SNU : Dessiner son carcan.

Ce 18 février, le triste Gabriel Attal (Secrétaire d’Etat en charge de la Jeunesse) a annoncé un « concours » pour que certains lycéens participent au design et à la création du futur uniforme pour les jeunes soumis au Service National Universel.

Ce 18 février, le triste Gabriel Attal (Secrétaire d’Etat en charge de la Jeunesse) a annoncé un « concours » pour que certains lycéens participent au design et à la création du futur uniforme pour les jeunes soumis au Service National Universel [1].

Dans une volonté de création artistique audacieuse et libre, un cahier des charges un brin rigide est fixé. L’uniforme devra comporter au minimum : les couleurs nationales, les symboles républicains ainsi que l’année de la promotion.

Alors, à vos stylos ?

Eh bien non, car de peur d’une participation extraordinaire seuls les jeunes inscrits en bac pro “Métiers de la mode” de 13 lycées professionnels sont concernés par le concours, et auront le privilège de dessiner le futur dressing-code de la jeunesse. Ils devront « croquiser » la tenue complète à savoir un paquetage regroupant « pantalons, polos et tee-shirts, mais aussi un pull, un short pour le sport, un coupe-vent et une paire de chaussures ».

Les jurés ?

Un général, un créateur de mode, une présidente d’association et une lycéenne.

Date du verdict ?

Fin mars.

Préparons l’alcool à brûler.

Qu’est-ce que le SNU ?

Ce cher Gabriel Attal, le secrétaire d’État chargé de la Jeunesse, confirme une phase 1 en deux temps. Le premier se déroulant à l’aide de 14 nuits en hébergements collectifs, encadrés par encore on ne sait pas trop qui mais au minimum des militaires, et le second en mode « externat » pendant 15 jours. Une phase 1 obligatoire confirmée d’un mois !

Il annonce aussi que les jeunes ne seront pas accueillis dans leur département d’origine. Néanmoins rien n’est indiqué sur le déplacement.

dès leur arrivée, chaque jeune recevra un trousseau contenant un uniforme [6]. Chaque matin, le jeune sera levé à 7h et participera de 8h à 8h30 à la levée du drapeau et devra s’égosiller sur la Marseillaise. À la fin du moment intense de vie collective qui s’annonce, « une cérémonie républicaine présidée par le préfet ».

Pour en savoir plus :

Putride patrie : sur le Service National Universel

Pas à pas, le Service National Universel (SNU) se dévoile et se révèle être un véritable service militaire. Les annonces de ce mercredi 16 janvier du perfide Gabriel Attal, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse, ne font que le confirmer.

28 août 2019


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Antimilitarisme

L’Éphéméride Anarchiste sur Radiolutte : 19 Avril, Andrée Prévotel

Le 19 Avril 1912, naissait Andrée Prévotel, militante anarchiste, anarcho-syndicaliste et libre-penseuse.
À écouter également sur Radiolutte, les éphémérides de chacun des autres jours du mois.
Des éphémérides à produire collectivement ! Corrections et participations ouvertes et attendues sur thechangebook.org !

Articles de la même thématique : Armée

Les lacrymos, une arme de guerre civile

Armes de « contrôle des foules » par excellence, les gaz lacrymogènes semblent être devenus l’un des outils privilégiés du maintien de l’ordre contemporain. Leur usage dans le cadre de manifestations publiques s’est systématisé ces dernières années, au point que l’image de rassemblements noyés sous les gaz semblent être devenue la norme.

« Ils nous ont tant volés qu’ils nous ont même dérobé notre peur » : insurrection populaire au Chili

Le Chili vit depuis quelques jours un soulèvement insurrectionnel d’une ampleur inédite. Partie de l’augmentation des prix du ticket de métro, la révolte s’est rapidement généralisée, prenant pour cible le système dans son ensemble — dans un pays qui, depuis le coup d’État mené par Pinochet en 1973, est un laboratoire du néo-libéralisme le plus féroce et où les inégalités sont parmi les plus fortes au monde.