Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Urgence à Gaza : rassemblement tous les samedis pour un cessez-le-feu immédiat



Rassemblement pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, tous les samedis à 15h place Darcy !

  • Rassemblement samedi 18 mai

    Comme tous les samedis, rassemblons-nous à 15h place Darcy pour appeler un cessez-le-feu immédiat en Palestine.

  • La rassemblement du 4 mai en image

    [Dijon] Le rassemblement pour Gaza du 4 mai en images

    Samedi 4 mai, à l’appel du collectif 21 pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées place Darcy.

    8 mai

Communiqué du collectif 21 pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, publié le 3 mai 2024

Urgence à Gaza : Halte au génocide ! Cessez le feu immédiat

L’armée israélienne, en annonçant des représailles contre le Hamas et ses crimes commis le 7 octobre contre la population israélienne, a systématiquement détruit les infrastructures les plus vitales pour les deux millions et demi de Gazaouis assiégés, bombardés, dévastés : eau, assainissement, énergie, mais aussi habitations, commerces, écoles, universités, hôpitaux, églises, mosquées, agences de presse... Rien n’a échappé à cette fureur criminelle : ni le centre culturel français, ni les structures onusiennes mises en place pour les réfugiés, ni des cimetières : au nettoyage ethnique en cours s’ajoute, un ethnocide et un écocide. Aux bombardements continuels depuis 6 mois, s’ajoutent les destructions au sol, les tirs de snipers et le nivellement des décombres avec les victimes enfouies, par des bulldozers qui effacent des preuves de ce génocide en cours, tel que l’ordonnance de la Cour internationale de Justice du 26 janvier dernier l’a indiqué.

À ce jour, le nombre de civils tués est estimé de plus de 35000 dont plus de la moitié sont des enfants. Des médecins, ambulanciers, secouristes des ONG, agents de l’ONU, journalistes ont été tués, des fosses communes retrouvées. Le nombre de blessés est au moins de 77000 et on sait que leurs chances de survie, comme celles des autres, sont, en cette fin avril, extrêmement réduites en raison des conditions médicales et sanitaires totalement dégradées, en raison des épidémies, du manque de soins et de nourriture, en raison de la famine organisée comme une arme de guerre.

Cette guerre Israël-Hamas comme se plaisent encore à faire croire le gouvernement israélien et nombre de médias dominants occidentaux, n’en est pas une. C’est un nettoyage ethnique complet de Gaza qui a lieu sous les yeux du monde entier en contraignant la population à fuir constamment dans un dénuement total, sans issue possible. L’objectif du gouvernement israélien apparait clairement comme la volonté de vider la bande de Gaza de ses habitants survivants ; c’est constitutif d’un génocide, l’intention en ayant été clairement exprimée par plusieurs membres du gouvernement israélien.

En Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est, autres territoires palestiniens, la population est également soumise à la violence redoublée de l’armée et des colons : emprisonnements arbitraires, expulsions, destructions d’habitations, vol de terres, cultures détruites, accroissement de colonies illégales, apartheid et assassinats de civils sont quotidiens et ce depuis fort longtemps dans un silence assourdissant.

Enfin, après les attaques et les ripostes réciproques d’Israël et de l’Iran il y a quelques jours et les tensions au sud Liban, cette pente mortifère pourrait tout à fait dégénérer en conflit régional voire davantage si les velléités guerrières des uns et des autres ne sont endiguées rapidement.

Face à ces dangers et ces risques d’escalade, la France et l’UE ont des moyens d’agir et pas simplement de se contenter de protestations molles ou d’actes symboliques. Nous les exhortons à se joindre à l’ONU pour exiger :

  • Un cessez-le-feu immédiat qui permettre l’entrée et l’acheminement d’une aide humanitaire urgente à la hauteur des besoins de la population de Gaza
  • La libération des otages enlevés par le Hamas et la libération des prisonniers palestiniens détenus arbitrairement par Israël
  • La levée du blocus et une protection de toutes les populations à Gaza et en Cisjordanie
  • Le respect du droit international avec les moyens de le faire respecter c’est à dire prendre des sanctions réelles comme dans d’autres contextes, c’est à dire cesser la politique du deux poids deux mesures intolérable.

Pour y parvenir, la France peut d’ores et déjà cesser toute coopération militaire (vente d’armes et de pièces militaires) et suspendre les accords passés avec Israël, interdire la venue des entreprises israéliennes au Salon Eurosatory (salon des armes et instruments de guerre) de juin prochain.

Pour y parvenir, il est aussi nécessaire, pour notre démocratie française, que le gouvernement français cesse toute forme de poursuite, toute criminalisation, de celles et ceux qui ne pensent pas comme lui, sur ce sujet dramatique, comme sur d’autres sujets. Cette police de la parole et cette répression (les exemples sont nombreux à ce jour) sont indignes d’un État comme la France. Car la démocratie se fonde sur le débat, dans le respect d’autrui, mais avec toute la liberté d’expression et de critique nécessaire.

Notre collectif lutte pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens. Juste pour regarder l’histoire en face, et Durable pour donner une chance à l’avenir pour tous ces peuples.

Pour porter ces exigences, le collectif 21 pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens vous appelle à des rassemblements tous les samedis à 15h à Dijon, place Darcy

Le collectif 21 pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens : collectif-paix-21@riseup.net
Amitiés Palestine Al Rowwad, Amnesty International, AFPS (Association France Palestine Solidarité), ATTAC (Association pour la taxation des transactions financières et l’action citoyenne), ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France), Collectif à bas la guerre21 , Dijon Autonomie Antiraciste, LDH (Ligue des Droits de l’Homme), LSR (Loisirs Solidarité Retraités), MAN (Mouvement pour l’Action Non violente), Mouvement de la Paix, MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples), Libre Pensée (Fédération départementale, Cercle M. Martinet), UJFP (Union juive française pour la paix), SOS Racisme, CGT (Confédération générale du travail), CNT (Confédération Nationale du Travail), FSU (Fédération syndicale unitaire), Solidaires, UNEF (Union Nationale des Étudiants de France), Solidaires Étudiant-es, GES (Gauche Ecosocialiste), Ensemble !, LFI (La France insoumise), NPA (Nouveau parti anticapitaliste), PCF (Parti communiste français), POI (Parti ouvrier indépendant), Tsedek, UCL (Union Communiste Libertaire).



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Palestine

Rassemblement pour la Palestine à la fac

Solidaire Etudiant·e·s et l’UNEF appellent à se rassembler en soutien aux 80 000 étudiant-es Palestinien-ne-s et en commémoration de la Nakba le mercredi 15 mai à partir de 12h à la fac.

5e Festival du cinéma Palestinien

Le 5e festival du cinéma palestinien se teindra du 24 mai au 15 juin 2024. Son objectif est de faire découvrir différents aspects de la vie en Palestine au travers de film principalement réalisés par des cinéastes palestiniens. Cette anné il s’étend à Tonnerre.

Articles de la même thématique : Impérialisme, colonialisme

Kanaky-Nouvelle Calédonie : contre la violence coloniale

Conséquence logique du sabotage méthodique du processus de décolonisation par l’État français, l’heure est à l’affrontement en Kanaky-Nouvelle Calédonie, qui a déjà fait plusieurs morts. Il est urgent de dénoncer la responsabilité première de la politique coloniale française, des colons sur place, de s’opposer à la menace qui plane sur les indépendantistes et la CCAT (Cellule de coordination des actions sur le terrain) en particulier et de soutenir la lutte légitime du peuple Kanak.