Le conseil départemental de Côte-d’Or va t il subventionner les courses automobiles ?

Ce lundi 16 décembre, le conseil départemental votera pour ou contre une demande de subvention de 256 331€ pour des travaux du circuit automobile du sud Auxois. Une lettre circule donnant de nombreux éléments dénonçant cette subvention. François Sauvadet, président du conseil départemental, donnera t il de l’argent public pour détruire le climat ?

Les éléments dénonçant cette demande de subvention :

« À l’attention de Monsieur le Président du Conseil départemental, Mesdames et Messieurs les Vice-présidents et Conseillers départementaux,

Je vous sollicite en urgence à propos de la demande de subvention de la Communauté de communes Pouilly en Auxois-Bligny sur Ouche auprès du Conseil départemental (dans le cadre du contrat Cap 100% Côte d’Or) pour des travaux de sécurité et d’aménagement de piste sur le circuit automobile de l’Auxois Sud.
Les travaux ont d’ores et déjà été réalisés en août 2019 sur le circuit Auxois Sud alors même que la subvention n’avait pas été accordée. Cette pratique déroge au régime commun qui veut que pour pouvoir bénéficier d’une subvention, les travaux ne soient pas engagés avant que la subvention n’ait été accordée.
Cette subvention (la moitié du montant des travaux, soit 256331€) sera pourtant soumise au vote par les conseillers départementaux ce lundi 16 décembre 2019. Elle nécessite donc un examen approfondi des critères d’accès à ce type de subventions.
Considérant les critères libellés par le département pour l’éligibilité à l’obtention de subventions dans le cadre des contrats Cap 100% Côte d’Or [1] :
Vu que ces travaux ne correspondent pas à la « réalisation d’équipements structurants » présentant un intérêt manifeste pour la population ;
Vu que l’équipement en question est loin de « favoriser l’économie locale » de façon avérée ;
Vu que l’objet des travaux ne présente pas d’ « intérêt pour les Côte-d’Oriens », étant donné, d’une part, le caractère très accessoire de son intérêt économique, et, d’autre part, sa nocivité environnementale ;
Considérant que cette activité bénéficie d’un budget dédié, dont le résultat est excédentaire (excédent de fonctionnement de 273 000€ en 2018), dégageant ainsi des capacités d’autofinancement qui rendent injustifiable une demande de recours à des fonds publics ;
Considérant par ailleurs que la gestion du circuit automobile Auxois Sud par la Communauté de communes Pouilly en Auxois-Bligny sur Ouche est antinomique avec la démarche « Territoire à énergie Positive pour la Croissance Verte » dans laquelle cette collectivité s’est engagée depuis 2017, et qui vise à faire de ce territoire un territoire d’excellence en matière de transition énergétique et écologique ;
Considérant enfin que l’activité de la structure pour la rénovation de laquelle est sollicité le concours du Département contrevient aux orientations et objectifs du Plan Climat Energie Territorial (PCET) de la Côte d’Or [2] ;
Je vous demande de refuser cette subvention (256 331 €) et d’attribuer ce montant à d’autres demandes seront bien plus conformes à l’intérêt public ainsi qu’aux impératifs liés à l’urgence climatique, à la préservation de notre environnement et à l’incontournable transition énergétique. »

Quels seront les élus qui seront refuseront naturellement cette subvention ?

Texte initialement publié sur le blog Dijon Écolo


P.-S.

NDLR : On nous informe que le montant de la subvention demandé est d’environ 200 000 € (et non 256 331€). 256 331€ était l’information que nous avions cet été, une négociation a eu lieu récemment entre le président du Conseil Départemental et le président de la communauté de communes et la subvention a été revue à la baisse.


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Bétonisation

Réinventer la ville pour s’adapter aux urgences climatiques et sanitaires

Un collectif de 10 associations de quartier de Dijon, s’adresse aux candidats au 2e tour des élections municipales et leur demande de faire connaître par écrit aux associations et aux Dijonnais les mesures concrètes qu’ils s’engagent à mettre en œuvre lors du mandat qui leur sera confié.

[En images] Prise de terre contre la réintoxication du monde

Depuis mercredi 17 juin, deux hectares de terre situées Avenue de Langres sont occupées et commencent à être transformer en jardins collectifs. Retour en image sur la journée d’occupation qui répondait à l’appel national contre la réintoxication du monde, à travers deux séries de photos.

[Besançon] Prise de terre aux Vaîtes pour empêcher le projet d’éco-quartier

Le 17 juin, 150 personnes ont occupé les friches des Vaîtes pour lancer un Jardin des Luttes et empêcher la construction d’un éco-quartier absurde.

Articles de la même thématique : Pollution

Rejoignez les actions du 17 juin contre la réintoxication du monde - ce qui s’annonce !

Pour le 17 juin sont déjà annoncés une série d’actions, blocages, rassemblements, vélorutions, occupations de terres ou de bâtiments aux quatre coins du pays et au-delà. Elles auront lieu sur des forêts, terres cultivables, parcs, friches urbaines réensauvagées ou zones humides menacées.

[MàJ] 17 juin : action à Dijon !

« Mercredi 17 juin nous répondrons à l’appel national à agir contre la réintoxication du monde. Nous souhaitons mettre en avant d’autres manières de vivre la ville, de ne pas nous laisser déposséder de nos quartiers et des quelques espaces de respirations qui subsistent. »

La Gazette des confiné·es #17 - Black Lives Matter, licenciements de masse et Covid en Afrique

Cette ultime Gazette commence par l’espoir d’un soulèvement fertile contre l’oppression raciste. Et si des semaines de confinement nous avaient plus uni·es que séparé·es ? Faisons ce pari, car d’âpres combats commencent, tant contre l’immense casse sociale facilitée par les ordonnances Macron que pour faire obstacle aux grands projets inutiles et imposés. Sans parler de l’aide aux exilé·es, notamment à Lesbos.