[Briançon] Décès de deux personnes réfugiées en 10 jours

« Ni les services de police et de gendarmerie, ni le parquet de Gap ne souhaitent s’exprimer sur le dossier. »

Le 9 mai, le corps de Blessing, jeune Nigériane de 20 ans était repêché dans la Durance. Elle se serait noyée en tentant d’échapper à un contrôle des forces de l’ordre au niveau de La Vachette, quelques kilomètres avant Briançon mais bien après la frontière.
Ni les services de police et de gendarmerie, ni le parquet de Gap ne souhaitent s’exprimer sur le dossier.

Le vendredi 18 mai, à l’entrée de la vallée de la Clarée, à quelques encablures de Montgenèvre le corps d’une autre personne réfugiée est retrouvé. Il s’agirait de Mamadou, d’origine sénégalaise. Jusqu’à présent, les autorités officielles n’ont pas encore confirmé l’identité et le parquet a ouvert une enquête pour rechercher les causes de la mort.

Briançon a rejoint Vintimille, la vallée de la Roya, au rang des points meurtriers de la frontière franco-italienne.

Pendant ce temps là, génération identitaire continue sa traque aux migrant·es dans le silence général.

Solidarité avec toutes les personnes réfugiées !



Articles de la même thématique : Police aux frontières

Dijon, plaque-tournante du haut banditisme, protégée par un tigre serein.

Vous ne les voyez pas mais ils sont là, les droits communs, les étrangers interlopes sans-papiers, les black blocs sous leurs parapluies, ninjas nihilistes et sans cervelle. Heureusement, la police veille, tel un tigre vigilant, sur la sécurité publique (d’où le tableau du tigre). Et vendredi 11 décembre, elle entrait en action, à la gare de Dijon...