Pourquoi nous haïssons l’UPR

Cet article, s’inscrit dans le cadre d’une magistrale défaite électorale de nos ami.e.s de l’UPR. Malgré un raz de marée annoncé, l’échec est plus que cuisant. Un constat s’impose, il est plus dur de convaincre les gens dans la vraie vie, que dans les cercles complotistes.

Parce que François Asselineau n’est pas différent des autres responsables politiques. Celui-ci est diplômé de l’ENA et d’HEC Paris. Il a également travaillé en étroite collaboration avec Charles Pasqua.
Asselineau, comme tous.tes les autres responsables politiques n’est pas anti-capitaliste.

Car Asselineau et sa secte, qui dégueulent leurs idées complotistes, et invitent leurs auteurs (Chouard, Dieudonné, Soral pour ne pas les citer) sont un poison pour la lutte. Ces idées brouillent les pistes pour une critique rationnelle de la société dans laquelle nous vivons. La société capitaliste.
L’UPR dit se financer sans l’appui des banques ? Pourquoi donc, toutes ses déclarations d’amour à la Russie de Poutine ? Combien de temps avant la révélation d’un financement russe, comme leurs cousin.e.s du RN ?
Un petit tour, sur la boutique en ligne du site de l’union « populaire », nous renseigne sur la nature des objets vendus. Un véritable attirail de prolétaire : champagne, fois gras, boutons de manchettes.

Les complotistes ne nomment jamais les responsables des problèmes. Mais d’ailleurs, quels problèmes pour elles et eux ? Tous ces leaders, et leurs suiveurs d’extrême droite, racistes, antisémites ont-ils les mêmes problèmes que nous ? Ils appartiennent et défendent leur classe, celle de la bourgeoisie nationaliste !
Eux, cherchent à recruter parmi les galérien.nes pour effectuer leur basse tâche ! Aujourd’hui le collage d’affiche, le tractage, et demain, si les jours sont meilleurs pour tous les fascismes, la police politique, l’assassinat, la contre-révolution.

Contrairement à eux, qui protègent leurs intérêts, ceux de la bourgeoisie, du patronat, de l’état raciste et sécuritaire, nos ennemi.e.s ont un visage et des noms !
C’est le visage de celles et ceux, qui nous exploitent, qui nous répriment, qui nous enferment, et nous culpabilisent !
C’est le visage, de nos patrons, des flics, des juges et de leurs frères matons, des journaleux, payés à culpabiliser les chômeur.euses, les précaires !
Dans la vraie vie, pas de complot dans des bureaux obscurs, pas de mouvance internationale invisible !
Lorsqu’un.e collègue meurt sur nos lieux de travail, lorsque les huissiers expulsent une famille, la CIA ou d’obscurs groupes d’intérêts n’ont rien décidé dans un sombre bureau !
Parce que la violence qu’il faut combattre c’est celle du capital !

Car ces mêmes ami.e.s complotistes sont également des antisémites notoires qui d’ailleurs ne s’en cachent pas. On peut notamment citer Etienne Chouard qui récemment affirmait que nous devrions avoir le droit d’être antisémites ou encore de Soral qui affirme que la race Aryenne existe belle et bien. La liberté d’expression s’arrête dès lors que nous oppressons une minorité !
Encore et toujours, les complotistes se répètent, comme dans les années trente, la critique du « système » cache toujours un banquier forcément juif.
Le niveau de pénétration de leurs thèses réactionnaires est inquiétant,que penser quand la France « insoumise » de Dijon, diffuse un tract avec une pieuvre, symbole complotiste repris des années 30 à aujourd’hui, comme symbole des « tentacules de l’ombre » du complot ?

Répéter inlassablement des mensonges, n’en fera jamais des vérités. L’avance considérable prise par les complotistes au début d’internet, leur donne un avantage de taille.
Ils cherchent encore et toujours, la confirmation dans les faits au mépris de tout un tas d’information contraires, et variées, dont ils et elles disposent mais ignorent car contraire à leur vérité.
A ce niveau d’aliénation, et la présence de leader, élevé au rang de gourou, on peut parler de secte.

Que dire, de leur conférence ?
Que penser des interminables sessions, de parfois 4 heures, où seul le gourou Asselineau parle avec lui même ? Qui peut garder un esprit critique pendant 4 heures d’affilées ? Cela ressemble à du bourrage de crâne.

La lutte contre le capitalisme, n’est pas compatible avec une vision manichéenne du monde. C’est une critique basée sur les faits, palpables et réels, et ancrés dans notre vie quotidienne !
Asselineau, c’est aussi des idées réactionnaires, et pour l’UPR, les femmes ne sont pas oppressées.
La langue française, sexiste ? Non d’après lui ! Et de toute manière, quand bien même, « on ne va pas s’amuser à changer toutes les langues du monde » !
Il donne alors un exemple, pour la langue anglaise : Pour « ship » il faudrait utiliser « she « plutôt que « he », idem pour « boat ».
Bref, à l’ENA et HEC, on soupçonne très fortement qu’Asselineau ait pris Francais LV1 mais aussi en LV2 puisque pour « boat » ou « ship », on utilise « it » en anglais.

Orienter la colère contre l’exploitation et la violence, des ordures de la bourgeoisie, et de son bras armé, l’état, c’est la véritable conviction de tout les complotistes. Au contraire de leurs frères et sœurs fascistes « classique » qui entendent briser les mouvement révolutionnaires par la force, leur technique est plus subtile. C’est donner à la masse, un petit nombre de personnes inatteignables à détester !
Le ou la galérienne, qui pense que sa situation déplorable vient d’un complot de groupuscules obscurs, ne voit pas la richesse arrogante et obscène de son/sa patron.ne de PME ! Il ou elle ne peut pas haïr la justice, les huissiers, les flics, puisqu’elles et ils sont aussi victimes d’obscurs conspirations.

Alors éteignons nos ordis, les complotistes et leurs thèses ne vivent que sur Internet, et battons nous pour de vrai, contre la violence du capitalisme !
Lutte criminelle pour notre classe dangereuse !

PNG - 215.3 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Confusionnisme

Comment renverser les Illuminati ? : en finir avec les théories du complot

Il n’y a aucun « complot » derrière l’exploitation économique, il n’y a qu’un rapport social fondé sur la propriété privée des moyens de production : celui qui possède les moyens de production n’a pas besoin de se dissimuler, et celui qui travaille, si il veut s’émanciper, n’a pas besoin de savoir si son patron est juif, catholique, de la planète mars ou membre du club d’échec de Bourg-en-Bresse.

Camarade, lâche-moi la grappe avec l’Union Européenne

Depuis quelque temps, certains font mine de découvrir que l’Union Européenne mène une politique libérale sur le plan économique. Avec le mouvement des Gilets Jaunes, pas une assemblée sans que quelqu’un ne rappelle que « rien ne se fera » sans la sortie de l’Union Européenne, la Frortie [1]...

Une analyse critique des idées d’Étienne Chouard

Une analyse critique des idées d’Étienne Chouard, de son populisme transversal, de son confusionnisme, de son #conspirationnisme, de son démocratisme-citoyenniste et de son « anti-impérialisme » - avec Armand Paris, co-animateur de Sortir du capitalisme.

Articles de la même thématique : Conspirationnismes

Manifestation des Grésilles : « Après l’abandon du Préfet, on veut sa démission »

Samedi 20 juin, une cinquantaine de personne des Grésilles et de Chenove ont manifesté pour demander la démission du Préfet, après avoir tenu une conférence de presse improvisée. Retour entre analyse et émotion sur ce moment trouble.

Nous avons découvert l’incroyable secret des théories du complot

Dans toutes les périodes de crises, nous voyons fleurir de nombreuses théories du complot, y compris dans les cercles militants. Comment sont-elles construites et en quoi sont-elles foncièrement nocives ?

Cinq bonnes raisons de virer l’UPR de nos manifs

Le 22 mars dernier, dans différentes villes, des militant·es de l’UPR ont rejoint les manifestations syndicales pour la défense du service public, ou ont tracté à leurs abords. À Bordeaux, Lille, Marseille ou Tours, des manifestant·es se sont organisé·es pour les faire dégager.