Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Pas de parcs photovoltaïques dans nos forêts !


Jura

À Loulle et Mont-sur-Monnet, dans le Jura, l’entreprise Cévennes Energy envisage de détruire 75 hectares de forêts jugées « improductives » pour y installer des panneaux photovoltaïques.

74.5 hectares de forêts sacrifiés
L’entreprise Cévennes Energy porte le projet d’un parc photovoltaïque de 74.5 hectares composés de plusieurs petits îlots sur les forêts de Loulle et Mont-sur-Monnet dans le Jura. 

La destruction d’un milieu naturel remarquable
Si ce projet voit le jour il sera responsable de la fragmentation d’espaces naturels au détriment d’espèces protégées (lynx, grand duc d’Europe, gélinotte des bois, chauve souris, etc.), de la poursuite de l’érosion de la biodiversité et de la dégradation d’un milieu géologique karstique exceptionnel. 
Le choix de ces forêts a été fait en les qualifiant d"improductives". Nous parlons ici bien évidemment d’un indicateur strictement économique, qui ne considère absolument pas les enjeux écologiques et d’usages des habitant.e.s du territoire. 

Un manque de concertation évident
« 82% des habitants sont CONTRE le projet de 87 Ha de parc photovoltaïque » sondage juin 2022
Au vu des impacts sur la vie des habitants particulièrement ceux de Loulle et Mont-sur-Monnet (destruction des paysages, d’une biodiversité remarquable, risque d’élévation des températures au sol et donc risque d’incendie, impact des travaux,…), la légitimité d’un tel projet ne passe-t-elle pas par un référendum ? C’est la question qu’une habitante du village a posé à la Sénatrice Vermeillet lors des vœux de Mont-sur-Monnet le 7 janvier.
(Depuis, Cévennes Energy a même tenté d’empêcher l’organisation de soirées d’informations sur le sujet en mettant en place des stratégies d’intimidation via un de leurs avocats.)

Des panneaux photovoltaïques oui, mais sur nos toits et parking !
Nous avons conscience de la nécessité de sortir des énergies fossiles et nucléaires, et donc de la mise en place d’énergies renouvelables sur l’ensemble du territoire.Cependant les forêts et zones humides sont indispensables dans la réduction du réchauffement climatique par leur captation du carbone, leur influence sur le climat et l’hydrologie locale. Nous ne pouvons donc plus nous permettre de sacrifier 74.5 hectares sous couvert d’une production énergétique soit disant "verte". 
A quand l’installation massive de panneaux photovoltaïques sur nos parkings et toitures de grandes surfaces ? A quand la volonté d’une réelle politique de sobriété énergétique ?

Voilà ce à quoi nous aspirons. 

NOUS SOMMES LA FORÊT QUI SEFEND !

A l’initiative du Cercle Photovoltaïque du Collectif Citoyens Résistants de Champagnole.

Co-signataires :
Jura Nature Environnement, Confédération Paysanne Jura, LFI Jura, SNUPFEN Solidaires Franche-Comté, Association Je suis Sensible, Centrales Villageoises du Haut-Jura, ATTAC 39, Association La Joux – Vie et Patrimoine, ACCA Le Vaudioux, ACCA Mont-sur-Monnet, ACCA Besain, AICAF du Bief Martin (Marigny-Montigny), ACCA de Cize,
AICAF de L’Heute (Crotenay-Monnet la Ville), AAPPMA Crotenay, ACCA de Loulle, ACCA de Pillemoine



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Expropriations à Bure : pas un hectare de plus !

« Les Semeuses », collectif de maraîchage opposé à la construction du centre d’enfouissement de CIGEO à Bure dans la Meuse, dénoncent les projets d’expropriation qui menacent notamment les terres du collectif .

6000 opposant.es à l’A69 défient l’interdiction de manifester et font converger les révoltes face aux projets autoroutiers

L’A69, projet emblématique de la fuite en avant de l’état, est contestée de toutes parts. Depuis des mois, le gouvernement lui-même avoue que le chantier ne se poursuit que parce qu’il est commencé. Il n’est pourtant jamais trop tard pour avouer ses erreurs et renoncer à un projet absurde construit au bénéfice des intérêts privés des barons du BTP et de l’entreprise Pierre Fabre.

Articles de la même thématique : Étalement urbain - artificialisation des sols

Le tribunal annule la vente des terrains : Venise-2 touché… et bientôt coulé !?

Grande victoire ! Dans les différents recours contentieux portés par des associations environnementales contre le projet immobilier Venise-2, le Tribunal administratif vient de rendre son jugement en annulant la délibération de la Ville de Dijon qui actait la cession des parcelles au promoteur.
Communiqué du 28 mai 2024 du Collectif Sauvons les berges du Suzon