Casserolades du printemps 2023 : des « avertissements » mais où est la justice ?



Solidaires 21 dénonce la répression du mouvement contre la réforme des retraites, qui se traduit par des avertissements pénaux recus dans les derniers jours par des participants à des « casserolades » en 2023.

Par différents communiqués de presse en juin 2023, notre organisation syndicale alertait sur une dérive répressive de la part de l’Etat en Côte-d’Or après les différentes casserolades contre Macron et son gouvernement de l’époque appelées notamment par Solidaires 21. En effet, certaines personnes avaient reçu chez elles des courriers alambiqués de « demande de renseignements » pour finaliser une verbalisation.

En juin 2023, nous posions ces différentes questions restées sans réponse depuis : « Comment ont-ils et ont-elles été identifiées ? Comment expliquer la différence de traitement ? Comment justifier ces errances procédurales ? »

Toujours en juin 2023, dans un communiqué inter-organisations, nous réclamions d’en savoir plus : « Nous nous questionnons sur les moyens de captation d’image qui auraient permis à postériori de vérifier des identités. Nous aimerions connaître le fichier utilisé permettant, apres coup, l’identification de personnes n’ayant jamais eu affaire à la justice. Nous souhaiterions connaître le procés-verbal constatant d’éventuelles infractions car celui-ci n’est pas cité dans les courriers ».

Les demandes émises à l’époque étaient toutes restées sans réponses et la procédure passée sous silence. Mais depuis quelques jours, cette derniere fait son retour sous une forme inattendue !

JPEG - 250.2 ko

En effet, depuis maintenant près de 10 jours, plusieurs personnes visées par les courriers de « demande de renseignements » recoivent à leur domicile par recommandé un courrier nommé « notification de mise en oeuvre d’un avertissement pénal probatoire » signé par un Délégué du Procureur. L’avertissement pénal remplace depuis le 1’ janvier 2023 le rappel à la loi et est détaillé dans l’article 41-1 du Code de Procédure Pénale.

A l’interieur de ce courrier, il est indiqué que « l’enquête a demontré votre implication dans la(les) infraction(s) pénale(s) susvisée(s) et vous avez reconnu votre culpabilité ». Des lors, cette phrase soulève deux questions : De quelle « enquête » parlons-nous ? En effet, le courrier ne nomme aucune enquête et n’indique aucun procès-verbal. De quelle reconnaissance de culpabilité on parle ? Les personnes visées n’ont jamais reconnu la moindre culpabilité. Le courrier est donc mensonger et va a l’encontre du Code de Procedure Pénale qui rappelle dans son article 41-1 que cette procedure est le fruit d’une reconnaissance de culpabilité par le supposé auteur.

Par ailleurs, ce courrier indique que si une nouvelle infraction est commise dans le delai d’un an alors la personne visée risque de nouvelles poursuites. Si cela est logique au sens des textes encadrant « l’avertissement pénal probatoire » cela apparait ici comme totalement déplacé et aberrant du fait d’une procédure, à minima, trés étrange ! Nous reclamons des explications publiques de la part du Procureur de la République.

Aussi, nous invitons toutes les personnes visées à nous contacter pour permettre une recension de cette dérive judiciaire et à prendre contact en urgence auprès d’un conseil juridique.

Notre organisation syndicale s’inquiète très fortement des dérives politiques et judiciaires constatées lors des derniers conflits sociaux, tout particulierement en Côte-d’Or et considère cette procedure comme une forme d’intimidation à l’encontre de l’expression democratique.

Ne baissons pas les yeux ! soyons solidaires !
Dijon, le 26 fevrier 2024



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Répression

Dijoncter Papier #6 est sorti !

Pour fêter les 6 ans de Dijoncter.info, une édition papier vient de sortir ! Interviews, tuto, réflexion et recettes, le magazine regroupe des articles inédits qui brassent des questions liées au travail du sexe, aux centres de rétentions administratives ou aux nouvelles formes de répression du mouvement social.

[Montbéliard] Frédéric Vuillaume encore en garde à vue pour avoir manifesté

C’est devenu malheureusement une habitude. Priver de liberté une personne pendant 16 heures pour avoir essayé d’exercer l’unique droit qui fait la différence entre un état autoritaire et une démocratie : le droit de manifester. Cela s’est passé à Montbéliard, lors de la venue du premier ministre, Gabriel Attal.

La répression de la liberté de manifester continue

En juin 2023, une trentaine de personnes ont reçu un courrier pour leur participation à une « casserolade » auxquelles elles n’ont pas donné suite. Quelques unes de ces personnes ont reçu un deuxième courrier considérant qu’elles ont reconnues leur culpabilité et les menaçant d’amendes. Voici les réactions du CVLR21 [1].

Articles de la même thématique : Contre la réforme des retraites (2023)

Besançon : la police accusée d’avoir volé une banderole contre la réforme des retraites

Le 7 juillet dernier, le Ministre du Travail Olivier Dussopt était en déplacement à Besançon. Comme de tradition locale désormais, un comité d’accueil revendicatif était présent afin de rappeler l’existence d’une opposition persistante au gouvernement. Mais à l’issue de ce rassemblement plutôt banal et symbolique, une banderole caractéristique a été subtilisée par des agents de police. Manifestant ayant assisté à toute la scène, son propriétaire a décidé de porter plainte.