Expulsion de la ZAD de la Dune à Bretignolles-sur-Mer (Vendée)

La « Zad de la dune » a été évacuée mercredi 8 avril, en fin d’après-midi. Finies les règles de confinement quand il s’agit de construire un port de plaisance.

communiqué du 9 avril

En plein confinement, la ZAD de la Dune a été expulsée ce mercredi 8 avril en début de soirée, à grand renfort de gendarmes, PSIG, hélicoptère et drones... La vingtaine de camarades présente sur place a été nassée dans les champs puis embarqués vers 18h30 pour contrôles d’identité. Iels ont été dispatchés dans des commissariats partout en Vendée, et certain.e.s sont sorti.e.s très tard dans des villes qu’iels ne connaissent pas, iels se sont donc retrouvé.e.s à la rue en pleine nuit et loin de tout soutien, à la merci du moindre contrôle et d’une amende puisqu’aucune attestation ne leur a été délivrée.

Alors que la priorité des autorités devrait être d’ordre sanitaire, l’état paye le prix, par nos impôts, d’une opération militaire au moment même où le manque si primordial de tests, de respirateurs, de masques de protection pour les soignant.e.s et la population est incompréhensible. (Pour rappel, une heure de vol d’un hélicoptère de gendarmerie peut coûter jusqu’à 4000€.)

C’est vers 20h que les services techniques aidés par des « bénévoles » (comprendre des Bretignollai.se.s) ont brûlé les cabanes des habitant.e.s, laissant certainement nos affaires personnelles à l’intérieur. Ravageant tout ce qui était sur place, même les camions aménagés. Les copaines les ont récupérés vandalisés à coup de pied de biche et les moteurs percés. Elizadeth, notre truie sauvée d’un élevage va surement être euthanasiée, comme les 20 poules et le canard qui vivaient avec nous.

En outre, et sans nécessairement la justifier, on peut expliquer la rage éprouvée par notre camarade au moment de cette fameuse « altercation » ayant eu lieu le matin même. « L’élément déclencheur », prétextant l’expulsion de la ZAD n’a non pas pour fondement l’action gratuite et inexplicable de nos camarades, mais la conséquence fâcheuse qu’un chiot ait été écrasé par une voiture sous leurs yeux !

Bref, pour les autorités, choisir durant le prolongement de la trêve hivernale, l’expulsion de zadien.e.s est un choix politique autoritariste qui prend tout son sens, et une mise en danger d’autrui. Les Zadien.ne.s laissé.e.s à la rue dès leur sortie des commissariats, sans aucune attestation officielle expliquant leur situation, sans aucune solution de relogement, continueront de subir la répression jusqu’à ce qu’ils et elles puissent trouver un endroit où passer la fin du confinement.

Notre expulsion met encore une fois à jour les disparités de notre société suivant si l’on est du coté des puissants ou non. Existerait il un confinement à géométrie variable ? Dans tous les cas, profiter de l’impuissance des soutiens forcés de respecter les mesures de confinement est d’une bassesse autoritariste sans nom. Voilà donc le visage de l’état d’urgence sanitaire.

Nous voulons des réponses à nos questions, et invitons chaque personne, puisque nous sommes confinés, à appeler la gendarmerie de Bretignolles et la mairie : où est Elizadeth ? Où sont nos poules et notre canard ? Sous quel prétexte 70 personnes peuvent avoir le loisir de se regrouper pour admirer l’irresponsabilité de la force publique en cours, sans encourir une amende de plusieurs centaines d’euros ? Enfin pourquoi incendier les cabanes et ne pas les détruire comme à l’accoutumée ?

Puisque nous refusons la construction de ce port infâme et élitiste ainsi que tous les projets industriels, puisque nous refusons le coup d’état pandémique qui suivra la crise du coronavirus, puisque nous refusons le monde qu’ils veulent nous imprimer à coups de matraques, notre détermination ne sera jamais entamée par quelques cabanes brûlées. Nous continuerons a nous battre partout et toujours contre leur capitalisme imbécile, fantasmatique et violent.

Nous sommes la réalité d’un monde en perdition. Les mauvais jours finiront.

Ni oubli ni pardon

Pas de port pas de zad

Les Zadien.ne.s de la Dune, et de partout ailleurs.

/// MAJ : Elizadeth a été récupérée et est entre de bonnes mains

Pour en savoir plus sur la lutte de la ZAD de la Dune :
10/10/2019 :En Vendée, la « ZAD de la Dune » contre un projet d’artificialisation du littoral
07/11/2019 : En Vendée, une ZAD contre un projet de nouveau port, imposé contre vents et marées



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Répression

[Colombie] Attaques de l’armée contre le processus de libération de la Terre Mère

Les 12 et 13 août, l’armée colombienne a exécuté un scénario macabre pour assassiner la libération de la Terre Mère du Cauca en Colombie. Une lettre de solidarité a été publiée depuis la France par la Confédération Paysanne.

Départ de Bernard Schmeltz : il était temps !

La nouvelle est tombée ce mercredi à la sortie du conseil des ministres : le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté et de la Côte-d’Or Bernard Schmeltz quittera ses fonctions le 24 août prochain. L’heure est venue de faire le bilan de ses deux ans et demi de mandat pendant lesquels le futur ex-préfet a fait l’unanimité contre lui.

[Lons le Saunier] Compte-rendus du procès 5G

Lundi 20 juillet, deux hommes étaient jugés à Lons le Saunier, accusés d’avoir incendié une antenne relais téléphonique dans le Jura ainsi que le Mac Do de Champagnole. Les juges, du haut de tout leur mépris de classe, les ont envoyé en prison pour 3 et 4 ans ferme avec mandat de dépot. Récit du procès.

Articles de la même thématique : Coronavirus

Réduction des risques en période de Covid

Pratique méconnue, la réduction des risques (RDR) fait partie, entre autres, des pistes de la « stratégie de déconfinement respectueuse des droits et des populations les plus fragiles », élaborée par l’association AIDES, qui lutte depuis de nombreuses années contre le VIH notamment.

Rentrée scolaire : la gratuité des masques n’est pas négociable

Communiqué de la CGT Educ-Action Dijon.

[MàJ] 17 juin : action à Dijon !

« Mercredi 17 juin nous répondrons à l’appel national à agir contre la réintoxication du monde. Nous souhaitons mettre en avant d’autres manières de vivre la ville, de ne pas nous laisser déposséder de nos quartiers et des quelques espaces de respirations qui subsistent. »