La Gazette des confiné·es #10 - Émeutes, BlackRock et grève des loyers

Au menu particulièrement riche de cette dixième gazette : les grèves des loyers vont-elles se propager en France ? Quels sombres méfaits la compagnie Blackrock prépare-t-elle ? Pourquoi les universités souhaitent-elles maintenir à tout prix les examens ? Le gouvernement se met-il à la décroissance ou est-il en train de donner des milliards aux entreprises polluantes ? La Gazette s’est aussi intéressée aux émeutes en banlieue et à l’utilisation des « fake news » en période de confinement.

Note de la modération : cette gazette est entièrement reprise du site « ladeviation.com ».
La Gazette des confiné·es est un collectif ouvert d’ami·es basé·es entre autres à Nantes, Tours et Paris qui souhaitent mutualiser la prise d’informations portant sur la crise du Covid-19 sur internet afin de ne pas rester chacun·es de son côté isolé·e face aux écrans et de nous libérer du temps pour faire et penser à autre chose. La gazette paraît le mercredi et le dimanche sur La Déviation et le réseau Mutu.

La grève des loyers gagnera-t-elle la France ?

Se loger, se soigner ou se nourrir, les locataires ne veulent pas choisir. En Espagne comme à New-York, des mots d’ordre de grève obligent les gouvernements à réagir. Le mouvement pourrait gagner la France, où l’épidémie de Covid-19 assomme les classes populaires. Le logement y représente un poste de dépense majeur et contraint.

Capitale du capitalisme, New York se flétrit à vue d’oeil. Plus d’1,1 million d’habitant·es y sont désormais inscrit·es au chômage, soit environ 13 % de la population contre 3,4 % il y a trois mois. Les quelques centaines de dollars distribués chaque mois aux allocataires ne suffisent pas, quand les loyers comptent un zéro supplémentaire.

Dans ces conditions, le Workers’ Day prend une nouvelle dimension. Des militant·es comptent y renouer avec les grandes grèves de locataires (payant) du début du XXe siècle. Le 1er mai, synonyme de jour de paiement, pourrait se transformer un mouvement de désobéissance massif. Pour bon nombre par nécessité, et pour d’autres par solidarité.

JPEG - 313 ko
Le mouvement #CancelRent demande le gel des loyers et le remboursement des emprunts immobiliers. Il essaime dans tout le pays, en lien avec des groupes de Youth For Climate.

La situation est tout aussi critique en Espagne, où le chômage s’apprête à retrouver les sommets connus en 2013, c’est-à-dire supérieur à 26 %. De l’autre côté des Pyrénées, la grève des loyers se dit huelga de alquiler et le mouvement éponyme voit fleurir des comités dans les grandes villes.

Comme un pont entre les peuples en lutte et les époques, le site officiel est illustré par une photo de la grève des loyers new-yorkaise de 1919. D’autres références plus locales sont également agitées, en particulier la grève menée en 1931 à Barcelone derrière le puissant syndicat anarchiste CNT. Le Syndicat des locataires, particulièrement fort en Catalogne, ne se prive pas de le mentionner.

Le premier ministre PSOE (équivalent du PS en Espagne) a décidé de suspendre les expulsions jusqu’au sixième mois suivant la pandémie et de prolonger automatiquement les contrats locatifs arrivant à terme. Mais pas question, à ce stade, de suspendre les loyers et encore moins de les annuler.

JPEG - 1.9 Mo

Des draps blancs aux fenêtres françaises

Si le système social français, même attaqué, sert encore d’amortisseur aux crises, le tsunami s’approche. Des banques alimentaires constatent une hausse des demandes de la part des associations comme Les Restos du Cœur, signe de l’arrivée de nouveaux bénéficiaires. Dans toutes les zones où l’économie informelle occupe une place importante, la situation est extrêmement préoccupante.

D’après Le Canard Enchaîné, le préfet de Seine-Saint-Denis redoute des « émeutes de la faim » dans son département. La faim risque aussi de ronger les habitant·es de Guyane et de Mayotte et plus particulièrement les populations sans-papiers, qui ne figurent pas sur les listes officielles.

Le chercheur à l’Institut de recherche économiques et sociales (Ires) Pierre Concialdi estime que 6 à 7 millions de personnes seront ainsi mises en difficulté par la récession [1], dans une note commentée sur Mediapart (payant). Ce qui ne comprend même pas les étudiant·es, une partie des retraité·es et d’autres populations situées aux marges des statistiques comme les sans-abris. L’auteur du rapport trouve la réponse des pouvoirs publics insuffisante et rappelle que la réduction de dépenses sociales n’est pas abandonnée, dans la lignée de la baisse des APL décidée en parallèle d’une quasi-suppression de l’ISF au début du mandat d’Emmanuel Macron.

Droit au logement (DAL) enfonce le clou sur « l’irresponsable inaction du gouvernement » et prend l’initiative d’un appel à la mobilisation pour obtenir un moratoire sur les loyers. Derrière cette revendication phare, l’association demande aussi la suspension des sanctions, un budget pour apurer la dette des ménages en difficulté et l’organisation rapide d’une baisse des loyers. Plusieurs responsables politiques, associatifs et syndicaux la soutiennent.

Le DAL présente son plan sur le site « Loyers suspendus.org ».

« Dans un premier temps, suspendre au plus vite le prélèvement bancaire automatique ; dans un second temps, si le gouvernement reste sourd à la détresse des locataires en difficulté, d’ici la prochaine échéance, suspendre le loyer en s’assurant auparavant de ne pas se mettre plus en difficulté. »

L’association est soutenue par le collectif de DJ Quarantine Sonic Squad, qui lui reversera les bénéfices de l’album « Dal de vivre », à paraître le 1er mai.

La mobilisation prend une forme plus directe et plus autonome dans certaines régions. A Toulouse le collectif « On ne paie plus 31 » entend devenir la bête noire des bailleurs. Son mode d’emploi prend compte les risques encourus. L’un de ses visuels promeut « un monde sans la pire des épidémies : patrons, proprios, flics ». Plus cordiale, une lettre type permet d’informer son propriétaire de son défaut de paiement.

Dans le Nord, l’Atelier populaire d’urbanisme du quartier de Fives a signé dès le 3 avril un communiqué pour soutenir les grévistes. L’association se bat depuis 2014 contre les marchands de sommeil. Elle exige que « que toutes les dettes locatives contractées pendant et des suites de cette période soient nulles et non avenues et que les bailleurs sociaux soient contraints de ne plus percevoir les loyers ».

JPEG - 153.3 ko
Les militants du collectif toulousain « On ne paie plus 31 » ont rendu visite à une agence immobilière.

En Bretagne, des « précaires et solidaires de Brest et alentours » ont lancé un canal sur Telegram pour discuter. Idem à Rennes, où une adresse courriel y est dédiée. A Saint-Brieuc, chef-lieu des Côtes-d’Armor connu pour sa proportion importante de logements vacants, les occupant·es du squat de La Baie Rouge - sous le coup d’une obligation de quitter les lieux -, se préparent à rejoindre le mouvement. Levez la tête, des draps blancs pourraient bientôt flotter aux fenêtres. Et ce sera pas en signe de renoncement.

BlackRock attend les retraites en faisant des audits bancaires en Europe

BlackRock, c’est ce gestionnaire d’actifs (c’est à dire de produits financiers) qui est devenu un des plus gros investisseurs mondiaux après la crise de 2008 et est actionnaires de quasiment toutes les grosses entreprises. Particulièrement implanté aux États-Unis, il est aussi arrivé sur le champ européen et cherche à se faire une place sur les marchés émergents de certains pays africains. En France, il soutient la redirection des retraites vers des formes de retraite par capitalisation.

BlackRock a refait surface dans les médias très récemment, parce que ce gestionnaire d’actifs vient d’obtenir la charge de travailler sur l’intégration des facteurs sociaux et environnementaux dans la supervision bancaire, suite à un appel d’offres de la Commission européenne. C’est relativement risible lorsqu’on sait que BlackRock investit dans de nombreuses entreprises pétrolières et plus généralement dans les entreprises phare des différentes indices boursiers du monde, peu connues pour leur investissement social ou environnemental.

C’est loin d’être la première fois que BlackRock assure des missions liées aux banques en Europe. Suite à la crise de 2008, plusieurs pays, comme l’Irlande ou la Grèce, avaient fait appel à lui. En 2014, la Banque centrale européenne (BCE) avait dû réaliser une évaluation complète et BlackRock figurait parmi les consultants extérieurs en charge du dossier, comme le rappelle une partie de ce documentaire fourni.

En ces multiples occasions, BlackRock gagne de l’argent par ces activités d’analyse et de conseil mais Sylvain Leder, dans un article du Monde diplomatique, nous rappelle que ces apports ne représentent que peu par rapport aux données économiques, potentiellement sensibles, récoltées.

La puissance de BlackRock provient en effet en grande partie de sa capacité d’analyse d’une masse de données importante. Il dispose d’un ensemble de serveurs, établis dans la petite ville de Wenatchee aux États-Unis, qui a l’avantage de la présence d’un barrage fournissant de l’électricité peu chère. C’est un élément crucial pour BlackRock et son programme d’analyse dédié Aladdin, qui fait de l’analyse de données à grande échelle... le tout permettant de brasser journalièrement des sommes à hauteur du PIB américain (la bagatelle de - environ - 18.000 milliards de dollars).

À côté de ses activités d’analyse et de conseil, BlackRock nous était bien connu jusqu’à présent pour ses activités d’investissement : la réforme des retraites, stoppée en plein vol par Covid-19, prévoyait d’ouvrir la voie aux retraites par capitalisation privée, et le gérant d’actif y avait un rôle clef.

JPEG - 186 ko
Des militant·es ont laissé des souvenirs de leur passage au siège parisien de BlackRock le 10 février 2020, en plein mouvement de grève pour les retraites. Certain·es ont passé 48 heures en garde à vue. (Image issue du compte rendu de Ricochets).

Entre l’activité d’analyse et de conseil qui lui permet de récolter de nombreuses données et l’activité d’investissement qui dépend de l’analyse de ce type de données, quid des conflits d’intérêts et des délits d’initiés chez BlackRock ? Le gestionnaire indique que ces deux secteurs d’activité sont bien séparés... Des doutes ont pu émerger lorsqu’il a acheté en Grèce peu de temps avant la crise et y a gagné : son service d’analyse-conseil venait de passer au peigne fin les comptes de la Grèce à la demande de la BCE (et c’est un exemple parmi d’autres).

Quoi qu’il en soit, BlackRock pratique en tout cas bien le pantouflage : Médiapart résumait (ainsi article payant) que le président de la branche française de Blackrock, Jean-François Cirelli, est un ancien des gouvernements de Jacques Chirac et Jean-Pierre Raffarin ; en Suisse ce rôle a échu à l’ancien patron de la banque centrale ; en Grèce, à l’ex-responsable d’un programme gouvernemental de privatisation ; et en Allemagne, à l’ancien chef au Parlement de la CDU (parti d’Angela Merkel).

Et d’ailleurs, Jean-François Cirelli est lui-même membre du Comité action publique 2022, qui doit faire des propositions de réforme de l’État : un comité où se télescopent joyeusement privé et public.

Alors que la situation pandémique fragilise les États et leurs services publics déjà très amoindris, des gérants d’actifs et fonds d’investissement comme BlackRock se manifesteront-ils comme des sauveurs pour l’économie mondiale ? Les secteurs publics constituent des investissement sûrs, prévisibles et à long terme pour eux et donc un engagement rentable. BlackRock, qui connaît moins les marchés des pays du Sud, pourrait aussi en profiter pour prolonger des partenariats lui ouvrant la porte à des marchés en expansion, comme le décrit la fin du documentaire. Ceci alors que, non considéré comme un établissement bancaire, BlackRock échappe aux régulations mises en place pour contrôler ceux-ci après la crise de 2008...

Pourquoi les universités s’obstinent-elles à sélectionner ?

Les arguments contre la tenue d’examens en lignes sont irréfutables. De nombreux étudiant·es sont dans des situations de stress psychologique et de précarité économique indiscutables et de nombreuses alertes surgissent à ce sujet comme cette tribune publiée dans Le Monde ou cette enquête détaillée réalisée à la fac de Nanterre.

Dans ces conditions, organiser la continuité pédagogique ou même la tenue d’examens est criminel tant que les conditions matérielles de survie ne sont pas garanties pour tou·tes les étudiant·es. C’est une cause de suicides.

On peut aussi déplorer des morts par manque de soins notamment chez les étudiant·es étrangèr·es qui sont particulièrement vulnérables.

Si vous connaissez des personnes en difficulté, la Gazette tient à vous informer que des aides ponctuelles (ASAP) sont disponibles pour les étudiant·es (pour plus de renseignements, le numéro créé après qu’un étudiant s’est immolé à Lyon pour dénoncer la précarité étudiante n’est pas gratuit...). Des initiatives de solidarités existent comme cette caisse de solidarité nationale pour les étudiant·es et précaires de l’université. Enfin, il existe des ressources d’aides psychologiques pour tou·tes.

À ces conditions de survie parfois difficiles s’ajoutent des inégalités d’accès à internet, à un ordinateur, à un endroit calme pour travailler pendant le confinement.

JPEG - 240.5 ko

Pour toutes ces raisons, Solidaires menace de recours administratif, l’Unef lance une pétition, alors que la Fage, dont le président avait écrit à Macron qu’il pourrait allumer des contre-feux en cas de mouvement étudiant lors de la campagne présidentielle, publie une note technique sur comment elle préférerait que les examens se passent...

Mais pourquoi nage-t-on en plein délire avec le maintien des examens qui est décidé quasiment partout de manière désordonnée ? Le collectif des Facs et Labos en lutte va jusqu’à dire que le bateau coule dans un communiqué appelant lui aussi à la validation automatique. À Nantes, le président l’a annoncé ; à Tours, la seule information disponible est cette interview.

Le ministère dit que ne pas évaluer met en danger la qualité des formations, on se demande pourquoi...

La vraie raison est probablement à chercher dans le manque d’enseignant·es dans ces universités devenues « autonomes » financièrement depuis 2007 : comment ne pas sélectionner si l’on manque déjà de personnel quand on sélectionne ? C’est ce que dénonce le collectif des Précaires de l’université de Nantes en même temps que la marchandisation des savoirs et la dématérialisation des métiers de l’enseignement.

JPEG - 134.5 ko
Rien n’arrête les technocrates, ils vont jusqu’à prétendre que le numérique bouscule le modèle de l’école traditionnelle et aimeraient bien vendre l’école aux Gafam...

Car ne nous trompons pas, ce qui se joue n’est pas provisoire : pour des raisons économiques, cela fait longtemps que les gouvernements souhaitent généraliser les cours à distance et les examens à distance (voir la stratégie numérique du ministère en 2015 ou ce rapport d’un groupe d’« experts » en 2016 sur l’école primaire).

Cette année peut être comprise comme un coup d’essai à grande échelle pour ces nouvelles modalités d’enseignement et d’évaluation. Alors ne tombons pas dans le panneau et ne cédons pas à la stratégie du choc : il est urgent de refuser tout examen en ligne et d’exiger la validation automatique !

Soutenir les actionnaires, l’industrie ou la « transition » ?

Baisse de 35 % de la consommation, instabilité des cours de la bourse, chute prévue de six points du PIB, la décroissance s’est brutalement invitée dans notre monde et les économistes suent à grosses gouttes. Au point de faire peur au patronat suisse qui s’inquiète que « certaines personnes soient tentées de s’habituer à la situation actuelle, voire se laissent séduire par ses apparences insidieuses [...], beaucoup moins de circulation sur les routes, un ciel déserté par le trafic aérien, moins de bruit et d’agitation, le retour à une vie simple et à un commerce local, la fin de la société de consommation... »

Certain·es écologistes voyaient dans la crise du Covid l’occasion pour l’État de se lancer dans la transition écologique ; iels en seront quitte pour un peu plus de greenwashing. La loi de finance rectificative pour 2020, attribue aux « entreprises présentant un caractère stratégique jugées vulnérables » une somme de 20 milliards d’euros.

L’article 12 dispose bien que « l’Agence des participations de l’État (APE) veille à ce que ces entreprises intègrent pleinement et de manière exemplaire les objectifs de responsabilité sociale, sociétale et environnementale dans leur stratégie, notamment en matière de lutte contre le changement climatique ». Hélas, une recherche rapide dans le bilan d’activité 2018-2019 de l’APE, dont la tâche est de gérer les actions détenues par l’État dans diverses entreprises, nous apprend que le mot-clé « transition écologique » peut s’appliquer à EDF ou Engie. Soit parmi les fournisseurs d’énergie les plus polluants d’après le guide de Greenpeace. Ajoutons-y des pontes de l’industrie minière comme Eramet et le tableau est complet. « Écologie libérale, mensonge du capital », scandait-on aux manifs climat !

JPEG - 820.3 ko
Le film Pas res nos arresta réalisé par l’Amassada propose une critique sans concessions du capitalisme vert et de l’éolien industriel.

Ce collectif budgétaire vient s’ajouter à un premier plan, validée le 18 mars et en précède en autre, probablement discuté en mai. Cent-dix milliards seront déjà reversés aux entreprises sous différentes formes : chômage partiel, garantie sur des prêts, « fonds de solidarité », etc.

Et nouveau bonus lors du passage au Sénat : une exonération de charge sur les heures supp’ ! En guise de consolation, on se contentera d’une prime pour les soignant·es et les professionel·les de l’aide sociale à l’enfance, et d’un maigre fonds d’un million d’euros pour lutter contre les violences conjugales...

Le patronat, qui mange à tous les râteliers, profite par ailleurs de la crise pour tenter d’infléchir les objectifs de baisse d’émission de CO2 de l’Union européenne. Dans une lettre interceptée par Le Canard enchaîné, le Medef demande au gouvernement français, de suspendre toute sa politique en matière d’environnement, dont la loi mobilité, la loi sur l’économie circulaire ou la loi anti-gaspillage. Un décret sur la qualité de l’air est aussi dans son viseur, au motif qu’il faille préserver la filière automobile. Sans parler de la programmation pluriannuelle de l’énergie et de la stratégie nationale bas carbone, deux textes qui constituent « la feuille de route de la France pour lutter contre le changement climatique », de l’aveu même du gouvernement, cité par Le Journal du Dimanche.

Or, une reprise accompagnée d’une surconsommation d’énergie fossile menace car le cours du baril de pétrole s’est effondré avec la diminution de la consommation, atteignant des prix négatifs, et ce malgré une baisse de l’extraction décidée conjointement par les pays producteurs de l’Opep. Dans le même genre, l’industrie du plastique tente de tirer les marrons du feu en s’attaquant aux réglementations futures sur le plastique à usage jetable au nom de la lutte contre le Covid-19.

L’économie peut-elle être éthique ? Rien n’est moins sûr, mais certains pays comme le Danemark, font moins pire que d’autres, en soumettant les entreprises bénéficiaires des largesses de l’État à des conditions strictes : pas de dividende pour les actionnaires, ni de rachat de leurs propres actions par les entreprises (ce qui est une manière de rémunérer les actionnaires), et pas de sous pour les entreprises ayant des fonds dans les paradis fiscaux. Sur ce dernier point des amendements centristes et communistes, à la portée relative, ont été votés au Sénat dans le cadre du projet de loi de finance rectificative. Avant d’être retiré du texte final jeudi, à la demande expresse du gouvernement. On y a presque cru.

Violences policières et émeutes

La situation est explosive dans les quartiers populaires. La faim (nous vous en parlions plus haut), l’accumulation d’humiliations quotidiennes, de procès-verbaux font monter la tension. Ces violences policières systémiques ne datent pas du confinement. Le ministre de l’Intérieur a avoué fièrement au Sénat le racisme d’Etat en signalant qu’il y avait eu deux fois plus de contrôles dans les quartiers populaires de Seine-Saint-Denis que la moyenne nationale et que deux tiers des procès verbaux à Marseille étaient dressés dans les quartiers populaires. Dans cet article de Paris-Luttes Info bien sourcé, on apprend que la police a déjà tué plus de cinq personnes et fait plus de dix blessés graves au nom de la lutte contre le Covid.

Et en effet, cela a explosé dans les quartiers en périphérie de Paris comme à Villeneuve-la-Garenne et dans d’autres quartiers. C’est une violence policière de plus qui a allumé l’étincelle, on peut écouter des témoignages directs ici alors que la police allume des contre-feux et diversions en accusant la victime d’être multirécidiviste selon une technique bien rodée et que le syndicat très à droite Synergies publie de manière illégale une vidéo n’ayant rien à voir datée du 10 avril...

JPEG - 158.8 ko
Le rapport de l’ACAT produit en 2016 sur l’ordre et la force dénonce à la page 90 la guerre médiatique entreprise systématiquement contre les victimes de violences policières.

Au moment où la Gazette écrit son article, c’est la quatrième nuit d’émeutes et des manifestations de soutien malgré le confinement ont lieu. Et, comme on pouvait s’y attendre, les médias d’extrême-droite mentent et publient à tour de bras. Ne leur abandonnons pas les réseaux sociaux et continuons à défendre les victimes de violences policières et les personnes subissant le racisme de l’Etat. C’est une vaste fumisterie que d’essayer de nous faire croire que la population opprime la police et non l’inverse. Tout le monde déteste la police car cette institution est raciste, capitaliste, sexiste et violente !

Hoax et préjugés

Il fut un temps où les épidémies se combattaient à coups de longues processions pendant lesquelles les fidèles se flagellaient en signe de pénitence. De nos jours, et bien que de subtiles améliorations technologiques aient permis le remplacement des lanières des fouets par les gaz lacrymogènes, les spécialistes recommandent plutôt d’éviter les grands rassemblements pour apaiser les dieux et déesses courroucé·es.

Les organisateur·ices du congrès évangéliste de Mulhouse l’ont appris à leurs dépens : ce rassemblement de 2.000 personnes fin février a probablement fortement contribué à la diffusion du virus en France.

Malgré ce fâcheux précédent, diverses mouvances religieuses ont tenté par la suite de contrer le coronavirus en organisant messes et autres bénédictions publiques, comme le raconte cet épisode de Tronche de Fake. Les intégristes ne manquent d’ailleurs pas d’explications farfelues pour expliquer la pandémie : jusqu’à Daesh, qui y voit une malédiction destinée à détruire l’Occident, et recommande prudemment à ses fidèles de ne pas trop voyager...

Mais les fausses rumeurs ne sont pas la chasse gardée des religieux·ses. Comme recensé sur le site Hoaxbuster qui traque les manipulations sur internet, une déferlante de théories complotistes s’est abattue sur les réseaux : un quart des Français·es penserait ainsi que le Covid sort d’un laboratoire selon un sondage, la chloroquine continue à être un grand succès médiatique sans réelle preuve scientifique d’efficacité, etc. Comme évoqué dans nos numéros précédents (ici et ), ces idées, parfois véhiculées par des scientifiques ou des médecins, peuvent avoir des conséquences catastrophiques.

La « fake news », information non vérifiée ou volontairement trafiquée, est devenue l’emblème du mandat de Donald Trump. Si aucun milieu n’est épargné, les infaux sont particulièrement utilisées par l’extrême-droite. Les cadres du Rassemblement national ont par exemple détourné d’anciennes vidéos de rixes pour faire croire à des scènes de pillage à Aubervilliers au début du confinement. Dans le même genre, le syndicat de police Synergie-Officiers dénonce un non-respect du confinement avec des vidéos datant en fait d’août 2019. Ici, la « fake news » prépare le terrain à la justification de la répression violente dans les quartiers populaires.

JPEG - 148.9 ko
N’oublions pas que les premiers propagateurs d’infaux sont souvent les gouvernements dont la parole est relayée par les médias dominants. Un cas d’école est la prétendue attaque de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière le 1er mai 2019. Le mensonge du ministre de l’Intérieur avait notamment été relayé par France Info.

De manière paradoxale, le pouvoir médiatique et politique, lui-même pourtant grand producteur de « fake news », s’est réapproprié le concept et s’en sert désormais pour discréditer toutes sortes d’informations, y compris véridiques ; comme expliqué dans cet article sur lundi.am, c’est une manière de cadenasser la parole, de laisser le privilège d’informer à une petite caste de « professionel·les », journalistes ou politiques de métier.

Si certaines informations nous semblent séduisantes ou proviennent de figures d’autorités (scientifiques primés, grands médias etc.), sachons garder une distance critique : les infaux, qu’elles manipulent nos opinions politiques ou qu’elles servent juste de distraction, ne sont jamais innocentes...

Notre jumelle pas maléfique

La Gazette des confiné·es ne doit pas être confondue avec la Gazette déconfinée, collectif arriégeois dont nous lisons les publications avec plaisir. Bonne continuation à elle !

Illustration de une : Visuel de la grève des loyers du collectif des Précaires et solidaires de Brest, publié sur Bourrasques-Info.org


P.-S.

La Gazette des confiné·es est un collectif ouvert d’ami·es basé·es entre autres à Nantes, Tours et Paris qui souhaitent mutualiser la prise d’informations portant sur la crise du Covid-19 sur internet afin de ne pas rester chacun·e de son côté isolé·e face aux écrans et de nous libérer du temps pour faire et penser à autre chose. La Gazette paraît deux fois par semaines sur La Déviation et le réseau Mutu.

Consultez aussi nos précédents numéros et en particulier La Gazette des confiné·es #8 (révoltes, perspectives et travail), et La Gazette des confiné·es #9 (Science, peurs et épandages).

Tous les retours sont les bienvenus ! Écrivez-nous à gazette.des.confine.es at protonmail.com


Notes

[1En 2018, 26,6 % de la dépense de consommation finale des ménages était allouée au logement, selon les calculs de l’Insee, soit 6,5 points de plus qu’en 1990. C’est de loin le premier poste de dépenses, l’écart se creusant avec l’alimentation (17,1 %) et les transports (14,3 %). Il représentait 9.575 € pour les locataires du parc du secteur privé et 7.441 € dans le parc social, en partie pris en charge par des aides.

Or, cette part du budget va mécaniquement augmenter pour les foyers qui voient leur revenu baisser. Cela représenterait déjà 35 % des ménages d’actifs, d’après une enquête réalisée par l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès datant de mars. Et même 52 % chez les « catégories pauvres » contre 27 % chez les « hauts revenus ».

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Université

De la toute puissance des prédateurs haut-placés

Ce texte a été écrit par une ex-doctorante d’une fac de Nancy. Il témoigne des violences qu’elle a subies, comme beaucoup d’autres, de la part d’un professeur haut-placé. Professeur passé par une fac de Dijon. Professeur qui a mené au suicide une autres de ses doctorantes. Puisque leurs paroles n’ont pas été entendues, puisqu’on les a moquées pour la faire taire, il est plus qu’essentiel de diffuser ses paroles largement. Pour que cessent les harcèlements, les abus de pouvoir, les agressions et les viols dans les facs, dans les écoles, et partout !

Rentrée universitaire 2020 et LPPR : assemblée générale le 24 juin

Après deux mois de confinement et de suspension des luttes, les syndicats du personnel de l’université de Bourgogne appellent à une assemblée générale mercredi 24 juin, pour s’organiser contre la généralisation de l’enseignement à distance et contre la LPPR.

Gazette (des confiné·es) # 16 - À vélo, féministes et avec les luttes contre l’extrême droite et l’agroalimentaire breton

Cette semaine, on fait un petit tour des appels féministes pour s’organiser, on se motive contre l’extrême droite, contre Parcoursup, contre le numérique obligatoire dans l’enseignement et on s’enjaille à reprendre le vélo. On s’interroge aussi sur la production scientifique : seconde vague ou non ? Municipales ou non ? Et enfin, on soutient les journalistes en lutte en Bretagne contre l’agroalimentaire.

Articles de la même thématique : Grèves, blocage, sabotage

[Dijon] Préavis de grève au CHU

« À la demande des agents des équipes paramédicales et médicales du SAMU, les syndicats CGT et CFDT du CHU, soutenus par l’Association des Médecins Urgentistes de France, ont déposé un préavis de grève reconductible à compter de vendredi. Les personnels craignent qu’une réorganisation des services ne conduise à une perte de savoir faire et de moyens humains expérimentés. »

[Dijon] Appel à repenser nos formes d’action pour le post-confinement

Ce texte à pour but d’essayer de repenser nos modes d’action pour redevenir efficaces une fois le confinement terminé.
Alors que plus d’un tiers du monde est désormais confiné, effrayé par le CoviD-19, les gouvernement néo-libéraux, conservateurs et autoritaires se mettent d’accord sur un point : s’attaquer aux libertés du peuple et des plus pauvres.