Le 8 mars ne se fera plus sans les lesbiennes !

Le cortège de Paris a été confronté à des menaces et des agressions inacceptables. Nous avons été mises en danger, menacées et agressées par un groupe, composé majoritairement d’hommes, qui a décidé de prendre la tête du cortège.

Article paru initialement sur Paris-luttes.info

Communiqué suite à la manifestation du 8 mars pour la lutte pour les droits des femmes.

Ce 8 mars, nous avons formé des cortèges lesbiens dans différentes villes de France, notamment à Paris et à Lyon.
Le cortège de Paris a été confronté à des menaces et des agressions inacceptables. Nous avons été mises en danger, menacées et agressées par un groupe, composé majoritairement d’hommes, qui a décidé de prendre la tête du cortège.
Ces violences physiques se sont accompagnées de gestes politiques forts : nos slogans ont été repris pour être globalisés, voire détournés de manière putophobe pour cibler une des lesbiennes du cortège. Des femmes hétéros ont tenu des propos lesbophobes et transphobes, et se sont alliées aux hommes pour tenter de nous faire taire.
Ces hommes ont utilisé des sifflets pour couvrir nos voix lors d’un appel au soutien pour les femmes du monde entier et se sont fièrement revendiqués violeurs.
La violence masculine est si bien intégrée et considérée comme une véritable arme que certaines iront jusqu’à demander aux hommes de nous intimider et menacer. Ils ne se sont d’ailleurs pas arrêtés là puisqu’ils se sont mis à plusieurs pour frapper une camarade, et même si nous les avons heureusement repoussés à temps, leurs menaces ont été mises à exécution : nous étions en danger.
Il est inadmissible que la violence envers des femmes soit exercée par des hommes à l’appel de femmes, et nous décrions ce manque de sororité.

Nous sommes des féministes lesbiennes, nous luttons pour l’émancipation de toutes les femmes. Il est scandaleux que nous fassions face à des agressions misogynes, transphobes et lesbophobes un 8 mars, dans notre propre marche.
Le 8 mars étant une journée de lutte pour les droits des femmes, nous aspirons à un espace de sororité, à un cadre le plus bienveillant possible pour les participantes à la manifestation.


LIRE LA SUITE : Le 8 mars ne se fera plus sans les lesbiennes !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Homophobie

Pour la libre disposition de son corps, la liberté de procréer et l’égalité des droits : un appel des groupes féministes et des organisations syndicales !

Nous, groupes féministes et organisations syndicales, voulons que la loi aboutisse enfin, et donne accès à la PMA à toutes les femmes et toutes les personnes en capacité de porter un enfant, seules ou en couple, et mette fin à l’hypocrisie actuelle qui oblige encore ces personnes à partir à l’étranger ou à se débrouiller toutes seules.

[Strasbourg] Podcast « À nos mort.e.s »

Le 31 octobre 2020, à l’occasion de Samhain, un moment suspendu entre la vie et la mort, entre le jour et la nuit, nous avons voulu célébrer nos mort-es à la Pigeonne, le squat queer féministe antiraciste de Strasbourg.
Iels n’auront pas notre tristesse. Transformons nos deuils en force et nos rages en puissances. Nous avons lu et diffusé les réponses à notre appel à créations militantes, fictives, poétiques. Ces textes ou sons célébrent de manière politique nos mort-es assassiné-es ou suicidé-es, victimes du sexisme, du racisme, de la transphobie et de la transmysogynie, de la putophobie et de la queerphobie.

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Féministes, nous luttons contre la répression d’État

Des intellectuels et des artistes, dont Françoise Vergès, Isabelle Stengers, Paul B. Preciado et plusieurs collectifs féministes s’allient pour affirmer « leur peur et leur colère face à la course sécuritaire menée par le gouvernement », et réclamer la libération des militants arrêtés le 8 décembre 2020.

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.