26 mars : Manifestation des retraités à Dijon, Besançon & Vesoul



Les retraités réclament une augmentation de 10% de leurs pensions pour faire face à l’inflation et à l’augmentation du coût de la vie. Le 26 mars, ils sont une centaine devant la permanence de Didier Martin à Dijon et une centaine sur la place Pasteur à Besançon.

Témoignages :
« J’ai travaillé durant 43 ans et je me retrouve avec une pension de 1.600 euros. Avec l’augmentation des prix, l’inflation, j’ai le sentiment de vivre en dessous du Smic. Je m’en sors, mais il faut renoncer à se faire plaisir ou partir en vacances comme on pouvait se l’imaginer. Je suis dépitée, j’ai l’impression que le gouvernement attend de nous que l’on reprenne des CDDs pour joindre les deux bouts et rendre service... mais non je n’ai plus envie, j’ai eu un métier difficile. Moi je veux pouvoir vivre dignement de ma retraite. »

« J’ai été ancien ingénieur, je suis a la retraite depuis 20 ans, mais me voila à manifester pour la deuxième fois en moins d’un an. J’ai la chance de m’en sortir, mais je dois aussi renoncer à des voyages ou à des plaisirs. Et je connais bon nombre d’amis retraités qui eux se serrent la ceinture et n’ont pas toujours de quoi s’acheter à manger. Bon, pour la suite des choses, je suis un peu perplexe. On n’est pas très nombreux, on est bien gentils. En France, si on ne bloque rien, on ne se fait pas entendre »

« Je touche l’ASPA, l’allocation de solidarité aux personnes âgées, c’est 1.012 euros par mois, mais ça ne suffit pas du tout. Par ailleurs beaucoup de gens qui gagnent à peine plus que moi ne touchent plus l’ASPA et se retrouvent du coup à payer des impôts parce que le seuil des impôts a été augmenté de 50 euros. Le problème des retraites, c’est que les augmentations ne compensent pas l’inflation. Et l’ASPA, je ne la toucherai pas cette année pour 1 euro. Et dans le même temps je vais devoir payer 25 euros de complémentaire. Plein de petites choses s’ajoutent tous les jours. Mon bois de chauffage a augmenté, je n’achète plus de viande rouge ou de poisson parce que c’est trop cher. Je fais très attention et je ne jette strictement rien, j’ai dû aussi diminuer ma consommation de pain de moitié, etc. Oui, je suis pauvre. Jusqu’à il n’y a pas longtemps je pouvais payer de quoi faciliter les études de mes enfants, aujourd’hui je ne peux plus, ça a une répercussion sur mes enfants. La pauvreté, on s’y habitue. Mais on s’enfonce dedans d’une année sur l’autre. Je ne fais plus de cadeau à personne. Je n’ai plus les moyens. C’est difficile. Aujourd’hui, je ne peux même plus aller à Besançon, payer le gazole pour sortir ma voiture ».

« On est face à un gouvernement qui nous ignore, donc la seule chose qui pourrait le faire évoluer, ce serait un rapport de force important. Mais on voit que les gens ont du mal à se mobiliser parce qu’ils ont l’impression que cela ne sert à rien. Il faut les convaincre, car si ça ne marche pas le jour même, ça peut être utile par la suite. Beaucoup de retraités se retrouvent en dessous du seuil de pauvreté et sont obligés de recourir à l’aide alimentaire. »

« Un certain nombre de retraités avait tendance à soutenir le pouvoir en place, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui et personne n’a oublié la réforme des retraites. Aujourd’hui, on rappelle au gouvernement qu’on est là et qu’on ne lâchera rien. On en a marre du mépris de la classe dirigeante vis-à-vis des personnes âgées et retraités. À titre d’exemple, pour montrer le mépris de la classe dirigeante, on avait demandé un rendez-vous avec le préfet pour donner nos revendications. On n’a pas été reçu par lui, mais par sa cheffe de cabinet. »



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Manifestations

[Montbéliard] Frédéric Vuillaume encore en garde à vue pour avoir manifesté

C’est devenu malheureusement une habitude. Priver de liberté une personne pendant 16 heures pour avoir essayé d’exercer l’unique droit qui fait la différence entre un état autoritaire et une démocratie : le droit de manifester. Cela s’est passé à Montbéliard, lors de la venue du premier ministre, Gabriel Attal.

La répression de la liberté de manifester continue

En juin 2023, une trentaine de personnes ont reçu un courrier pour leur participation à une « casserolade » auxquelles elles n’ont pas donné suite. Quelques unes de ces personnes ont reçu un deuxième courrier considérant qu’elles ont reconnues leur culpabilité et les menaçant d’amendes. Voici les réactions du CVLR21 [1].

Articles de la même thématique : Retraite