[Val de Suse] Emilio arrêté : appel à la solidarité !



Avant-hier, le 15 septembre les carabinieri de Turin ont arrêté Emilio Scalzo, 66 ans, militant historique du mouvement No Tav. Emilio est impliqué depuis le début dans la lutte à la frontière entre la Valsusa et le Briançonnais. Il a toujours été en première ligne pour apporter une solidarité concrète aux milliers de personnes qui ont traversé cette frontière, passant (en plus) d’innombrables nuits sur les cols transalpins.

Des policiers en civil l’attendaient devant sa maison pour l’emmener le plus vite et silencieusement possible. Ils l’ont enlevé en pleine rue. Pendant plusieurs heures, personne n’a eu de nouvelles de lui : la police sait à quel point il est aimé dans la vallée et comment elle aurait pu réagir à son arrestation.
Cette méthode est très inhabituelle et « innovante » : un mandat d’arrêt européen émis par le tribunal de Gap avec une demande d’extradition vers la France pour un délit qui n’a pas encore été jugé. Les chefs d’accusation sont « violences aggravées et outrage » lors d’une manifestation qui a eu lieu lors du campement « Sconfiniamo la frontiera » en mai 2021, une action en réponse à l’expulsion du Refuge autogéré Chez Jesoulx.

Une manifestation qui, rappelons-le, a été presque immédiatement attaquée à coups de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes par les gendarmes français, les mêmes gendarmes qui, sur ces chemins, repoussent et épuisent les « sans-papiers », les obligeant à emprunter des chemins de plus en plus dangereux et mortels (seulement aujourd’hui : https://www.lastampa.it/torino/2021/09/16/news/due-afghani-precipitano-nel-lago-di-rochemolles-erano-in-fuga-verso-la-francia-1.40708111).
Ce mandat n’a pas de précédent : un mandat d’arrêt international assorti d’une demande d’extradition pour exécuter des mesures préventives pour un délit n’ayant pas encore été jugé est une pratique totalement nouvelle, une pièce de puzzle en plus dans le perfectionnement de la répression étatique à l’encontre de la lutte contre les frontières et au-delà. Peut-être est-ce le résultat des relations de plus en plus étroites entre les préfectures de Gap et de Turin, qui se sont manifestées au cours des deux dernières années. Le tribunal de Turin a 14 jours pour accorder ou refuser l’extradition. Luttons pour qu’il ne soit pas extradé !

Ils essaient de détruire les liens de solidarité qui sont toujours concrets et forts sur cette frontière, en mettant en œuvre la division habituelle entre les « bons » et les « mauvais », comme pour se venger du fait que le procès des 3+4 de Briançon a été pour eux (le tribunal de Gap) un grand échec.
Des deux côtés de la frontière, les services de renseignement de la police ne portent pas Emilio dans le coeur : en Italie, il est l’un des accusés pour l’occupation du refuge autogéré d’Oulx, un procès qui commencera en octobre ; maintenant, en France, on veut l’emprisonner aussi.
Il se trouve actuellement à la prison de La Vallette, à Turin, en attendant la réponse concernant son extradition. Ne le laissons pas seul ! Ne permettons pas qu’il soit extradé ! Nous appelons à la solidarité avec tout.e.s ceux et celles qui se sont engagé ou ont cru dans ce combat.
Pour lui écrire : Emilio Scalzo, Casa Circondariale Lorusso e Cutugno, via Maria Adelaide Aglietta 35, 10151, Torino (TO). (Les télégrammes depuis l’Italie sont plus rapides et plus sûrs à envoyer)
Envoyez-nous à titre privé des photos, des écrits ou toute autre chose à lui transmettre.

Email : info@passamontagna.info
Nous étions tous là sur ces sentiers ! Toujours contre les frontières !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Répression

Soutien à Boris

Notre camarade Boris est incarcéré à la prison de Nancy Maxéville depuis septembre 2020 pour avoir brûlé une antennes relais 5G lors du premier confinement. Nous savons très bien depuis Foucault que le but du système carcéral ne sert pas seulement à « réprimer » et « punir », mais surtout à différencier, à trier, définir et nommer les « actes illégaux » [...] il participe lui-même de la domination sociale.

Thinkerflou - Mathieu Rigouste : L’enférocement policier

Invité de marque aujourd’hui dans le format interview de Kawa TV ! C’est Mathieu Rigouste, chercheur indépendant en sciences sociales que nous avons rencontré pour un Thinkerflou exceptionnel. À l’occasion de la réédition de « La domination policière » à La Fabrique, Kawa TV est allé discuter avec lui des liens entre la colonisation, le racisme et la police.

Articles de la même thématique : No Tav

No Tav : un été de lutte contre le TGV Lyon-Turin

Même si on en parle encore peu côté français, la lutte contre le projet de TGV Lyon-Turin a repris de plus belle depuis début juillet ! Alors que les habitant·es du Val Susa se battent depuis une vingtaine d’année contre la destruction de leur vallée, la lutte vient d’entrer dans une nouvelle phase.
À partir de différents extraits d’articles, voici un petit retour sur la situation de ce dernier mois.