Pollution des rivières comtoises : le préfet parle d’agri bashing !

Lettre ouverte du préfet au collectif SOS Loue et Rivières Comtoises : où il est question d’agri-bashing.

Le 27 mai 2021, le préfet du Doubs, M. Joel Mathurin a signé une lettre ouverte à l’attention du collectif SOS Loue et Rivières Comtoises. Dans celle-ci, les pratiques du collectif sont publiquement comparées à de l’agribashing. Ces propos, dont nous vous encourageons à prendre connaissance ci-dessous, méritent une réponse publique. Nous aurons l’occasion plus tard de reparler des chiffres mais parlons déjà de la forme.

Suite aux mortalités piscicoles massives survenues dans les cours d’eaux comtois en 2010, le collectif SOS Loue et Rivières Comtoises a été créé par plusieurs associations de protection de l’environnement dans le but de mettre leurs moyens en commun pour faire reconnaître la situation alarmante de nos rivières et proposer des solutions. Ce collectif regroupe désormais plusieurs milliers de membres.

Onze ans après, non seulement l’état des rivières ne s’est pas amélioré, mais il s’aggrave continuellement, malgré la mise en place d’une conférence départementale, des centaines de réunions, et de nombreuses études, qui ont entraîné la prise d’un certain nombre de mesures correctives qui onze ans après montrent, clairement, sur le terrain, leur insuffisance.

Nous avons toujours joué la transparence, le partenariat et parfois un rôle de conseil auprès des différents acteurs impliqués dans ces pollutions et les mesures qui ont été prises.

Nous avons toujours dénoncé les défauts d’assainissement, les traitements du bois en forêt, l’artificialisation des milieux, la destruction des zones humides, diverses pollutions industrielles, les pratiques agricoles et même certaines pratiques sportives qui toutes nuisent aux milieux.

Cependant l’étude du laboratoire Chrono- environnement, de l’université de Franche-Comté, dont vous faites état, a mis en évidence la part de responsabilité des pratiques agricoles actuelles dans l’état de dégradation avancé de nos cours d’eau. Il est donc démontré scientifiquement que nous ne sauverons pas nos rivières sans une modification radicale de ces pratiques. Or ce changement n’est pas en cours et les mesures proposées tiennent plus du « greenwashing », autre anglicisme à la mode, que de mesures capables de changer la situation actuelle de nos rivières.

Nous dénonçons avec vigueur le terme « d’agri-bashing », terme créé par les communicants du syndicat agricole majoritaire dont la dérive productiviste est dénoncée par une partie de la profession, terme qu’il est surprenant de retrouver sous la plume d’un représentant de l’État.

Dénoncer les manquements à la loi, est-ce de « l’agri bashing » ? Dénoncer certaines pratiques polluantes, illégales, tolérées depuis des années, est-ce de « l’agri bashing » ?

Bien au contraire, nous n’avons jamais tenu de propos insultants, diffamatoires à l’égard du milieu agricole. Nous ne dénonçons que des faits avérés, parfois illégaux, et ne proposons que des mesures validées scientifiquement.

C’est pourtant bien un de nos membres qui a été sauvagement agressé, alors que garde assermenté il n’avait fait que son travail. Par ailleurs, nous recevons régulièrement des insultes, des menaces physiques, même parfois de la part d’élus, sur les réseaux sociaux, dont nous n’avons jamais fait état jusqu’à ce jour.

Les premières mortalités datent de onze ans, l’altération des milieux est constatée depuis plus de 30 ans. Même à l’échelle des milieux naturels, c’est un temps long et force est de constater qu’aucune amélioration n’est perceptible, la dégradation est continue et nous n’avons désormais plus le temps. Encore quelques années et c’en sera fini de rivières qui furent parmi les plus belles d’Europe.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Pollution

Action antipub d’extinction rebellion à Dijon

La veille de la vélorution pour le climat,une dizaine d’activistes d’extinction rébellion ont remplacé les affiches publicitaires pour lutter contre l’omniprésence de la pub à Dijon.

Articles de la même thématique : Institutions

Parc Baudin-Mirande, mensonges du maire de Dijon

Lors du conseil de Dijon Métropole le 17 décembre 2020, François Rebsamen a menti délibérément aux élus sur le prix demandé par l’État pour la Maison du Colonel et le parc attenant. Ceci afin de laisser la main au promoteur immobilier.

Départ de Bernard Schmeltz : il était temps !

La nouvelle est tombée ce mercredi à la sortie du conseil des ministres : le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté et de la Côte-d’Or Bernard Schmeltz quittera ses fonctions le 24 août prochain. L’heure est venue de faire le bilan de ses deux ans et demi de mandat pendant lesquels le futur ex-préfet a fait l’unanimité contre lui.

Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.