La Décolonelle expulsable : lettre aux voisin·es



Lettre envoyée aux voisin·es et soutiens de l’occupation de La Décolonelle, la maison du 7 rue de Mirande et son parc, suite à la décision d’expulsion prononcée par le Tribunal Judiciaire le mercredi 23 décembre 2020.

Chères voisines, chers voisins,

Nous avons reçu un avis d’expulsion sans délai... ni surprise.

Les juges, huissiers et avocats ont donc convenu - dans la peur imminente de devoir statuer entre la dinde et les marrons - d’une « procédure d’extrême urgence », au mépris de la trève hivernale, et de la précarité de nos situations.

L’État aura encore mis à terre un désir d’autogestion, une volonté de s’organiser sans les normes de l’appareil bureaucratique, qu’il soit étatique ou municipal. Nous voulons proposer d’autres imaginaires, faire ensemble sans attendre la validation des institutions qualifiées, nous retrouver en dehors des échanges numériques, renouer avec ce que l’on appelait autrefois « une vie de quartier ».

Nous risquons d’être bientôt contraint.es de partir de la maison du 7 rue de Mirande, que nous avons fini par nommer "La Décolonelle". Son expulsion imminente freine brutalement nos rêves pour ce lieu. Cependant, le parc est toujours là, derrière ces murs... Malgré le possible transfert de propriété de l’État à un promoteur immobilier peu scrupuleux, nous invitons les voisin·e·s à se renseigner, s’investir, et pourquoi pas lutter - de façon illégale ou non - contre ces amas de béton qui nous sont imposés, qui cloisonnent nos espaces, artificialisent les sols, détruisent le vivant.

Et - qui sait ? - peut être qu’au retour des beaux jours, nous profiterons ensemble de l’ombre de ces grands arbres, en écoutant le geai des chênes friguloter.

Bien à vous,

Un parc protégé de la bétonisation à Dijon

Ce dimanche matin, 6 décembre, un rassemblement appelait à venir soutenir l’installation d’un groupe d’habitantes occupant depuis quelques jours une maison vide située rue de Mirande au coeur d’un beau parc arboré.

22 décembre 2020


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

[Podcast] Présentation détaillée de la Saison 7 des Soulèvements de la Terre

Sur la Radio amie Zinzine - radio libre installée en Provence depuis 1981 - deux émissions du programme Quand la terre se soulève nous proposent de découvrir de façons détaillées les différentes luttes qui vont rythmer la Saison 7 des Soulèvements de la Terre à la cadence d’éperonnage . Ici les émissions vont dans le fond des choses et donnent la parole à des militant.e.s qui nous présentent à travers leurs enjeux et leur histoire, leurs luttes et leurs complexités.

Articles de la même thématique : Bétonisation

Programme perpétuel des Lentillères

Envie d’arreter le capitalisme ? De faire du pain ? Ou d’en apprendre plus sur les zappatistes, de faire du maraîchage, d’écouter un bon concert de punk, de réparer ton vélo, d’apprendre à conduire dans une auto-école buissonière ? Voici toutes les activités rejoignables du quartier libre des Lentillères ! Dans ce programme perpetuel de l’année 2024, les collectifs du quartier t’expliquent comment et pourquoi les rejoindre.. à toi de jouer !

[Moirans-en-Montagne] La Fête aux Quarrés : Stopper le béton, jardiner ensemble

Dimanche 14 avril dès 11 heures — 2e rond-point du contournement de Moirans-en-Montagne (39) — Grande journée pour des jardins partagés et la sauvegarde des Quarrés
Cantine conviviale à midi, marché paysan, visites et inventaires naturalistes, prises de parole, atelier photo, grimpe dans les arbres, balades à dos d’âne, chorales, concert et bal trad’…