Il y a 62 ans, le 17 octobre 1961, la police française massacrait des Algérien·nes en plein Paris



Leïla et Adoflo Kaminsky partagent leur expérience et leur analyse du massacre du 17 octobre 1961, pendant lequel la police française a arrêté 11 000 manifestant·es algérien·nes et en a massacré plus de 200.

Le 11 janvier 2014, La Horde avait organisé, au cinéma La Clef à Paris, une rencontre avec Adolfo Kaminsky, qui, en fabriquant des faux papiers, a sauvé de nombreux Juifs et résistants pendant la Seconde Guerre mondiale, et qui poursuivit après la guerre son travail en se mettant au service de luttes de libération nationale, dont celle pour l’indépendance de l’Algérie. Nous avions alors sympathisé, nous promettant de nous revoir pour prolonger la rencontre. À l’approche de la date anniversaire du massacre du 17 octobre 1961, nous avons demandé à Adolfo et à sa femme Leïla de bien vouloir nous faire partager leur expérience et leur analyse de la mémoire de cette date.

JPEG - 94.5 ko
Adolfo Kaminsky

Comment cette journée du 17 octobre a-t-elle été vécue ?
Adolfo : Pour ma part, au moment du 17 octobre, j’étais clandestin en Belgique en raison de mon implication dans les réseaux de soutien à l’indépendance algérienne, qui m’avait obligée à quitter la France avant d’être repéré. J’ai donc été tenu informé par les soutiens du FLN qui nous ont fait savoir ce qui s’était vraiment passé cette nuit-là, et par les radios étrangères qui donnaient tous le détails sur les atrocités commises et sur les centaines de morts, bien loin de la version officielle des trois morts donnée par la préfecture de police à l’époque. Le rôle joué par la police française montre qu’il y a eu bien peu de résistance en son sein, mais en revanche beaucoup de zèle… Comme sous Vichy, d’ailleurs : il ne faut pas oublier que le camp de Drancy, comme d’autres, n’était pas gardé par les nazis, mais par la police française qu’on retrouve une fois de plus à la manœuvre.
De quelle façon la mémoire de cette date a-t-elle été transmise par la suite ?

JPEG - 120.9 ko
Photos de femmes arrêtées à Paris en octobre 1961 (crédits : Elie Kagan).

Adolfo : En Algérie, la date a bien sûr été commémorée, mais pas avec l’importance qu’il aurait fallu donner à cet événement, pour des raisons liées à l’histoire politique algérienne : pour le pouvoir militaire de Boumédiène, la résistance armée devait rester la seule véritable force de libération et les héros de l’indépendance, ceux qui les armes à la main s’étaient battus sur le sol algérien.

Leïla : En 2013, une exposition de photographies sur la guerre d’Algérie au Mama, le musée d’art moderne d’Alger, a permis de faire connaitre l’importance de l’apport de la résistance extérieure, à travers les films, les reportages, qui ont fait découvrir ou redécouvrir cette solidarité venue de l’étranger.

Adolfo : Je souligne l’importance du travail du photographe Elie Kagan, qui a photographié le massacre du 17 octobre et qui a aussi fait connaitre par son travail le bidonville de Nanterre d’où étaient issus bon nombre de manifestants ce soir-là. Cette réalité-là est encore bien souvent méconnue dans la population algérienne.
Et bien sûr, il y a eu le remarquable travail de recherches réalisé par l’historien Jean-Luc Einaudi, qui a mis au jour le contenu des archives de la police, et à qui je souhaite rendre hommage aujourd’hui (Jean-Luc Einaudi est décédé le 22 mars 2014).



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Impérialisme, colonialisme

Appel International Féministe pour la Palestine le 25 novembre

Pourquoi la cause palestinienne est une cause féministe- manifeste pour une action globale du 25 novembre, depuis l’ ’Amérique’ du sud. Exiger un cessez-le-feu, et assumer le terme génocide. Parce que les puissances occidentales, dont la France, encouragent par leur narratif et leur ventes d’armes ces massacres, coordination internationale !

Articles de la même thématique : Police

Noyade de Check Camara : le procureur protège la police

Le 7 juillet dernier, Check Camara, 18 ans, se fait courser par la police. Le 10 juillet, il est retrouvé noyé dans le canal de Bourgogne. Lundi 20 novembre, le procureur de la République classe l’affaire Check Camara sans suite.

Répression

Pas d’opinion, pas de délit d’opinion, pas de répression