Communiqué de soutien des Lentillères aux Jardins de l’Engrenage !

Depuis les Lentillères, nous souhaitons réaffirmer notre soutien total aux jardins de l’Engrenage.

Le carnage qui a commencé mardi avec son ballet de camions extrayant des mètres cubes de terre arable, ces scènes de déracinement d’arbres à la pelleteuse et son attirail de répression colossale nous attristent profondément, mais surtout attisent notre colère. Face au cynisme sans limite de la mairie qui a envoyé discrètement ses plus éminents représentants pour se délecter du spectacle, nous répondons par une volonté redoublée de faire converger nos forces et résistances.

JPEG - 616.8 ko

Cette action conjointe de la mairie et de la préfecture est bel et bien à prendre pour ce qu’elle est : un déploiement de force musclée pour anéantir une expérience d’autogestion et de sauvegarde de terres. Cette opération les fait s’enliser dans l’absurdité la plus écœurante et met clairement en lumière leur incapacité à prendre au sérieux la question écologique. Ainsi, la mairie paie avec l’argent public le début des travaux d’un futur immeuble en béton pour faire place nette et dérouler le tapis rouge au promoteur Ghitti, les flics (une centaine) se transforment en vigiles pour protéger des engins de chantier, des murs se construisent pour tenter de masquer aux yeux du voisinage que la maison est toujours là et que des personnes continuent d’y habiter. Mardi, on a eu l’impression que c’était David contre Goliath qui se rejouait. Leurs moyens sont énormes, ils ont saccagé des jardins, abattu des arbres, détruit des plantations, des espaces de jeux, un fournil,… le tout en une seule et même journée ! Mais c’est sans compter sur l’énergie, la créativité, la force d’imagination présentes de l’autre côté du mur, car cette opération n’a pas suffit à écraser la résistance.

Cette fin de semaine laisse de l’espoir : l’entreprise Pennequin a annoncé via le Bien Public que le chantier était pour l’instant mis en stand-by ! Cette semaine, les jardins de l’Engrenage ont changé de visage, le paysage y est devenu moins végétal certes, mais le terrain de jeu reste lui créatif et combatif !
Le Quartier Libre des Lentillères apporte son soutien total à toutes les personnes qui continuent la lutte à l’Engrenage et qui ne se laissent pas abattre par l’absurdité et la répression démesurée. Il y a plein de manières de les soutenir, allons-y dès que possible !

Rejoignons-les aussi samedi à 14h place du Théatre lors de la manifestation de soutien à l’Engrenage, et dimanche 25 dès 15h pour une bourse aux plantes !

JPEG - 226.1 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Garden State : une réalité moins verte qu’on voudrait nous le faire croire !

A longueur d’interviews ces dernières semaines, François Rebsamen, Nathalie Koenders et Thomas Ghitti vantent la qualité environnementale et les bienfaits pour le quartier du projet immobilier Garden State, tout en se contredisant et en entretenant le flou sur la véritable destination des espaces et les modalités de prise en compte de l’avis des riverains.
Alors, « À quoi va ressembler Garden State ? » : les Jardins de l’Engrenage décryptent la situation.

Le Préfet ment comme il respire pour justifier les violences de sa police !

« Le Préfet accuse donc les défenseurs des Jardins de l’Engrenage de violenter les forces de l’ordre, et même d’user des cocktails molotov ! [...] Aucun cocktail molotov n’a été utilisé ni préparé. Aucun policier n’a été blessé, même très légèrement.[...] Le Préfet ment comme il respire.[...] À l’Engrenage, la violence est policière et institutionnelle. »

Articles de la même thématique : ZADs