« Bientôt Noël, les archéologues ont les boules ! » Appel à rassemblement ce vendredi



Les syndicats de l’INRAP appellent à manifester ce vendredi pour défendre les conditions de travail des archéologues, et réclamer des hausses de salaires et des embauches.

Communiqué de la CGT Archéologie, la CNT et SUD Culture

Bientôt Noël, les archéologues ont les boules !

Les agents de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) sont parmi les moins bien payés de la Fonction publique d’État.
Leur rémunération n’a pas évolué depuis une vingtaine d’années à tel point qu’aujourd’hui un archéologue embauché au premier échelon a un salaire en dessous du SMIC.

D’ici 2032, 800 départs en retraite sont à prévoir. Les embauches se font essentiellement sous contrat à durée déterminé alors que notre activité augmente.
A défaut d’avenir professionnel c’est toute une génération d’archéologues qui pourrait être sacrifiée et à terme un savoir-faire qui va disparaître.

L’Inrap n’a plus d’autre boussole que la gestion budgétaire.
Agents et missions de l’Inrap sont devenus les variables d’ajustement d’une vision financière dans laquelle les missions scientifiques et patrimoniales sont devenues accessoires.

En conséquence, les agents de l’Inrap se mobilisent pour la reprise rapide des négociations avec le Ministère de la Culture pour obtenir :

  • Une hausse des salaires pour compenser la perte de pouvoir d’achat subie par les personnels depuis 2002 (Au minimum à 500€ par mois).
  • La mise en place d’une politique d’emploi basée sur le recrutement régulier d’agents en CDI pour, d’une part, mettre fin à la précarité et d’autre part maintenir la capacité opérationnelle et scientifique de l’établissement.
  • La mise en place d’une organisation du travail respectueuse des agents et de nos métiers.

Rassemblement Place de la Libération à Dijon,
vendredi 4 décembre 2020 à 14H00.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Pour les sages-femmes, maintenant assez joué : game ovaire !

Pour la 5e fois cette année, les sages-femmes de Côte-d’Or seront en grève ce vendredi. Le 7 octobre, les sages-femmes étaient plus de 6000 à manifester à Paris : une mobilisation sans précédent ! Leurs attentes n’ont toujours pas été entendues. C’est pourquoi, du 22 au 24 octobre, les sages-femmes des maternités publiques, privées et exerçant en libéral appellent à un week-end noir.

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »

Articles de la même thématique : Droits sociaux

[Débat] Passe sanitaire et exclusion : quel accès aux droits et à la santé ?

Reprise des rendes-vous Voisins-Voisines / Université Populaire de la Maison Phare.
Des instants d’échanges, de débats, de rencontres et de questionnements sur des sujets qui traversent notre société. Jeudi 16 septembre à 18h30 : « Pass’ sanitaire et exclusion : quel accès aux droits et à la santé ? ».

Besançon : intermittents et précaires occupent l’inspection du Travail

Le CIP (Collectif des Intermittents et Précaires) ainsi que l’intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires) et l’association AC (Agir contre le chômage) ont appelé à cette première édition locale du « vendredi de la colère. » Alors que le Centre National Dramatique est occupé depuis plus d’un mois à l’instar de dizaines d’autres théâtres et sites en France, les militants de Besançon ont décidé de marquer le coup par une mobilisation et des actions conséquentes.