[En images] Culture en danger : 200 personnes rassemblées place de la Libération

200 personnes se sont réunies jeudi 4 mars pour exiger plus de soutien au milieu cuturel, et un plan de réouverture clair des salles de spectacle.

L’appel au rassemblement du 4 mars, un an jour pour jour après la première fermeture des lieux culturels, était très large. Plusieurs centaines de personnes étaient présentes hier pour exiger :

  • des échéances crédibles sur la réouverture des salles
  • la mise en place d’un protocole sanitaire qui permette de reprendre le travail
  • la prolongation de l’année blanche pour les intermittent·es

Beaucoup d’intermittent·es présent·es n’ont pas pu travailler depuis un an.
Ils et elles ont crié leur colère pendant une bonne minute :

Ils et elles ont aussi reçu la visite de F.Rebsamen, qui a fait l’immense effort de descendre de son bureau pour saluer la foule et se faire prendre en photo...

JPEG - 698 ko
JPEG - 594.8 ko
JPEG - 886.3 ko
JPEG - 482.5 ko
JPEG - 686.8 ko
JPEG - 483.2 ko
JPEG - 495.1 ko
JPEG - 519.5 ko
JPEG - 536.4 ko
JPEG - 494.6 ko
JPEG - 522 ko
JPEG - 714.9 ko
JPEG - 514.3 ko
JPEG - 521.9 ko
JPEG - 506.2 ko
JPEG - 481 ko
JPEG - 560.6 ko

https://www.francebleu.fr/infos/societe/covid-19-deux-personnes-manifestent-pour-sauver-la-culture-a-dijon-1614849862



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Souris ! Eh ! Une action syndicale sur la détresse psychologique au travail

UNIS-METIS, syndicat membre de Solidaires 21, lance une action syndicale, « Souris ! Eh ! », sur la détresse psychologique au travail. L’action vise à la fois l’accueil et l’accompagnement des victimes, que la prévention et la réparation. Elle mobilise des conseillers du salarié, des défenseurs syndicaux, des bénévoles et une psychologue qui accueille et accompagne les victimes dans le cadre d’ateliers ou de rdv individuels.