Journée d’auto-media féministe aux Tanneries

Samedi 24 octobre aux Tanneries : une journée en mixité choisie sans homme cis* pour se former aux outils de l’information : élaboration d’articles, écriture de tracts, réalisation de podcasts...

Peu de personnes se prêtent au jeu de l’information, et ce sont souvent les mêmes qui écrivent des articles, rédigent des tracts ou parlent à la radio.

Alors qu’on a aucun mal à se dire que réparer une voiture ou utiliser une perceuse est un savoir-faire qui s’apprend, on fait souvent comme si parler à la radio ou écrire un texte était lié à un charisme ou un talent naturel.
Nous pensons au contraire que produire de l’information est lié à des connaissances et des outils qui peuvent se transmettre.
À nos yeux, il est important que le plus de personnes différentes puissent se saisir de ces outils pour que l’information soit produite par les premièr·es concerné·es.

Durant cette journée nous souhaitons donc transmettre les savoir-faire que l’on a acquis en terme d’écriture, de radio et d’informatique. Si certain.es ont d’autres compétences en terme d’outils médiatiques et souhaitent les partager ce sera également possible. L’idée est de s’entre-aider à réaliser des textes ou des pocasts à partir de sujets proposés. Vous pouvez aussi venir avec votre propre idée et profiter de ce moment là pour la réaliser.

Cette journée aura lieu en mixité choisie sans homme cis*.

JPEG - 128.8 ko

Programme de la journée :

9h30 : Petit déjeuner et présentation de la journée
11h00 : Mise en place des ateliers
17h00 : Atelier « Diffusion de contenu sur internet »
18h00 : Retour sur la journée et apéro

On préparera pleins de trucs à manger et à boire pour se ravitailler tout au long de la journée.

Tout sera à prix libre.

Pour plus d’infos et pour prévenir de votre venue : laylay@riseup.net


P.-S.

*Cette journée s’inscrit dans une démarche féministe, pour favoriser d’abord les productions des femmes (cis et trans) et des hommes transgenres. Nous choisissons donc de nous retrouver sans hommes cis (sans homme dont l’identité de genre correspond au genre assigné à la naissance).


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Automédia

The Chomeuse go on // Lutter par l’image

Face au matraquage de la pub et des médias, notre collectif « THE CHOMEUSE GO ON » essaie de contribuer à un imaginaire populaire et engagé. Pour cela, nous proposons sur notre site une série de créations.

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Féministes, nous luttons contre la répression d’État

Des intellectuels et des artistes, dont Françoise Vergès, Isabelle Stengers, Paul B. Preciado et plusieurs collectifs féministes s’allient pour affirmer « leur peur et leur colère face à la course sécuritaire menée par le gouvernement », et réclamer la libération des militants arrêtés le 8 décembre 2020.

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.