Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Non à la réforme des retraites - Une approche afroféministe



« Nous trouvons important en tant que collectif afroféministe de réaffirmer une nouvelle fois notre combat anticapitaliste contre le patronat qui exploite la main-d’œuvre racisée, en particulier celles des femmes noires. »
Un article du collectif Mwasi.

“ La bourgeoisie a peur du militantisme de la femme noire, et elle a de bonnes raisons d’avoir peur. Les capitalistes savent, mieux que de nombreux progressistes, qu’une fois que les femmes noires commencent à prendre des mesures, le militantisme de tout le peuple noir, et donc de la coalition anti-impérialiste, est grandement améliorée”

Claudia Jones, An End to the Neglect of the Problems of the Negro Woman !, 1949

Depuis plusieurs mois, la mobilisation contre la réforme des retraites s’est transformée en véritable mouvement contestataire de l’ordre social bourgeois capitaliste. Individuellement, nous avons pris part à des actions, à des manifestations. Nous trouvons cependant important en tant que collectif afroféministe de réaffirmer une nouvelle fois notre combat anticapitaliste contre le patronat qui exploite la main-d’œuvre racisée, en particulier celles des femmes noires.

Comme cela a déjà été démontré, la réforme des retraites touche particulièrement les femmes travaillant dans des secteurs invisibles (métiers du soin, femmes de ménage, caissières…), qui rappelons-le étaient applaudies pendant la période Covid. Et pour lesquelles la prise en compte de la pénibilité est à peine reconnue.

Parmi les emplois les plus pénibles et sous-payés on retrouve une large démographie de femmes noires souvent immigrées ou des outre-mers.

Le report de l’âge légal de départ à la retraite serait particulièrement défavorable aux femmes les plus précaires, qui sont déjà soumises à des carrières incomplètes. En effet en raison de leur parcours de vie, elles ont souvent des carrières hachées, des périodes de temps partiels, d’interruption de travail pour charge familiale, CDD ou de chômage qui feront baisser le montant de leurs pensions. Ce sont elles qui s’arrêtent ou limitent leur activité pour élever les enfants ou s’occuper des personnes dépendantes.

La réalité des chiffres

  • 1 femme sur 5 attend 67 ans, l’âge d’annulation de la décote, (contre un homme sur 12). Mais elles subissent malgré tout plus souvent une baisse du montant de leurs pensions de retraite, du fait de leurs carrières plus courtes.
  • Aujourd’hui, les femmes sont payées 26% de moins que les hommes.
  • 40% des femmes contre 32% des hommes partent avec une carrière incomplète. Les femmes partent en retraite en moyenne un an plus tard que les hommes.,
  • La pension de droit direct des femmes est inférieure de 42 % à celle des hommes, cet écart est ramené à 29% une fois intégrée la pension de réversion et les droits familiaux.
  • 37 % des femmes retraitées contre 15 % des hommes touchent moins de 1000 € de pension brute mensuelle (909 € nets). [1]

Ces inégalités touchent particulièrement les femmes travaillant dans des secteurs du care et les secteurs invisibles (métiers du soin, femmes de ménage, caissières…).

Les métiers dits féminins sont également pénibles !

Les ouvriers ne sont pas que des hommes : en 2020, 33% des ouvriers non qualifiés sont des femmes [2]

La proportion de femmes travaillant de nuit a augmenté depuis les années 90, principalement parmi les professions intermédiaires de santé et de l’action sociale, où les femmes noires sont surreprésentées. Hors on sait que le travail de nuit entraîne une désynchronisation des rythmes biologiques qui expose ces femmes à des risques de santé (prise de poids, maladies cardiovasculaires, augmentation du risque de cancers..). S’ajoutent à cela des charges familiales et extra-professionnelles plus lourdes et donc une capacité de récupération entre deux postes moindres et des difficultés d’organisation familiale plus importantes. [3] D’après une étude de 2015, le fait de travailler 3 nuits par mois ou plus pendant plus de cinq ans, augmente également la mortalité, toutes causes confondues, de 11%. [4]

On observe également une augmentation du nombre d’accidents de travail avec arrêts chez les femmes. [5]



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Afroféministe

Ici comme ailleurs, pour un féminisme décolonial et anticapitaliste

Une coordination de féministes françaises et internationales rendent hommage à la révolution iranienne : car ici comme ailleurs, la police tue. Pour le 16 septembre et la commémoration du meurtre de Jina par la police des moeurs en Iran, des queer, chercheuses, féministes iraniennes, travailleuses et travailleurs du sexe, historien.nes, artistes, infirmières... du monde entier élèvent la voix pour contrer le discours libéral !

S3 EP6 - Un avenir radicalement éco-féministe

Tous les deux lundis, l’Actu des Oublié.es évoque une lutte dans le monde. Cette semaine, deuxième épisode de notre volet sur les résistances à la toute puissance des multinationales sur le continent africain.

Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires

La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d’importance dans l’agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu’il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.

Articles de la même thématique : Contre la réforme des retraites (2023)

Conflit de classes inversé, l’épine dans le pied des luttes sociales

Hiver 2023, mouvement social contre la réforme des retraites. Fonctionnaires, salarié·e·s d’entreprises publiques, étudiant·e·s sont en grève et dans la rue. Caissier·ères, ouvrier·ères du bâtiment, femmes de ménage, livreurs deliveroo et autres salarié·e·s de la « deuxième ligne » sont au taf. Les classes moyennes peuvent-elles faire seules la révolution ?