Week-end anti-nucléaire et féministe à Bure

Les 20, 21 et 22 septembre a lieu à Bure un week-end contre le projet d’enfouissement de déchet nucléaire. Le week-end sera féministe, et s’inscrira dans l’héritage de toutes les grandes luttes éco-féministes.

Les 20, 21 et 22 septembre prochain, près de Bure, dans la Meuse, c’est le week-end contre la poubelle nucléaire, entre femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires. Une marche sonore, des discussions, une boum — que des belles choses. [1]

À Bure, l’État veut enfouir les déchets les plus dangereux du système nucléaire français pour les cacher loin de nos yeux. Dans l’est de la France ou ailleurs, nous refusons cette politique de l’oubli. Nous ne voulons pas qu’il sacrifie des territoires entiers, polluant des sous-sols pour des centaines de milliers d’années. Nous refusons la banalisation de la vie contaminée. Nous n’acceptons pas que la menace de sa pollution perpétuelle soit occultée. Nous ne voulons pas du nucléaire.

Cette industrie, invisibilisée parce qu’insupportable, irradie des milliers de travailleur·ses dans le turbin des centrales, exproprie des Nigérien·nes et des Aborigènes pour faire place à des nouvelles mines d’uranium, pollue autour de chaque installation et, chaque décennie dans le monde, cause une catastrophe qui dépasse l’entendement.

Du Japon aux États-Unis en passant par le désert algérien, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui refusent cette technologie mortifère. À Bure, depuis 25 ans, la résistance s’organise. Cette détermination se heurte aujourd’hui à une répression qui a pris une tournure intolérable : une cinquantaine de procès, 28 interdictions de territoire, plusieurs peines de prison ferme et plusieurs centaines de mois avec sursis cumulés, la militarisation du territoire, l’interdiction d’accès au bois Lejuc suite à l’expulsion de ses occupant·es, la surveillance généralisée… Les opposant·es au projet d’enfouissement des déchets radioactifs sont épié·es, intimidé·es, placé·es sous contrôle judiciaire, perquisitionné·es, brutalisé·es, empêché·es de mener une vie quotidienne sereine.

Nous appelons à converger le week-end du 21 et 22 septembre 2019 en mixité choisie sans hommes cisgenre [2] pour affirmer de tous nos corps avec celles et ceux qui luttent à Bure et ailleurs, notre opposition au nucléaire et son monde.

Une mixité choisie que nous portons avec colère et détermination, face aux privilèges masculins qui perdurent : depuis trop longtemps, des hommes cisgenre décident, organisent, prennent la parole sans nous et à notre place – dans les milieux militants comme ailleurs. Nous aspirons à inventer des moments et des luttes créatives, amusantes, émancipatrices, tout en étant attentif·ves aux multiples rapports de domination qui nous traversent, cherchant à les dépasser et les combattre dans nos pratiques et nos lieux de vie.

Une mixité choisie que nous portons avec puissance et joie, avec en tête les 40 000 femmes [3] du camp de Greenham Common en Angleterre qui ont entouré en 1981 une base de missiles nucléaires, celles du Green Belt movement qui ont planté 51 millions d’arbres au Kenya depuis 1977, mais aussi les dizaines de milliers de militant-es féministes argentin-es qui ont envahi les rues en 2018 pour que leur droit à l’avortement soit reconnu, ou encore celles qui luttent pour la justice après que leur frère, leur fils ou leur neveu aient été assassinés par la police dans les quartiers populaires en France.

Parce que, sans que nous ne l’ayons décidé, les déchets nucléaires proviennent de l’électricité que nous consommons pour chauffer nos maisons, allumer nos lumières, téléphoner ou utiliser internet, nous nous révoltons contre le sacrifice des territoires ruraux. De nos liens avec les forêts défrichées, les sols troués, les sous-sol réduits à la condition de ressources, nous puisons la force et le désir de défendre les terres, l’air et l’eau qui font le vivant. Face à un horizon nucléaire présenté comme indépassable, nous affirmons le désir d’une existence affranchie de la démesure industrielle, d’une production pensée à l’échelle de nos vies, à partir de nos besoins et non de ceux de la croissance. Nous défendons la possibilité de décider collectivement ce que nous voulons produire et de trouver des manières de vivre qui se passent de sources d’énergie aliénantes.

Programme

Vendredi 20

- Début des arrivées en fin de journée
- 20h Performance : “Dans quel état d’urgence tu m’as mise” Werana Veranda
- 21h Film : “Un héritage empoisonné” Isabelle Masson-Loodts

Samedi 21

- 9h-11h ATELIERS
Auto-gynéco
Autodéfense féministe
Déplacement collectif
Atelier Chorale
Actualités de Bure : point sur lutte et l’avancement du projet CIGEO
- 11h Point information pour la marche
- 12h Cantine
- 13h MARCHE BRUYANTE CONTRE LABOMINABLE
Ou bien : Ateliers enfants, travaux pratiques et films
- 20h Cantine
- 21h Théâtre : “Punctum Diaboli” Compagnie Les oubliettes
Un spectacle clownesque sur la domination patriarcale. (Plus d’infos ici, l’affiche ici)
- 22h30 Concert de Tôle Froide, puis DJ et Surprise party

Dimanche 22

- 10h Discussion Retours et Vers le futur
sur le week-end
sur l’avenir radieux de la lutte à Bure
sur les perspectives écolos et féministes
- 13h Brunch plénière
- 16h-18h ATELIERS (comme samedi)

Rejoignez-nous !

Signé : Collectif des Bombes Atomiques.
https://bombesatomiques.noblogs.org/

JPEG - 1.8 Mo


Notes

[1Le texte ci-dessous est une version corrigée (le texte qui retrace un peu nos réflexions et nos erreurs sur ces questions là est ici). Nous tenons à nous excuser pour les formulations précédentes qui ont causé des incompréhensions et exclu des personnes qui ne sont pas des hommes cisgenre. Nous avons essayé de prendre les remarques en considération et faisons notre possible pour penser la communication ainsi que l’évènement de manière inclusive. Nous avons prévu de nous revoir durant l’été pour parler spécifiquement de la question de l’inclusivité pour ne pas réitérer des schémas oppressifs présents dans nos sociétés. D’autres textes de communication sont prévus dans les semaines à venir, présentant le collectif et les identités qui l’habitent.

[2Ici cisgenre signifie être en accord avec le genre qui nous a été assigné à la naissance.

[3Nous ne savons pas si toutes les personnes présentes à ces rassemblements se définissaient et se vivaient comme femmes cisgenre.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nucléaire

La semaine antinucléaire à Bure aura finalement lieu du 5 au 11 octobre

Annonce et informations sur la semaine « pratiques et histoires des luttes antinucléaires » à Bure, qui avait du être reportée à cause du confinement.

La Gazette des confiné·es #17 - Black Lives Matter, licenciements de masse et Covid en Afrique

Cette ultime Gazette commence par l’espoir d’un soulèvement fertile contre l’oppression raciste. Et si des semaines de confinement nous avaient plus uni·es que séparé·es ? Faisons ce pari, car d’âpres combats commencent, tant contre l’immense casse sociale facilitée par les ordonnances Macron que pour faire obstacle aux grands projets inutiles et imposés. Sans parler de l’aide aux exilé·es, notamment à Lesbos.

40 ans du Tricastin : évitons un confinement nucléaire

Le réseau Sortir du Nucléaire Côte-d’Or s’oppose à la prolongation de la centrale nucléaire du
Tricastin et adresse cette lettre à l’ Autorité de Sûreté Nucléaire de Lyon.

Articles de la même thématique : Bure Stop

La Gazette des confiné·es #15 - Occupations et Zad, économie vs écologie et locataires étranglés

Sous Macron, l’économie est reine et les promesses écologiques du vent. Ou du greenwashing pour les multinationales. Bien réelle, la répression s’abat sur les classes populaires et les luttes. Violences policières, Zad détruites, squats menacés... Dans les immeubles de New-York, Bologne et peut-être bientôt de Rennes ou Paris, les menaces d’expulsions locatives poussent à la solidarité. Se transformera-t-elle en mouvement politique ?

La Gazette des confiné·es #12 - Autonomie alimentaire, contrôle de l’info et carte tricolore

Sauver les apparences quand les faits vous échappent, c’est ce à quoi s’emploient Philippe, Borne et Véran. Sommés par le château de remettre tout en marche, ils occupent sans compter presque tous nos écrans. « Masques et tests manquent ? C’est bien embarrassant. Vite ! publions une carte des départements. Génératrice de stress, c’est l’intention qui compte. Croyez-nous sur parole, elle sera prête à temps. Comme nous aimons la presse, se trouvent à notre adresse les meilleurs « fact-checking » sur le confinement. Cette sélection vous choque ? Vous la dites orientée ? Montrez-nous vos papiers ! Quittez Bure prestement ! »

Pour que cesse le confinement de notre lutte et de nos amitiés

Ce texte, publié sur le blog Nous sommes tou-te-s des malfaiteur-euse-s, est porté par des personnes mises en examen dans le cadre de l’information judiciaire ouverte sur des militants de Bure. Il a été rédigé par le biais de complexes allers-retours du fait de leurs contrôles judiciaires qui les obligent à « s’abstenir de rentrer en relation » entre elles. Par cette tribune, publiée également sur Reporterre et Mediapart et faisant suite à une enquête en trois volets elles souhaitent se réapproprier tant bien que mal une expression collective face à cette répression atomisante.