Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Appel des étudiants palestiniens : Stop au génocide et fin de la complicité avec l’apartheid israélien



« Nous, soussignés, groupes et syndicats d’étudiants palestiniens en Palestine occupée, appelons les étudiants, les associations étudiantes et les conseils du monde entier à prendre des mesures pour protéger la vie et mettre fin au génocide en cours par Israël contre les 2,3 millions de Palestiniens dans la bande de Gaza qui est une prison aérienne.

Depuis le 7 octobre, les Palestiniens de Gaza subissent les bombardements israéliens les plus intenses et aveugles jamais enregistrés, dévastant des quartiers entiers, des marchés, des écoles, des universités, des hôpitaux, des mosquées, des églises, des services de santé et des journalistes, entre autres. Des familles entières ont, une fois de plus, éliminées de la surface de la terre. Plus de 5 087 Palestiniens ont été tués, plus de 2 055 de leurs enfants et près d’un million ont été déplacés. L’ONU affirme maintenant que de nombreuses personnes pourraient « mourir déshydratées » à mesure que l’eau potable s’épuise, et les experts de l’ONU tirent la sonnette d’alarme sur « l’utilisation de la famine des civils comme méthode de guerre ».

En bref, Israël mène une guerre génocidaire contre notre peuple, comme le confirment les principales organisations palestiniennes de défense des droits humains, plus de 800 universitaires internationaux et le Centre pour les droits constitutionnels, basé aux États-Unis.

Nous saluons toutes les expressions mondiales de solidarité significative avec la lutte de notre peuple pour l’autodétermination, la libération et le droit de nos réfugiés au retour, avec des millions de personnes affluant dans les rues de l’Indonésie au Brésil, des États-Unis et de l’Europe à l’Afrique du Sud. et à travers le monde arabe, du Maroc à l’Irak. Cette solidarité, surtout en ces temps les plus difficiles et malgré la sévère répression antidémocratique dans l’Occident colonial, nous donne un véritable espoir.

Le régime israélien de colonialisme de peuplement et d’apartheid, vieux de 75 ans, n’arrêtera pas ses massacres continus à moins que nous ne rassemblions suffisamment de puissance populaire dans le monde entier pour mettre fin à la complicité internationale des États, des entreprises et des institutions avec lui et faire pression sur les gouvernements pour qu’ils lui imposent des sanctions ciblées, comme cela a été le cas avec l’apartheid en Afrique du Sud.

Tout au long de ce bain de sang en cours, les États-Unis, l’Union européenne et le Royaume-Uni ont continué à fournir à Israël des armes mortelles et une protection diplomatique complète contre toute responsabilité, ont rejeté l’appel mondial à un cessez-le-feu immédiat et ont encouragé la propagande fabriquée par Israël qui déshumanise les Palestiniens et incite à la violence raciale contre les Arabes et les Musulmans. Les Palestiniens considèrent les gouvernements des États-Unis, de l’Union européenne et du Royaume-Uni comme des facilitateurs et des complices du génocide israélien en cours. Les étudiants de ces pays, en particulier, sont appelés à agir de toute urgence, malgré la terrible répression, pour faire pression sur leurs gouvernements afin qu’ils mettent fin à cette complicité génocidaire.

Comme la plupart des gens dans le monde qui aspirent à un avenir où la justice, la liberté et la dignité jettent les bases d’une paix réelle et durable, nous voulons voir la fin de toute violence dans notre terre natale bien-aimée. Mais l’existence même de systèmes d’oppression, tels que le colonialisme de peuplement et l’apartheid, constitue la violence initiale. Nous reconnaissons que le droit international stipule que les peuples sous occupation étrangère et sous régime colonial ont le droit de résister par tous les moyens, y compris la résistance armée, à condition qu’ils ne nuisent pas aux civils.

Nous implorons les étudiants du monde entier à s’organiser de toute urgence et à exiger que leurs établissements et leurs élus appellent à :
1. Un cessez-le feu humanitaire immédiat, garanti par l’ONU
2. Une entrée immédiate à Gaza pour répondre aux besoins humanitaires vitaux (eau, nourriture, carburant, médicaments) et la fin du siège sur Gaza.
3. La protection de l’ONU pour les 2,3 millions de Palestiniens sur Gaza.
4. Une condamnation claire du nettoyage ethnique, ou de la « seconde Nakba »
5. Un embargo militaire sur Israël, comme durant l’apartheid en Afrique du Sud.
6. Une enquête complète et rapide de la Cour pénale internationale sur les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité, y compris les crimes de génocide et d’apartheid.

Nous invitons également les étudiants alliés et les personnes sensibilisées à cette cause à :

A. Maximiser la pression BDS et tous les efforts créatifs pour demander des comptes à Israël pendant l’apartheid, entre autres :
1. Amener vos institutions à adopter des politiques d’achat et d’investissement qui excluent les sociétés d’armement et toutes autres personnes impliquées dans de graves violations du droit international.
2. Convaincre les grandes coalitions intersectionnelles et d’autres mouvements pour la justice d’adopter ou d’intensifier des campagnes BDS pertinentes et sensibles au contexte (entreprises, universitaires, culturelles, sportives, etc.).
3. Faire campagne pour convaincre les entreprises, les organisations étudiantes, les organismes culturels et académiques, etc. se déclarer zones franches d’apartheid (AFZ).

B. Remettre en question le discours dominant, raciste et déshumanisant, anti-palestinien, anti-arabe et islamophobe, en particulier dans l’Occident hégémonique, en utilisant un langage factuellement précis, bien référencé, éthiquement cohérent et accessible pour :
1. Généraliser l’accusation de génocide, en se concentrant sur les Palestiniens les plus touchés.
2. Contextualiser la crise actuelle (75 ans d’oppression, 16 ans de siège, etc.).
3. Contribuer efficacement à réfuter directement les affirmations les plus dominantes, déshumanisantes et racistes de la propagande israélo-sioniste.
4. Rappelez au monde que ce gouvernement israélien est le plus d’extrême droite, le plus fondamentaliste et le plus sexiste de l’histoire, mais qu’il est la continuation de décennies de violence coloniale contre les Palestiniens autochtones. »

Signataires :

Union générale des étudiants palestiniens (GUPS)
Conseil étudiant de l’Université de Birzeit
Conseil étudiant de l’Université nationale Al Najah
Conseil étudiant de l’Université de Bethléem
Conseil des étudiants de l’Université arabo-américaine
Conseil des étudiants de l’Université d’Al Quds
Conseil étudiant de l’Université d’Hébron
Campagne pour le droit à l’éducation

Source :
Urgent Call to Student Around the Globe



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Palestine

Manifestation nationale pour la libération de Georges Abdallah

Nous, signataires de cet appel, nous nous engageons une fois de plus à coordonner l’ensemble de nos forces en soutien à l’héroïque résistance du peuple palestinien et à Georges Abdallah lors de la prochaine semaine internationale d’actions du 8 au 15 juin et à mobiliser massivement pour la nouvelle manifestation nationale organisée le 15 juin à Lyon afin d’appuyer la 10e demande de libération conditionnelle de Georges Abdallah et exiger sa libération.

Rassemblement pour la Palestine à la fac

Solidaire Etudiant·e·s et l’UNEF appellent à se rassembler en soutien aux 80 000 étudiant-es Palestinien-ne-s et en commémoration de la Nakba le mercredi 15 mai à partir de 12h à la fac.

Articles de la même thématique : Impérialisme, colonialisme

Kanaky-Nouvelle Calédonie : contre la violence coloniale

Conséquence logique du sabotage méthodique du processus de décolonisation par l’État français, l’heure est à l’affrontement en Kanaky-Nouvelle Calédonie, qui a déjà fait plusieurs morts. Il est urgent de dénoncer la responsabilité première de la politique coloniale française, des colons sur place, de s’opposer à la menace qui plane sur les indépendantistes et la CCAT (Cellule de coordination des actions sur le terrain) en particulier et de soutenir la lutte légitime du peuple Kanak.