] À l’Engrenage, la violence est policière et institutionnelle. »