[Auxerre] Rassemblement contre les élevages industriels dans l’Yonne


Yonne

Rassemblement le 12 novembre à 10h30 place de la préfecture à Auxerre contre le projet d’extension de l’abattoir de volailles à Chailley et le poulailler industriel à Sergines.

Mobilisons-nous pour la sauvegarde de notre santé, de notre eau, de notre cadre de vie et de nos emplois !
Nous organisons le Samedi 12 Novembre à 10h30 un rassemblement pacifique Place de la Préfecture à Auxerre.

NON à l’hyper concentration irresponsable de 80 nouveaux méga-poulaillers industriels autour de Chailley, site de l’abattoir de la multinationale Plukon !

NON à l’uberisation des éleveurs ! tous les risques pour un salaire de misère.

1. Aucune prise en compte des risques sanitaires et viraux.
2. Aucune prise en compte du manque d’eau dans l’Yonne.
3. Désertification par les nuisances et ruine économique à l’horizon.
4. Malbouffe assurée au mépris du bien-être animal et humain.
5. Course aux profits immédiats de Plukon (Duc).

Venez nombreux !
Nous avons besoin de vous !

Pétitions Non au projet d’extension de l’abattoir de volailles industrielles à Chailley !!! ; Non au poulailler industriel de Sergines dans l’Yonne ! & Non au poulailler industriel à Neuvy-Sautour dans l’Yonne !

Poulailler industriel de Sergines

Le projet porte sur la création et l’exploitation d’un poulailler d’engraissement pour un hébergement de 39.600 poulets de chair.

Il sera implanté à Sergines, chemin de La Mousse Brand, parcelle YM51 d’une surface de 177 350m2. Terrain à proximité de la D222, rue de l’arche qui relie Sergines à Michery 89140.

Ce poulailler dont le permis de construire a été accordé le 26 novembre 2021 par la mairie, aura une surface plancher de 1858 m2, et se composera d’un hangar équivalent à un demi terrain de football.

Michery et Courlon sur Yonne concernées en communes d’épandage.

Plus de 1300 habitants vivent à Sergines avec déja un projet éolien soutenu par la mairie.

Impacts négatifs :

Pollution des sols et des eaux : Épandage du fumier et des eaux de lavage. Impact sur la Faune et la Flore, risques pour la biodiversité. (Station d’épuration à proximité).

Pollution de l’air et santé humaine : Odeurs nauséabondes, odeurs d’ammoniac et d’hydrosulfure (œuf pourri) prolifération de mouches, rats etc.

Souffrance animale : 22 poulets au m2, soit 1 poulet sur une feuille A4.

39.600 poussins avec une rotation de 7,5 fois par An, soit 296.800 poulets partiront de cet enfer vers l’abatoir sans jamais avoir vu la lumière du jour !

La commune n’a rien à gagner : Sauf des nuisances sonores, olfactives, dégradations de voiries dues aux passages fréquents de poids lourds pour amener les poussins, pour le ramassage des poulets, pour la livraison des aliments, pour la récupération des cadavres, pour l’enlevement des fientes. Dévaluation de l’immobilier. Un poulailler en appellera un autre.

Comment accepter de tels projets ? Ce sont les élevages intensifs qui génèrentde la maltraitance animal.

Nous avons besoin des agriculteurs et il n’est pas question de les stigmatiser.

STOP AUX PRATIQUES DES ÉLEVAGES INDUSTRIELS AVEC LEURS LOTS DE MALTRAITANCES POUR LES ANIMAUX !

STOP AUX MENACES PORTÉES PAR CES GROUPES INDUSTRIELS (souvent étrangers) CONTRE LA NATURE, L’ENVIRONNEMENT ET AUTRIMENT DES RIVERAINS !

STOP AUX AGRESSIONS CONTRE NOS CAMPAGNES !

Mobilisons-nous, écrivons à nos mairies.

Nous appelons l’ensemble des associations de protection de l’environnement et de la cause animale à soutenir notre action en diffusant cette pétition et en la signant.

L’ association Sergines à contre vent vous remercie.

Extension de l’abattoir de volailles à Chailley

Plukon Food Group recentre ses activités dans l’Est de la France et dans l’Yonne en doublant les capacités de production de son abattoir et en concentrant massivement 80 nouveaux poulaillers industriels, dans notre département, déjà surpollué aux phosphates, nitrates, ammoniac, azote et pesticides.

L’abattoir et les poulaillers industriels sont de grands consommateurs d’eau alors que notre département est touché par des plans sécheresse à répétition.

Il est temps de nous mobiliser ! Tout citoyen et consommateur a un pouvoir d’action !

Non à l’agrandissement du site, non à la malbouffe réduisant l’espérance de vie pour des considérations mercantiles !

Non à la maltraitance animale, des pauvres poulets élevés en 41 jours modifiés génétiquement, favorisant l’antibiorésistance et les perturbations endocriniennes,

Non enfin à la pollution qui en découlera, sur le site de Chailley lui-même, et sur chaque secteur d’implantation des nouveaux poulaillers industriels.

Pollution visuelle (enlaidissement du cadre de vie), pollution sonore avec l’intensification du trafic des camions, pollution nauséabonde des poulaillers, coût astronomique de rénovation des routes pour nos communes sans ressource avec l’intensification du trafic des camions !

On peut rappeler que l’Etat est le garant du respect de la charte de l’environnement, qui précise que chacun a le droit de vivre dans un environnement sain… Plukon Food Group a bénéficié de subventions du Plan de relance, sans contrepartie écologique, le poulet de chair élevé en 41 jours semblant être le nec plus ultra.

Tout à chacun a le droit de s’alimenter sainement avec des coûts raisonnables ! L’offre crée la demande.

Pour plus d’infos : Autour de l’Yonne, le plan industriel de Duc et ses 80 nouveaux mégapoulaillers.

Refuser l’élevage intensif : soutien au mouvement de résistance citoyenne dans l’Yonne

Le samedi 12 novembre, de 10h30 – 12h00 place de la Préfecture à Auxerre, riverains et écologistes seront mobilisés pour dénoncer l’implantation de 80 nouveaux méga-poulaillers industriels autour de Chailley dans l’Yonne. L’objectif est de « produire » un million de poules par semaine.

La Bourgogne-Franche-Comté est une Région où coexistent plusieurs filières de qualité. Ces productions qualitatives sont à développer, à améliorer encore pour renforcer et valoriser leurs atouts.

L’élevage intensif et concentrationnaire n’a pas sa place ni ici, ni ailleurs. Source de pollutions diffuses, de souffrance animales, de nuisances pour les riverains, l’élevage industriel est une aberration à l’heure de l’indispensable transition du modèle agricole et alimentaire. D’ailleurs, 88% des Français-es sont contre l’élevage intensif et 82% sont favorables à l’interdiction de l’élevage en cage dans un délai de 5 ans. C’est pourquoi, la commission européenne a interdit l’élevage en cage pour les volailles à l’horizon 2027.

Fermement déterminée à promouvoir une agriculture et une alimentation de qualité, à l’initiative du groupe écologiste, la majorité régionale a voté un vœu visant à sortir de l’élevage intensif lors d’une Assemblée plénière à l’automne 2021. L’ensemble des groupes d’opposition de droite n’ont pas soutenu cette position politique y compris les élu-es RN qui ont voté contre ce vœu.

Ainsi, la position sans conviction, qui consiste à dénoncer les poulaillers industriels, du président du groupe RN au Conseil régional, et accessoirement cumulard avec son poste de député de la 3-ème circonscription de l’Yonne, est une véritable imposture.

Face à l’escroquerie, les écologistes se mobilisent pour accompagner la reconversion de tous les éleveurs du système industriel, pour soutenir une agriculture locale et familiale, créatrice d’emplois et de dynamisme rural et respectueuse des ressources naturelles, tout en soutenant une alimentation moins carnée et de meilleure qualité, à domicile comme en restauration scolaire.

Claire Mallard, présidente de groupe Écologistes & Solidaires au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Bure : Retour sur le procès des Malfaiteurs·euses

L’appel du procès pour association de malfaiteurs de Bure a commencé par un (heureux) coup de théâtre : au premier jour du procès lundi au matin, juste avant le début de l’audience, nous apprenions que l’accusation d’association de malfaiteurs était définitivement abandonnée et que nos ami-es ne seraient pas jugé-es sur ce chef d’accusation !

Nouvelle attaque sur le Rojava

Le site Le numéro zéro fait le point sur l’attaque de l’armée turque contre le Rojava dans la nuit du 19 au 20 novembre.

Articles de la même thématique : Agro-industrie