Licenciements

  • Ciné-débat : After Work

    « La moitié des travailleurs européens seront indépendants en 2035 ». Quand le glaive penche dangereusement du côté de l’atomisation du travailleur, cette phrase d’un ouvrier en bleu de chauffe continue de résonner : « L’intérêt, il n’est pas personnel. Il est collectif. »

  • [Besançon] Un représentant de section syndicale menacé de licenciement

    « Leroy Merlin » à Besançon-Chateaufarine, ce sont quelques cent-quarante salarié.e.s et comme partout des conditions de travail à défendre. Après dix années d’ancienneté, Romain a décidé de s’engager en ce sens. Il a ainsi été désigné représentant de section syndicale Force Ouvrière, en décembre dernier. Un mandat qu’il entendait utiliser pour agir concrètement, alors que les prochaines élections CSE sont prévues pour 2023. Jusqu’à qu’il reçoive, il y’a quelques jours, un courrier de son employeur, le convoquant à un entretien préalable à éventuel licenciement.

  • La CGT réclame la reprise de la Chocolaterie de Bourgogne

    Vendredi 24, à l’appel de la CGT FNAF, des ancien·nes employé·es de la Chocolateriede Bourgogne se sont rassemblé·es devant la mairie et ont déployé une banderole sur la tour Philippe Le Bon et une délégation a été reçue à la mairie de Dijon pour réclamer la reprise de l’entreprise.

  • Verdict le 25 mai pour MBF Aluminium à Saint-Claude

    Le 27 avril au tribunal de commerce de Dijon, la mobilisation des salariés de la fonderie de MBF Aluminium, sous-traitante automobile basée à Saint-Claude dans le Jura a permis d’ouvrir des perspectives de reprise. C’est le mardi 25 mai que sera rendue la décision après l’étude des deux projets de reprise de l’activité. L’entreprise compte environ 280 salariés et les principaux clients sont PSA pour 75% et Renault 20% du chiffre d’affaires.

  • Nouvelle grève illimitée chez SKF à Avallon

    Lundi 12 avril, la quasi-totalité des 140 salariés de l’usine SKF d’Avallon ont débuté un nouveau mouvement de grève illimitée pour affirmer leur opposition à la fermeture du site prévue fin 2022.

  • [Belfort] La lutte paye chez General Electric

    Après trois jours de grève et de blocage du site GE Steam Power, les salarié·es de General Electric ont obtenu gain de cause, c’est ce qu’a annoncé Saïd Bersy, secrétaire CGT du CSE Manufacturing. Ils (...)

0 | 10