Une lutte peut en cacher mille autres

Où il est question d’alliance entre les mondes de la zad et les mondes syndicaux.
Tract de l’Amicale Dijon - Notre-Dame des Landes, distribué lors de la manifestation inter-pro du 19 avril.

Le samedi 14 avril à Nantes, la manifestation inter-syndicale qui se tenait en début d’après-midi et qui regroupait des milliers de personnes, a rejoint la manifestation de défense de la zad de Notre-Dame des Landes. À en croire celles et ceux qui étaient venu à Nantes pour soutenir la zad, cette convergence des cortèges a été l’un des plus beaux moments de cette manifestation.
C’était la rencontre entre des mondes que l’on pourrait penser éloigner, mais qui sont animés par un sens commun : « Nous ne laisserons pas Macron et son gouvernement néolibérale nous écraser ».

Alors que les grenades explosent par centaines sur la zad, le Collectif national des syndicats CGT du Groupe VINCI a affirmé cette semaine : "Il faut cesser de gazer toute solution et de risquer de nouveaux morts, dans le seul but, politiquement suicidaire, de flatter les factieux qui appellent à la guerre civile... et de satisfaire ceux qui convoitent les terres mises en valeur par ceux-là mêmes, légaux et illégaux, que l’Etat veut bannir, écraser, mutiler, désespérer.
L’Etat néolibéral, celui du capitalisme mondialisé, ne tolère aucune alternative. Guerre partout ! Habitants de la zad, des quartiers populaires, salariés, paysans, syndicalistes, étudiants, migrants, fonctionnaires... c’est notre avenir à tous qu’on assassine  !"

C’est grâce à toutes ces démonstrations de solidarité et de soutien hybrides et incroyables que les zadistes ont acquis, années après années, la tenacité et la détermination de continuer à se battre.

De retour de la zad, l’amicale Dijon-nddl était animée de cette magie de rencontre. Voilà pourquoi nous avons voulu être présent·es, à vos côtés, en cette journée de mobilisation large. Nous sommes venu·es avec des sandwich, parce que nous avons appris de la zad qu’une lutte doit être joyeuse, partagée, et enracinée dans des gestes de solidarité simple.

La semaine prochaine à Dijon, le Quartier Libre des Lentillères, un quartier occupé et cultivé illégalement depuis 8 ans au sud de la ville, organise une grande semaine de résistance contre les expulsions des territoires occupés. Nous vous invitons à venir découvrir ce que le monde de la zad a semé politiquement, et nous vous invitons également à venir raconter vos luttes aux occupant·es des Lentillères, lors de la discussion du vendredi 27 avril.

Parce que c’est le même monde qui essaie de détruire la zad et qui exploite les travailleurs, les cheminots et les précaires, rencontrons-nous, unissons-nous !

L’Amicale Dijon-nddl.