Occupation de l’EHESS contre les expulsions à la ZAD

Communiqué des étudiant.e.s de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, qui occupent leur établissement depuis hier matin, en réaction aux expulsions à la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes.

Parce que qu’il fallait bien occuper un lieu de pouvoir.

Depuis lundi matin, 2500 gendarmes accompagnés de blindés expulsent différents lieux de la ZAD, nous y réagissons comme nous nous y étions engagées en répondant à l’appel du mouvement à occuper les lieux de pouvoir partout où cela est possible. Malgré la parution d’un certain nombre de tribunes s’insurgeant de l’opération militaire sur zone, le corps universitaire ne réagit pas. C’est pourquoi le Comité ZAD de l’EHESS organise le blocage et l’occupation de l’école toute la journée. Nous appelons tous les signataires de tribunes de soutien à nous rejoindre et les toutes les copain.e.s à faire grossir nos rangs pour s’organiser parce qu’on va avoir besoin de monde pour prendre l’EHESS, le Collège de France et autres lieux de pouvoir.

Disserter sur la grève ne dispense pas de la faire.

L’École n’est peut-être pas la plus prestigieuse des universités, ni la plus riche, on estime même y être de gauche, on y soutient facilement les luttes en cours, on y produit du savoir critique, au service des luttes paraît-il – c’est justement pour cela que nous ciblons aujourd’hui l’EHESS. Parce qu’il y a toujours plus salauds, parce qu’il y a toujours d’autres lieux de pouvoir plus puissants - surtout quand celui-ci est réputé diffus - parce qu’on a toujours une excuse pour ne pas participer aux luttes en cours autrement que par la posture de l’intellectuel engagé.

Parce que les mots n’ont jamais mis en déroute les flics, parce que les séminaires militants n’ont jamais bloqué les flux économiques et que produire un savoir critique n’arrête pas les attaques néolibérales qui se succèdent d’années en années dans tous les secteurs. Signer une tribune dans le Monde n’exempte pas de descendre dans la rue et ne prémunit pas du blocage – disserter sur la grève ne dispense pas de la faire.

Parce que la journée d’hier a été riche en évènement normalement suffisant pour provoquer la révolte dans les universités comme la destruction d’une dizaine de lieux sur la ZAD, expulsion de l’université de Nanterre et arrestation d’étudiant.e.s directement dans la fac.

Nous ne passerons pas une journée de plus à actualiser frénétiquement les fils d’actualité, à assister impuissant.e.s aux exactions des flics et des fachos. Nous n’imaginons pas suivre et dispenser les cours comme si de rien n’était, comme si tout allait bien, comme si nous n’étions pas les suivant.e.s sur la liste. Les personnels de Nanterre ont annoncé se mettre en grève, les AG de cheminots votent la grève reconductible, de nombreuses universités sont bloquées et occupées.

Parce qu’un mouvement social est en cours et que rien ne perturbe le quotidien de l’EHESS.

Parce que ce ne sont pas les raisons qui manquent – et que pour nous ce devrait être un simple réflexe.

On commence par bloquer l’école toute la journée, programme :

8h15 : début du blocage (yeaaahhh) au 105 boulevard Raspail & petit déj en musique !

12h : repas

14h : AG dans l’amphi Furet

18h : apéro/concert/rassemblement ailleurs ? (askip)

Nous appelons tout le monde à venir s’organiser, les professeur.e.s à faire grève, les étudiant.e.s à bloquer leurs universités, de prendre part aux actions de soutien à la ZAD et ses mondes.

L’université de PSL, à la demande de la préfecture de police de Paris, propose une offre de salle pour les personnes concernées par ce blocage.

Pour en faire la demande, vous pouvez appeler le numéro suivant : 07 72 09 98 84.

Des étudiant.e.s de l’EHESS

JPEG - 130.7 ko


Articles de la même thématique : Université

De la toute puissance des prédateurs haut-placés

Ce texte a été écrit par une ex-doctorante d’une fac de Nancy. Il témoigne des violences qu’elle a subies, comme beaucoup d’autres, de la part d’un professeur haut-placé. Professeur passé par une fac de Dijon. Professeur qui a mené au suicide une autres de ses doctorantes. Puisque leurs paroles n’ont pas été entendues, puisqu’on les a moquées pour la faire taire, il est plus qu’essentiel de diffuser ses paroles largement. Pour que cessent les harcèlements, les abus de pouvoir, les agressions et les viols dans les facs, dans les écoles, et partout !

Rentrée universitaire 2020 et LPPR : assemblée générale le 24 juin

Après deux mois de confinement et de suspension des luttes, les syndicats du personnel de l’université de Bourgogne appellent à une assemblée générale mercredi 24 juin, pour s’organiser contre la généralisation de l’enseignement à distance et contre la LPPR.

Gazette (des confiné·es) # 16 - À vélo, féministes et avec les luttes contre l’extrême droite et l’agroalimentaire breton

Cette semaine, on fait un petit tour des appels féministes pour s’organiser, on se motive contre l’extrême droite, contre Parcoursup, contre le numérique obligatoire dans l’enseignement et on s’enjaille à reprendre le vélo. On s’interroge aussi sur la production scientifique : seconde vague ou non ? Municipales ou non ? Et enfin, on soutient les journalistes en lutte en Bretagne contre l’agroalimentaire.

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

No Tav : un été de lutte contre le TGV Lyon-Turin

Même si on en parle encore peu côté français, la lutte contre le projet de TGV Lyon-Turin a repris de plus belle depuis début juillet ! Alors que les habitant·es du Val Susa se battent depuis une vingtaine d’année contre la destruction de leur vallée, la lutte vient d’entrer dans une nouvelle phase.
À partir de différents extraits d’articles, voici un petit retour sur la situation de ce dernier mois.