Journée du 4 mars à Bure

Suivez ici en direct le déroulement de la journée du 4 mars, deuxième journée du week-end Intercomités.

Bilan de la journée :

Tout au long de la journée, des discussions ont eu lieu sur des thématiques variés, allant de comment on s’organise ensemble entre comités, quelle forme doit prendre la lutte, ou sur des organisations concrètes de camps antinucléaire.

En parallèle une balade vers le bois le juc a eu lieu avec une centaine de personne. Celle-ci n’a pas eu d’encombre pendant tout le long malgrè la présence d’un effectif policier très important, 2 hélicos, le planeur de l’Andra (on voit que les arrétés préfectoraux interdisant le survol du coin ne s’applique pas à tout le monde), 2 motocross. Ce dispositif a maintenu le groupe de balade loin du bois le juc. A la fin les policiers échauffés ont décidé de faire une charge virulente entrainant l’arrestation de 9 personnes. Une a été relaché dans la demi heure. Ils ont continué de maintenir la pression jusqu’au retour à Mandres, allant même jusqu’à continuer de tirer les lacrymos dans le village et des jardins privés.

8 personnes sont encore en garde à vue et vont passer la nuit au comissariat. Une volonté délibérée des forces repressives a été mise en oeuvre pour rendre difficile et pénible la possibilité de les défendre puisqu’ils ont été mis dans 6 commissariats différents de la Meuse avec des centaines de km entre chaque : Saint Mihiel, Revigny, Sivry sur Meuse, Verdun, Etain, Vigneulles. Ca rend compliquer d’avoir accès à des avocats et de pouvoir faire des rassemblements de soutien.

Les repas sont restés convivials à Mandres, une soirée festive s’est maintenue là bas. La présence repressive n’a pas empécher les 37 comités ou future comités de soutien de repartir avec plein d’envie et de projets de lutte !

9h30 : départ d’un cortège depuis Bure pour rejoindre Mandres-en-Barrois.

10h : rassemblement à Mandres pour discuter du déroulement de la journée.

13h10 : des personnes dans un champ près du bois de la Caisse (situé au nord du Bois Lejuc) se font repousser par les gendarmes. Quelques tirs de lacrymogènes.

13h50 : une centaine de personnes est en train de se faire nasser sur la route entre Bonnet et Mandres. Appel à soutien ! (Edit : il n’y a pas eu réellement de nasse, un début d’encerclement)

14h25 : Les personnes sur le point de se faire nasser se sont repliées vers Mandres, où elles ont été rejointes par un autre cortège. Les gendarmes tirent des lacrymos à l’intérieur du village pour tenter de disperser la foule.

14h35 : Des lacrymos sont également tirés par les gendarmes dans des jardins privés à Mandres.

15h45 : Les cortèges sont revenus. Pas de blessés graves mais plusieures interpellations à dénombrer.

17h35 : Huit gardes à vues confirmées par le parquet de Bar-le-Duc aujourd’hui.


Voir en ligne : vmc.camp


Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Véloroute de Vézelay : un projet qui n’a pas de sens

À Vézelay (89), un vaste projet de véloroute est porté par la communauté de communes de l’Avallonais–Vézelay–Morvan (CCAVM). Derrière un projet qui se présente comme écologique - une piste cyclable - le collectif du Bois de Malappris dénonce la destruction d’espaces naturels.

Retour sur le 27 mars - Nous ne lâcherons jamais la comète

Le 27 mars c’était l’anniversaire du quartier des Lentillères. Pour les 10 ans c’était le confinement, mais cette fois pour les onze c’était le premier épisode des soulèvements de la terre avec une manifestation direction les Vaîtes à Besançon.

Incendie criminel aux Vaîtes : nous ne nous laisserons pas intimider

Dans la nuit du jeudi 1er au vendredi 2 avril, le cabanon de jardin de la présidente de l’association Les Jardins des Vaîtes a été incendié volontairement. Toute l’association est profondément choquée par cet acte lâche et abject mais nous ne nous laisserons pas intimider.