Avec la langue


Saône-et-Loire

Des livres, des revues, des lectures, des performances et des échanges avec Élodie Petit, Roberte la Rousse et Trou Noir, pour voir tout ce qu’on peut faire avec la langue.
[Chalon-sur-saône / la Méandre / 22/06 à 17h]

Trou Noir .org

Trou Noir est une revue en ligne dont l’aventure a commencé en janvier 2020. Le 28 de chaque mois, elle explore l’actualité, les archives et l’histoire de la dissidence sexuelle à travers des textes d’analyses, des entretiens, des recensions, de la poésie et des tracts. Héritière des mouvements de libération sexuelle des années 1970 (FHAR,MLF), des combats contre le sida et de l’essor de la pensée queer, elle tente d’en réactualiser les thèses politiques et de les mettre en
tension avec notre époque. Deux ans après son lancement sur internet, la revue Trou Noir prend le chemin des librairies avec une version imprimée.
Nous espérons que le lancement d’une revue papier pourra permettre ce qui nous était interdit jusque-là (crise sanitaire) : nous rencontrer en chair et en os, discuter de nos situations respectives et permettre de s’organiser partout où cela est possible et favorable. Enfin mettre en lumière l’angle mort de toute politique radicale : la question du désir.

Roberte la Rousse

Roberte la Rousse est une collective cyberféministe qui développe des projets artistiques et critiques, fondée en 2016 par Cécile Babiole, plasticienne, et Anne Laforet, chercheuse. La collective travaille sur les thèmes croisées langue française, genre et technologie. Roberte la Rousse, dont la nom se réfère à deux dictionnaires célèbres, s’exprime en française, c’est-à-dire entièrement à la féminine.
Avec Wikifémia – Langue, Genre, Technologies, Roberte la Rousse se livre à une mise en récit critique de Wikipédia, actrice majeure de la production et de la diffusion des connaissances, mais aussi miroir grossissante de la société.
Dans cette ouvrage précise et incisive, Roberte la Rousse nous présente des biographies de femmes remarquables : des suffragettes aux femmes qui ont bravée l’interdiction de porter des pantalons, des calculatrices humaines aux développeuses de jeux vidéo, des gynécologues de la Moyenne
Âge aux écrivaines de science fiction d’aujourd’hui. Ces récits s’organisent autour de fragments d’articles de Wikipédia commentées sous la forme de notes critiques, et dans une langue qui subvertit les discours dominantes. Roberte la Rousse a conçue la projet radicale d’abolir la genre dans la langue et s’exprime « en française », c’est-à-dire entièrement « à la féminine ». Une seconde partie propose
une réflexion sur la nécessaire démasculinisation de la langue et des savoirs et présente des ripostes féministes.

http://www.wikifemia.org
http://www.robertelarousse.fr

Élodie Petit

Aussi connue sous les noms de France Baise, Jack Langue et Gorge Bataille, membre du collectif RER Q, Élodie Petit écrit une poésie pornographique qui fait d’elle une formidable branleuse, "parce
qu’écrire des poèmes pornos, c’est procurer de l’excitation et de la jouissance, ces choses parfaitement improductives arrachées de haute lutte à un système qui nous contraint, jour après jour, à l’érosion et à l’épuisement« (Anne Pauly, préface à l’Anthologie Douteuses). Elle décrit avec précision et profusion des sexualités juteuses et débordantes et tout ce qui s’y joue, s’y noue, d’affects et de rapports de force. »Ma chance est ma langue", dit-elle. Outre l’Anthologie Douteuses, qui recueille ses fanzines et ceux de Marguerin Le Louvier, elle vient de publier Fiévreuse plébéienne.

http://elodiepetit.fr/
https://www.editionsducommun.org/pro.../fievreuse-plebeienne

JPEG - 1.1 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Queer

Récit d’une manifestation : une pride hors des normes à Dijon !

Ce samedi 25 juin, le collectif 25 Novembre, accompagné de personnes s’étant impliquées dans l’organisation depuis début juin, ont appelé à se retrouver pour la marche des fiertés. C’était une date nationale à laquelle les Dijonnais·es ont massivement répondu présent·es.

Articles de la même thématique : Sexualités

Rassemblement pour le droit à l’avortement

Dans le cadre de la mobilisation européenne pour le droit à l’avortement, la LDH, avec d’autres organisations partenaires, appelle à un rassemblement à Dijon samedi 2 juillet, à 11h place Darcy.

Marche des fiertés à Dijon : la lutte LGBTQIAP+ dans la rue !

Après la magnifique Pride post-confinement du 27 juin 2020, le Collectif 25 Novembre lance une nouvelle marche des fiertés le samedi 25 juin. Pour rappeler que nous existons et que nous avons le droit à une existence digne et joyeuse. Ne nous regardez pas, rejoignez-nous.

[Brassy] Festival Morvand’iel

Les 10 et 11 juin prochains se tiendra à Brassy (58) le Festival Morvand’iel. Journées de sensibilisation aux questions de genres et de sexualités.