Communiqué d’Attac 21 : non aux violences policières !

Communiqué d’Attac 21 pour dénoncer l’action brutale des policiers contre Geneviève Legay, militante d’Attac 06, pendant la manifestation des gilets jaunes du 24 mars.
Un rassemblement est prévu mardi à 18h place de la Libération.

COMMUNIQUE D’ATTAC 21
Non aux violences policières

Geneviève Legay, 74 ans, porte-parole d’Attac 06 et militante infatigable pour la paix, a été grièvement blessée par une charge policière, lors de l’acte 19 des Gilets Jaunes ce samedi 23 mars à Nice.

Attac 21 apporte tout son soutien à Geneviève et à ses proches.

Attac 21 condamne la répression des rassemblements pacifiques qui ont eu lieu ce samedi, s’indigne et s’inquiète de la grave restriction des libertés publiques actuellement en cours en France. L’association exige que toute la lumière soit faite et que les responsabilités de ces actes de violence à l’encontre de Geneviève Legay soient clairement établies.

De plus la réaction du président de la république est inadmissible, et en laissant entendre qu’une limite d’âge devrait être appliquée pour les manifestants et en insinuant que sans doute elle allait retrouver plus de sagesse, il allie l’insulte au mépris.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Violences policières

[En images] Près de 300 personnes rassemblées contre les lois liberticides

Ce samedi, répondant à l’appel national de la coordination contre la loi sécurité globale, et à l’appel de plusieurs associations locales comme Attac, Solidaires, ou la LDH, près de 300 personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Bourgogne. Un soundsystem était aussi présent, pour dénoncer la répression qui vise les organisateurs de la free partie de Lieuron le soir du 31 décembre.