Chemin des cailloux : les exilés récupèrent leurs affaires...

Les ex-habitants de la CPAM expulsée ont retrouvé leurs affaires, après plusieurs jours, et bien abîmées...

Lundi, en sortant de leur lieu d’habitation expulsé, les migrants se voyaient remettre ce papier.
On peut y lire « vous pouvez récuperer vos affaires à compter de ce jour ». La préfecture semble bien d’avantage soucieuse de soigner son image que de prendre réellement en compte les conditions de vie des personnes.

JPEG - 4 Mo

En effet, le jeudi 12, soit 3 jours plus tard, il était enfin possible de récuperer une partie de ces affaires. Mais dans quel état ? Elles ont été balancées dans des containers. Les frigos remplis de bouffe sont renversés sur les papiers importants ou sur les matelas... Quel gachis ! et une marque de plus du mépris affiché par la préfecture. Pourtant, les associations avaient proposé au cours d’une réunion en présence du maire de Chenove et de divers autres entités locales, un protocole pour que les affaires ne soient pas détériorées cette fois-ci.

JPEG - 896.9 ko

Ceci donnant lieu à des scènes postapocalyptiques. C’est une catastrophe naturelle dont les gens essaient de se remettre ? Non, c’est les coups bas des services de la préfecture...

JPEG - 1 Mo

Malgré tout, les migrants et leurs soutiens poursuivent leur campement au chemin des cailloux.
Mais avec l’arrivée de l’hiver, quelle solution est envisagée ??

JPEG - 924.2 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

L’humanitaire, ce n’est pas ma lutte.

Retour de mission avec l’ONG de sauvetage en mer Seawatch.

Une remise de lettre à la société SEM, propriétaire du bâtiment occupé par des demandeurs d’asile

Une cinquantaine de personnes sont venues assister à la remise du courrier adressé à l’entreprise propriétaire du bâtiment occupé par des demandeur d’asile rue Becquerel, expulsable à partir du 10 juillet. Il s’agit d’une demande de rendez-vous pour trouver une autre issue que l’expulsion.

[Rassemblement de soutien] Être étranger n’est pas un crime !

Un jeune dijonnais d’origine étrangère est attaqué au pénal pour être rentré en France sans visa alors qu’il était enfant. Le collectif soutien asile 21 appelle à se rassembler devant le tribunal jeudi 9 juillet à 8h30 pour le soutenir !

Articles de la même thématique : Squat

[Saint-Étienne] Ouverture de la Maison Des Peuples

Ce lieu est réquisitionné par un collectif populaire, autogéré et indépendant.
Ce local, qui appartient au cabinet Humbert, est vide depuis deux ans. Il n’est ni à vendre, ni à louer, aucun projet n’y est prévu. L’ancien Moove est en bon état, et en plein centre de Saint-Étienne (place des Ursules).

Get in the Zone : Depuis la zone autonome de Capitol Hill à Seattle

Ce qui suit est une interview d’un résident de Seattle qui était dans la rue lors du récent soulèvement et qui a vu la police, la National Guard et les réactionnaires attaquer des manifestant·e·s dans le quartier de Capitol Hill à Seattle. Après plus d’une semaine d’émeutes intenses et d’affrontements avec les autorités, la police a évacué le commissariat Est, et une zone autonome (CHAZ pour Capitol Hill Autonomous Zone) a vu le jour autour du bâtiment vide.

Confiné·e·s : pour renverser le capitalisme, prenons le temps de nous organiser et de nous fédérer !

Le collectif Laisse Béton, qui avait appelé à une manifest’action le 29 février à Nantes contre les projets destructeurs, inutiles du grand Ouest, appelle au développement de Zones d’Autonomie Définitives pour libérer des espaces de l’emprise capitaliste. Pour résister aux attaques à venir, il sera nécessaire de coordonner aussi bien les zones à défendre que les épiceries solidaires. En nous reliant, nous pourrons renforcer notre autonomie. Alors prenons le temps de l’organisation, de la construction d’outils pour renforcer nos alternatives radicales de sortie du capitalisme !