[Colombie] Attaques de l’armée contre le processus de libération de la Terre Mère

Les 12 et 13 août, l’armée colombienne a exécuté un scénario macabre pour assassiner la libération de la Terre Mère du Cauca en Colombie. Une lettre de solidarité a été publiée depuis la France par la Confédération Paysanne.

Attaques des 12 et 13 août 2020

Les 12 et 13 août dernier, l’État colombien, Incauca [1] et Asocaña [2] ont attaqués les points de libération de la Terre Mère de Corinto, dans le nord du Cauca en Colombie. Cette nouvelle tentative de mettre fin à ce processus de libération répond à une feuille de route établie en avril 2020. Les puissants se réunissent dans leurs bureaux confortables pour planifier la mort des Nasas qui libèrent la Terre Mère. Lors de ces attaques, deux libérateurs ont été assassinés, l’un de la Terre mère, l’autre du monde : El Mono et Abeladardo, deux autres ont été blessés.

Le 12 août, ils ont fait ce qu’ils font toujours : l’armée et la police sont arrivées avec des gaz, des LBD, des étourdisseurs, des balles, et sont maintenant soutenus depuis les airs par un avion fantôme. Ils ont endommagé les cultures et les cabanes de Wejxa Kiwe et du point 6. 2 libératrices et 3 libérateurs ont été blessés, rien de grave. Un groupe armé a harcelé les « forces armées publiques » depuis le flanc de la montagne. Une fois de plus, la communauté libératrice a été prise entre deux feux. Dans l’après-midi, nous avons vu l’armée descendre de l’endroit d’où provenait le harcèlement.

Le 13 août, ils ont commencé l’attaque vers 9h30. Ils ont commencé à attaquer au point 1, puis se sont dirigés vers le point 2, endommageant les cultures et détruisant les cabanes. Vers 11h30, la police est arrivée tapie dans le col et a tiré sur la communauté libératrice.

Vers midi, l’armée, dans un acte de provocation, est passée à la communauté qui, offensée par cette attaque brutale, a insulté les soldats qui se dirigeaient vers la maison de l’hacienda. Les militaires ont ouvert le feu et ont simulé un affrontement entre eux. Trois camarades ont été gravement blessés et une quinzaine ont été légèrement blessés. L’autorité indigène et la mission médicale qui allait s’occuper d’eux ont eu les vitres de leur voiture brisées, ils ont été gazés et l’autorité a été blessée à la jambe. Deux des blessés sont décédés après leur arrivée à l’hôpital. L’autorité a reçu des soins médicaux et l’autre camarade blessé a été sorti de l’hôpital pour être jugé.

L’armée nationale a publié un communiqué texte et vidéo liant les libérateurs de la Terre Mère au groupe armé « Dagoberto Ramos » en disant qu’ils ont tiré sur l’armée depuis le peuple. C’est un sale coup monté, aujourd’hui 13 août, il n’y a pas eu de harcèlement.

PNG - 171.3 ko

Dans la vidéo suivante, on peut voir que dans la rage des attaques reçues la communauté insulte l’armée. L’armée tire ses armes sur la communauté sans défense. Vous pouvez voir comment, après avoir dispersé les gens avec leurs balles, l’armée bat tranquillement en retraite en masse tandis que des coups de feu sont entendus. S’il y avait eu un quelconque harcèlement, les soldats se seraient au moins dispersés et jetés à terre.

Vous pouvez voir tout de suite que la communauté est prise dans le feu croisé de la confrontation simulée entre deux groupes de soldats ; vous pouvez voir le moment où ils ont blessé le caméraman, Abelardo, et un autre camarade à la jambe. Il n’y a pas lieu de penser que le « groupe résiduel Dagoberto Ramos » était le tireur. Ce sont des illusions du commandant militaire qui apparaissent dans la vidéo de l’armée, qui fait partie du montage. La même déclaration officielle de l’armée dit qu’ils n’avaient pas « d’affectation pour le personnel militaire ».

L’armée ment à chaque fois qu’elle parle. Ce qui est clair ici, c’est que l’État colombien, dans le cadre d’un plan prémédité, a assassiné deux camarades, deux Nasas de plus dans ce génocide contre le peuple Nasa et contre la libération de la Terre Mère.

En tant que libérateurs de la Terre mère, nous déclarons :

  • Nous embrassons nos frères Abelardo et Jhoel qui sont partis dans l’autre monde. Je suis sûr qu’à partir de là, ils continueront à nous donner de la force dans la lutte. Nous saluons les familles à Jambaló et à Corinto, nous sommes avec vous, avec une douleur et une tristesse aussi grandes que les vôtres.
  • Nous embrassons la famille d’Abelardo, l’équipe de la station de radio de la Nation Nasa à Corinto, et l’équipe de communication de la partie nord du Cauca, dont notre camarade faisait partie. Il a été tué avec sa caméra à la main, il ne l’a pas lâchée, il a eu le courage de la donner à un camarade qui a continué à filmer en son honneur.
  • Nous envoyons un grand salut, une étreinte de force et de fraternité au camarade détenu et poursuivi.
  • Nous envoyons nos salutations et beaucoup de force à notre autorité traditionnelle et aux autres camarades qui ont été blessés plus légèrement. Nous leur souhaitons un prompt rétablissement.
  • Nous ne serons pas intimidés par le plan qui utilise l’axe du mal contre nous. Nous continuerons à libérer la Terre Mère. Aujourd’hui ces cultures ont été endommagées, demain beaucoup d’autres vont prospérer. Deux camarades ont été tués, des milliers vont naître.
  • Nous n’avons pas demandé et ne demanderons pas le soutien d’un groupe armé, aucun d’entre eux ne nous représente. Les attaques qu’ils lancent contre les « forces publiques » au milieu des terres que nous libérons nous mettent en danger et servent le plan élaboré par l’axe du mal contre notre processus.
  • Nous nous souvenons des paroles de notre camarade Jhoel, assassiné par l’État colombien aujourd’hui, le 13 août 2020 :

« Nous avons cet espoir. Notre espoir que nous avons : l’eau, notre mère la Terre, nos animaux que nous voulons élever, voilà notre avenir, alors nous devons aller de l’avant. »

Le processus de libération de la Terre Mère.

Peuple Nasa, nord du Cauca, Colombie.

La libération de la Terre Mère continue sur son chemin. C’est la doctrine. Ce que nous devons vous dire, c’est que les libérateurs et les libératrices de la Terre Mère continueront à se concentrer sur les fermes que nous libérons. C’est le moment de prendre une respiration ; ou de le dire d’ici : c’est le moment de remplir le cœur de force. Et c’est aussi le moment de marcher dans le respect de notre lutte pour que personne n’y touche, pour que personne ne profite de cette situation pour ses propres fins.
 
Maintenant, Jhoel et Abelardo sont dans leur nouvelle maison, dans l’endroit qui nous attend tous, le ventre sombre et frais où la Terre Mère nous berce. Bon voyage, bon repos, camarades.

Lettre de la Confédération paysanne

JPEG - 211.7 ko
PDF - 291.6 ko
Lettre de la Confédération paysanne


Notes

[1Entreprise agro-industrielle qui se consacre au développement de produits et de services à partir de produits dérivés de la canne à sucre, qui dispose de quatre usines de transformation : sucre, alcool, production d’énergie et compost.

[2Association des producteurs de canne à sucre de Colombie, Asocaña est une organisation à but non lucratif, fondée le 12 février 1959, dont la mission est de représenter le secteur agroindustriel de la canne à sucre et de promouvoir son évolution et son développement durable. Asocaña se compose de 13 sucreries : Cabaña, Carmelita, Manuelita, María Luisa, Mayagüez, Pichichí, Risaralda, Sancarlos, Tumaco, Castilla, Ríopaila, Incauca et Providencia ; un nombre important de producteurs de canne à sucre de la région y sont également affiliés. Son siège est à Cali et elle dispose d’un bureau à Bogotá.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes paysannes

Journée internationale des luttes paysannes : le 17 avril, ne restons pas en silence !

Le 17 avril est la journée internationale des luttes paysannes, à l’appel de la Via Campesina. Cette année, pas d’actions locales ou de rassemblements, mais un appel, même chez soi, à ne pas rester en silence.

Il y a dix ans, une manifestation lançait l’occupation des Lentillères

« J’ai 10 ans » ! Plongée dans les archives de cette tumultueuse première décennie et particulièrement sur la date anniversaire. Par ces temps de confinement, on vous emmène en ballade dans les archives du média militant local de l’époque - Brassicanigra - avec des articles, des photos et aussi des vidéos glannées sur le web.

Soirée autour du projet « Semences buissonnières »

Alors que la plupart des semences commercialisées sont brevetées et non-reproductibles, certains irréductibles produisent des semences libres. Celles-ci permettent de faire un pied-de-nez à l’agro-industrie et d’enclencher une réappropriation de nos existences.

Articles de la même thématique : Répression

Départ de Bernard Schmeltz : il était temps !

La nouvelle est tombée ce mercredi à la sortie du conseil des ministres : le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté et de la Côte-d’Or Bernard Schmeltz quittera ses fonctions le 24 août prochain. L’heure est venue de faire le bilan de ses deux ans et demi de mandat pendant lesquels le futur ex-préfet a fait l’unanimité contre lui.

[Lons le Saunier] Compte-rendus du procès 5G

Lundi 20 juillet, deux hommes étaient jugés à Lons le Saunier, accusés d’avoir incendié une antenne relais téléphonique dans le Jura ainsi que le Mac Do de Champagnole. Les juges, du haut de tout leur mépris de classe, les ont envoyé en prison pour 3 et 4 ans ferme avec mandat de dépot. Récit du procès.

Procès 5G à Lons le Saunier

Ne pas laisser se dérouler les procès contre les saboteurs d’antennes-relais dans l’indifférence.