Appel à la GRRRR-RÊVE des femmes de 1973

« La GRRRR-REVE des FEMMES n’est pas un "mot d’ordre" lancé par un état major central des femmes, c’est un MOT DESORDRE. »

« Dans le métro, sous l’inscription GRRRRR-RÊVE DES FEMMES quelqu’un, sans doute un homme (?) avait écrit : "Tant pis, on violera."
À des femmes qui écrivaient GRRRRR-REVE DES FEMMES, une bande de soldats rigolards a dit : "Vous pouvez pas, vous avez rien dans la culotte."
La GRRRR-rêve DES FEMMES c’est contre ça.
Nous ferons la grêve du travail domestique même, et justement parce qu’il n’est pas reconnu comme travail.
Nous ferons la grrr-rêve de ce qu’on a appelé notre "Nature" et qui ne sert qu’à mieux nous asservir à la culture et au bon plaisir des hommes.
Nous ferons la grrr-rêve parce que nous en avons marre d’être condamnées à jouer
Les mamans ou les putains
Les servantes ou les maîtresses
Les boniches ou les potiches
Les vierges martyres ou les épouses martyres
Les femmes soumises ou les collaboratrices dévouées
Nous ferons la grrrr-rêve parce que nous en avons marre d’un monde coupé en deux, et où on ne peut que
Faire "notre" vaisselle ou lire "son" journal
Desservir la table ou regarder la télé
Dicter le courrier ou prendre en note
Se faire violer ou violer
Et où, pour ne plus être
Une "femme-femme" aliénée,
On nous force à devenir
Une "femme-mec" doublement aliénée.
Nous ferons la grrr-rêve des femmes enfin parce que nous en avons marre de choisir entre
Lancer un mot d’ordre ou le suivre.
La GRRRR-REVE des FEMMES n’est pas un "mot d’ordre" lancé par un état major central (syndicat ou parti) des femmes, c’est un MOT DESORDRE.

Grêve du travail domestique
Grêve du travail salarié
Grêve du travail sexuel. »

Tract trouvé dans Mon MLF de Marie-Jo Bonnet
JPEG - 16.1 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Féministes, nous luttons contre la répression d’État

Des intellectuels et des artistes, dont Françoise Vergès, Isabelle Stengers, Paul B. Preciado et plusieurs collectifs féministes s’allient pour affirmer « leur peur et leur colère face à la course sécuritaire menée par le gouvernement », et réclamer la libération des militants arrêtés le 8 décembre 2020.

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.

Articles de la même thématique : MLF