Confinement : la préfecture de Paris a protégé une messe intégriste

Une messe clandestine organisée par des catholiques intégristes a eu lieu récemment à Saint Nicolas du Chardonnet, une église proche du groupe d’extrême droite Civitas.

Cet article est tiré de Nantes Révolté.

Qu’est ce qui différencie encore Didier Lallement d’un militant d’extrême droite ?

Nous sommes en confinement : des dizaines de milliers de policiers quadrillent le pays, des drones et des hélicoptères survolent les métropoles, les amendes pleuvent, et les déplacements sont limités au maximum. Mais une messe d’extrême droite a pu avoir lieu en plein cœur de Paris !

Pour le week-end de Pâques, une messe clandestine et illégale était organisée dans l’église Saint-Nicolas-du Chardonnet. Il s’agit d’une église intégriste, liée à la « Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X », un groupe religieux d’extrême droite, lié au Front National, et ayant protégé un assassin pétainiste condamné pour crimes contre l’humanité. C’est donc dans ce fief intégriste que des dizaines de personnes se sont rassemblées, sans masques ni gestes barrière, gobant des hosties données par un prêtre.

Mais ce n’est pas le plus incroyable. Des policiers se sont rendus devant l’église, entendant les bruits de cette messe illégale. Ils ont donc présenté « leur rapport oralement à l’état-major de la Préfecture de Police », dirigée par le préfet Didier Lallement. « Il leur a été ordonné de rentrer à leur base ». Les autorités ont donc volontairement protégé cette cérémonie : le confinement semble être à géométrie très variable. Que ce serait-il passé s’il s’était agit d’une cérémonie musulmane ?

Les agents ont donc quitté les lieux, après avoir croisé quelques fidèles « qui leur ont confié qu’il y avait encore entre 20 et 40 personnes à l’intérieur. Aucun d’entre eux n’a été verbalisé ».

Des centaines de milliers d’amendes, des dizaines de gardes à vue, des peines de prison et des violences policières inouïes se sont abattues contre la population pour « non-respect du confinement ». Des banderoles sont arrachées de balcons, des humanitaires sont verbalisés. La répression est partout. Mais une messe illégale organisée par un groupuscule intégriste est couverte. Le Préfet de Paris n’avait pourtant pas de mots assez durs pour attaquer les personnes sortant de chez elles ...

A Nantes, le 22 mars, en plein confinement également, des catholiques intégristes s’étaient déjà rassemblés dans la chapelle du Christ-Roi, de façon totalement illégale. Ils avaient même organisé une procession en pleine rue !

Qu’est ce qui différencie encore Didier Lallement d’un militant d’extrême droite ? Qu’est-ce qui différencie les autorités policières d’une mafia fasciste ?



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Intégrisme religieux

À la Fraternité Saint-Pierre de Dijon, des soutiens pas (toujours) très catholiques

Par un communiqué paru le 17 mai dernier, Monseigneur Roland Minnerath a déclaré ne pas reconduire le ministère de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre (FSSP). Au sein du Diocèse de Dijon, la nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Officiellement, les parties communiquent sur un litige d’ordre purement organisationnel et pratique. Mais d’autres sources affirment que les connivences entre traditionalistes et extrême-droite radicale auraient également pesé. Il s’avère en effet que nationalistes, royalistes, et autres néonazis, apparaissent très présents de ce côté là du Tout-Puissant.

Articles de la même thématique : Covid 19 - État d’urgence sanitaire