Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

400 personnes se sont réunies pour dénoncer la répression et les violences policières



Ce jeudi 30 mars, plus de 400 personnes se sont réunies lors de deux rassemblements quasi-simultané, l’un appelé à 18h par Solidaires 21 contre la répression syndicale, et l’autre appelé nationalement par les Soulèvements de la Terre contre le déchainement de violences policières le 25 mars dernier à Sainte-Soline.

JPEG - 868.9 ko
Le rassemblement est légalement autorisé devant la préfecture, qui en interdit, de fait, l’accès
JPEG - 790.1 ko
JPEG - 962.4 ko
JPEG - 754.9 ko
JPEG - 669.5 ko
JPEG - 1018 ko
Le grand retour des grilles anti-émeutes. On ne les avait pas vues à Dijon depuis les gilets jaunes
JPEG - 678.5 ko
JPEG - 525.4 ko
JPEG - 501.5 ko
JPEG - 683.4 ko
JPEG - 559.6 ko
JPEG - 699.9 ko
JPEG - 708.7 ko
JPEG - 545.6 ko
JPEG - 436.5 ko
JPEG - 886.3 ko
Sommations de fin de manif, une personne au moins a été interpellée

Communiqué de Solidaires 21
31 mars 2023

Une interdiction : deux succès

Hier soir, deux rassemblements se sont déroulés à Dijon. Le premier, à partir de 18h, concernait la défense des libertés syndicale et d’expression notamment après une lettre du Préfet à l’encontre de l’un des co-secrétaires de Solidaires 21, lettre dont la fuite dans la presse nous avait parue bien suspecte. Le second, à partir de 19h, était en soutien aux deux manifestants dans le coma, aux blessées de Sainte-Soline et du mouvement des retraites, pour la fin des violences policières, pour la dissolution de la Brav-M et l’interdiction des grenades GM2L.
A 17h30, nous avons appris l’interdiction du second rassemblement, mettant de fait en difficulté le premier. A 17h37, la préfecture écrivait à notre organisation que le premier rassemblement serait déplacé du lieu initialement prévu et que le Préfet acceptait de recevoir une délégation. Or, notre organisation syndicale a déposé un rassemblement dès le 22 mars, et jusqu’au 30 mars à 17h37, aucun contact n’a eu lieu entre la préfecture et notre organisation syndicale ! Nous tenons à souligner que ce qu’il s’est passé hier n’est ni légal, ni tolérable ! Face à ce constat, notre organisation syndicale ainsi que les camarades de la CGT et de la FSU ont décidé de boycotter cette « audience ».
La Préfecture a fait tout un pataquès dans la presse quant à l’importance de respecter la loi, déclarer les rassemblements, manifestations et tutti quanti. Depuis, une manifestation déclarée a été interdite, et le rassemblement de hier déplacé en dehors de tout cadre légal. Notre organisation syndicale s’inquiète fortement des dérives en cours et de l’autoritarisme réel dont font preuve les autorités, à Dijon comme ailleurs.
Néanmoins, les plusieurs centaines de personnes réunies pendant plusieurs heures pour les deux rassemblements et bravant l’interdiction préfectorale démontre qu’uni.es, nous ne devons pas avoir peur ! Nous tenions à remercier les nombreuses personnes qui se sont déplacées pour ces deux rassemblements !
Aux côtés d’autres, notre organisation syndicale appelle à une manifestation ce samedi 1er avril, le rendez-vous est fixé à partir de 15h, place de la République à Dijon pour continuer de mener la bataille des retraites.

Face aux intimidations préfectorales, aux violences policières et à la répression judiciaire, soyons solidaires !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Articles de la même thématique : Police

Abolir les prisons ? Rencontre avec Gwenola Ricordeau

Jeudi 6 juin, Gwenola Ricordeau nous présentera son livre Brique par brique, mur par mur, une histoire de l’abolitionnisme pénal. La présentation sera suivie d’un temps d’échange, puis d’un repas et d’une projection de Sur les toits (Nicolas Drolc, 2014).